Plus que jamais le remplacement des Boeing E-3 Sentry de l’alliance Atlantique est lancé ! Ce mercredi 14 juillet 2021 la direction politique de l’OTAN a publié une liste de trois avionneurs et trois équipements susceptibles de fournir ses futurs avions de guet aérien radar. Et bien évidemment les constructeurs chinois et russes en sont logiquement exclus. De manière plus surprenante de grands noms européens et nord-américains en sont aussi absents.

Pour l’instant les trois avionneurs retenus par l’OTAN sont Airbus Defense & Space, Boeing, et Lockheed-Martin. De leur côté les équipementiers en question sont General Atomics, L3 Harris, et MDA. On remarquera l’absence de ce fait de sociétés aussi fortes que Bombardier, Honeywell Aerospace, Northrop-Grumman, Raytheon, Safran, Texas Instruments, ou encore Thales.
Pour autant la NATO Support & Procurement Agency a annoncé que la liste initiale de six entreprises n’étaient pas définitive. Certaines pourraient s’y ajouter.

Surtout l’alliance Atlantique souligne que d’ici 2035 rien n’est fait quand au choix de l’avion. Afin de succéder à l’E-3 Sentry un seul modèle existe aujourd’hui sur le marché occidental : l’E-7 Wedgetail basé sur l’avion de ligne monocouloir 737-700ER. Le Boeing E-767 vendu jadis au Japon n’est plus proposé par l’avionneur américain.
En tous cas l’OTAN ne ferme pas la porte à une initiative auprès d’Airbus DS ou de Lockheed-Martin. On pourrait pour le premier d’entre eux deux imaginer un AWACS basé sur les avions de ligne A321LR ou A330 Neo. Rien n’est impossible. En quatorze années il est parfaitement possible de développer un tel avion.

Outre la détection aéroportée air-air et air-surface le futur avion devra aussi servir de base de travail vers des projections spatiales et cybernétiques. En fait l’OTAN envisage ses futurs AWACS comme de véritables postes de commandement multi-mission, bien plus que comme de simples avions-radars. Le cyberespace sera sans doute la clef de voute de ces avions du futur. On comprend désormais mieux pourquoi l’alliance Atlantique prend à ce point son temps pour développer son futur avion.
Affaire donc à suivre.

Photo © OTAN.

 

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. L’absence particulièrement de Northrop-Grumman et de Raytheon parait la plus étonnante, ce sont les deux grands spécialistes radars américains. Après Thales est plutôt un outsider au niveau Otan (hors sonars) donc moins surprenant.

    • Absolument pas d’accord avec vous VoltaireFr, l’absence de Thales dans cette liste est aussi étonnante que celle des deux sociétés américaines. Une fois encore j’ai du mal à saisir votre mode de pensée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom