Soyons très honnêtes cet avion n’est pas une très grosse surprise en soit ! Pour autant l’annonce faite ce jeudi 29 juillet 2021 par Airbus va ravir plus d’un passionné d’aviation : l’avionneur européen élargit sa gamme d’appareils de transport de fret. Et c’est logiquement son biréacteur très long-courrier A350 qui va ainsi donner naissance à une sous-version. Boeing est prévenu.

Un Airbus A350F sur base d’A350-900 ou d’A350-1000 était dans les tuyaux depuis plusieurs semaines. Cependant les résultats mitigés du premier semestre 2021 n’avaient jusque là pas permis de l’annoncer. Sauf qu’en cette fin juillet le constructeur européen a officiellement retrouvé sa place de premier avionneur mondial en terme de commandes d’avions de ligne autant que de livraisons.

Alors certes les avions de lignes transformés en cargos du ciel représentent un marché de niche. Pour autant il fallait absolument qu’Airbus y demeure compétitif. Son A330-200F s’est plutôt bien vendu avec près de quarante exemplaires mais il n’est pas grand-chose vis à vis des deux poids-lourds du marché : les Boeing 767-300F et 777F avec respectivement 161 et 247 exemplaires assemblés ou en phase d’assemblage.
Airbus doit aussi faire face à la montée en puissance de l’A330P2F. Il s’agit d’anciens avions de ligne transformés en avions-cargos par l’industriel singapourien ST Aerospace. Pour autant l’avionneur européen est partenaire de ce programme.

Niveau capacité la cible d’Airbus c’est quatre-vingt dix tonnes de fret pour chaque A350F. Cela peut paraître énorme mais il faut savoir que c’est celle de feu le triréacteur haut de gamme McDonnell-Douglas MD-11F qui frôlait même les quatre-vingt onze tonnes de charge. Dans un tel ordre d’idée le rayon d’action du futur cargo européen sera d’environ 15000 kilomètres à pleine charge.

Le remplacement des Airbus A330-200F, Boeing 767-300F et 777F, ou encore du McDonnell-Douglas MD-11F susnommé serait donc la cible de cet avion ? Oui et non.
Car Airbus semble vouloir aussi amener des compagnies aériennes et des transporteurs qui jusque là boudaient le fret aérien vers son A350F. Sauf qu’il ne faut pas si méprendre Boeing ne se laissera pas faire.
Ce n’est pas du côté du Dreamliner que le danger viendra, ni le 787-8 et 787-9 et pas même le 787-10 ne sont annoncés en versions fret. Le véritable concurrent numéro 1 de l’A350F sera le 777X. Une version dérivée du 777-8 ou 777-9 serait dans les cartons depuis l’an dernier. Là encore attendons l’annonce officielle.

On le voit ce n’est pas un pari risqué qu’Airbus prend avec son futur A350F. D’autant que jusque là l’A330 Néo ne semble pas encore annoncé dans une telle configuration.
On ignore actuellement le prix de lancement du futur A350F.

Photo © Airbus.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Très honnêtement je doute un peu de la pertinence d’un 350 Freighter: le 350 est un avion fragile, à mon sens pas trop adapté aux contraintes d’un service logistique. Un 330NEO Freighter serait un meilleur choix comparativement.
    Wait & See, j’imagine qu’Airbus n’ont pas lancé le programme sans pré-commandes de compagnies aériennes.

    • Bonjour T-REX je comprends vos craintes mais à côté de ça je pense que les ingénieurs et techniciens de chez Airbus savent ce qu’ils font en lançant le développement de cet A350F.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom