Il y a des jours comme ça qui ne sont pas de tout repos pour les forces aériennes. Ce jeudi 15 juillet 2021 les intercepteurs russes Mikoyan MiG-31 Foxhound ont été sonné à deux reprises pour identifier des avions américains. À chaque fois les avions en question évoluaient avec les transpondeurs allumés et des plans de vols définis. L’une des deux missions a fait l’objet de récriminations de la part de Washington DC.

Tout a commencé en début de matinée quand un bombardier stratégique Boeing B-52H Stratofortress évoluant au profit des forces américaines en Alaska a vu arriver sur lui une patrouille de deux chasseurs de supériorité aérienne Sukhoi Su-35 Flanker-E. Les chasseurs portaient les marquages de nationalité de la fédération de Russie. L’équipage américain disposait d’un transpondeur en parfait état de marche, indiquant le modèle de l’aéronef ainsi que sa mission d’entraînement. Pour autant les pilotes russes se sont permis des manœuvres assez agressives à l’encontre de l’avion stratégique.
Au bout d’une demi-heure les deux Su-35 Flanker-E ont décroché. L’équipage de l’US Air Force s’est sans doute cru débarrassé de l’aviation russe. Raté !
En effet alors que le bombardier évoluait dans la partie internationale du détroit de Béring deux Mikoyan MiG-31 Foxhound l’ont rejoint. Par contre cette fois les pilotes adversaires sont restés très professionnels. Là encore les chasseurs sont demeurés à leurs côtés près d’une demi-heure. Ils ont ensuite rompu la formation.

Un peu plus tard dans la matinée aux abords des côtes japonaises c’est un avion de patrouille maritime Boeing P-8A Poseidon de l’US Navy qui a fait l’objet d’une interception par les forces russes. Là encore il s’agissait d’une patrouille de MiG-31 Foxhound. Malgré une relative agressivité, au travers de mouvements afin d’exhiber leurs missiles air-air, les pilotes russes sont demeurés assez professionnels.
Là encore l’interception par l’aviation russe a duré plusieurs très longues minutes.

Il est à noter que les médias russes d’état présente le P-8 Poseidon non pas comme une machine de patmar mais comme une avion-espion. Ou quand Moscou tente d’orienter (assez lamentablement) son lectorat.

Photo © ministère russe de la défense.

Publicité

8 COMMENTAIRES

  1. Qui s’y frotte, s’y pique.
    Les occidentaux croient que la terre leur appartient, Rien de plus normal que les russes défendent et surveille leur frontière. Il faudrait cesser ces provocations hasardeuses et méprisantes.

    • Et selon vous il n’y a pas de provocations hasardeuses et méprisantes quand des bombardiers russes flirtent avec les côtes de l’Alaska ou quand des chasseurs russes violent l’espace aérien des républiques baltes d’Estonie, de Lettonie, et de Lituanie ? Et je ne parle même pas de l’annexion militaire de la Crimée ukrainienne par Moscou…

  2. Les amisrequins sont des leaders dans domaine de reconnaissance et d’espionnage, ils se rapprochent des frontières russes pour capter les signaux et visuelle.

    • Faudra nous expliquer Ali, car vous semblez en savoir beaucoup, en quoi un Boeing B-52H Stratofortress qui longe les côtes de l’Alaska lors d’une mission d’entraînement espionne la Russie ?

  3. Je suis tanné en bon québécois (en avoir marre, en avoir sa claque) de lire encore des nouvelles relatives aux comportement agressifs des pilotes russes sous la houlette de Poutine. Après la fin « officielle » de la guerre froide, Il me semblait que les pays étaient en mesure de consacrer moins d’énergie et de $ à la défense de leurs pays et davantage au bien-être de leurs citoyens. Le comportement de Poutine et d’autres dirigeants politiques démontrent que ceux-ci ne partagent pas ce point de vue…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom