L’annonce a été faite ce mercredi 17 mars 2021. Le ministère des Armées a attesté que tous les avions de combat Rafale F3-R étaient désormais qualifiés MSO, pour Mise en Service Opérationnel. Cela concerne aussi bien les machines appartenant à l’Armée de l’Air et de l’Espace autant qu’à la Marine Nationale. Cela implique surtout que ce nouveau standard peut officiellement être engagé en opérations, tant intérieures qu’extérieures.

S’il a fait coulé pas mal d’encre, notamment sur ce site, le standard F3-R apporte en fait une vraie plus-value au Dassault Aviation Rafale. C’est son avionique, c’est à dire son cerveau si on devait faire une analogie humaine, qui a été revue et corrigée. En premier lieu son radar à antenne active RBE2. C’est ce qu’on appelle généralement un AESA, pour Active Electronically Scanned Array. Ce radar fonctionne notamment par balayage électronique. Le RBE2 est désormais sur Rafale F3-R beaucoup plus connecté au Spectra, l’équipement central de guerre électronique qui protège l’avion des menaces extérieures.
Enfin c’est la généralisation de la nacelle Talios qui permet la désignation d’objectif au sol et en surface. Elle remplace la nacelle Damoclès jusque là utilisé sur le biréacteur français.
Développés par Thales ces trois équipements de très haute technologie sont aussi une preuve irréfutable du savoir-faire français en matière d’armement et d’aéronautique.

Le Rafale F3-R est donc aujourd’hui en service opérationnel. Qu’est-ce que cela signifie ? Simplement que désormais le ministère des Armées peut l’engager en toutes tranquillités dans des opérations du quotidien, aussi bien sur le territoire nationale autant qu’à l’étranger. Et cela concerne aussi bien les Rafale B/C de l’Armée de l’Air et de l’Espace que les Rafale M de la Marine Nationale. Ces derniers d’ailleurs sont pour certains d’entre eux déjà en mission puisqu’ils sont à bord du porte-avions Charles de Gaulle en opération en Méditerranée depuis près d’un mois.
Défense aérienne du territoire, reconnaissance armée, dissuasion nucléaire, ou encore frappes aériennes tactiques contre des positions ennemies les Rafale F3-R sont désormais aptes à toutes les missions.

Le retrofit des avions qui avaient été livré à des standard précédents (F1, F2, et F3) a été réalisé directement par Team Rafale, la coentreprise créée par Dassault Aviation, Thales, et Safran. La prochaine étape est prévue pour un déploiement total à l’horizon 2029-2030 : le Rafale F4. De premières machines arriveront plus tôt, évidemment. Nous aurons donc alors l’occasion d’y revenir.

Photo © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

11 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,

    Trés bon article.

    Existe-t-il, ou pourriez-vous rédiger, un article retraçant l’évolution des standards du Rafale du F1 au futur F4 en nous expliquant qu’elles ont été les évolutions, et ce qu’elles ont apportées à l’avion ?

    Merci

  2. Ce qui est intéressant avec le standard F-3R, c’est que les dernières antennes radars passives vont être retirées du services et homogénéisera la flotte de Rafale français, facilitant l’emploi et l’entretien.

  3. Quel dommage que la Belgique ai fait le choix du F35 plûtot que le Dassault Rafale.
    Les caractérisques et développements rendent l’avion de moins en moins furtif, de plus si charges alaires, la « furtivité » est à jeter à la poubelle!

    • Si selon vous L’huillier c’est un des meilleurs avions au monde, ça implique qu’il y a mieux encore. Lequel par exemple ? Le Typhoon européen ? Le Lightning II américain ? Le Gripen suédois ?

      • Pourquoi cette remarque? Il me semble que cela attise inutilement le feu entre pro et anti F35.

        Personnellement je pense que le Rafale est une réussite. Que le F35, malgré ses nombreuses déboires doit être lui aussi très capable.

        Ce ne sont juste que deux avions avec des rôles et des missions différentes.

        Le Rafale est parfait pour la France car c’est du sur mesure pour elle.

        Le F35 est moins réussi, à la base il devait être un chasseur léger qui devait remplacer bons nombres d’aéronefs US je crois et puis le programme c’est alourdi…mais les US n’ont pas que lui. Ils vont vite l’intégrer dans leurs forces selon ses capacités.

        Comme l’on dit: USA f*** yeah!

        • Bonjour, votre dernière phrase était totalement inutile. Nous avons un lectorat qui n’a pas à subir ce genre de vocabulaire. D’avance merci.

        • Je dirai que le F35 et le Rafales ne sont absolument pas comparables, dans la mesure où le F35 est de gen5 alors que le Rafale est de gen4.5.
          Ils ne jouent pas dans la même court !

          Maintenant, pour revenir sur la remarque d’Arnaud, elle n’est pas de nature à dénigrer le commentaire de l’Huilier mais plutôt pour préciser sa pensée et ouvrir le débat, s’il a lieu d’être. Il ne faut pas prendre la mouche pour un rien, surtout qu’on ne fait aucunement mention (et à juste titre) de F35 dans l’article…

          Bien à vous

  4. « Développés par Thales ces trois équipements de très haute technologie sont aussi une preuve irréfutable du savoir-faire français en matière d’armement et d’aéronautique ». J’aime bien cette phrase à lire en creux !

Comments are closed.