L’avion en question appartenait à la DOSAAF, l’administration russe en charge du soutien aux forces armées. Ce dimanche 10 octobre 2021 en matinée un avion de transport léger Let L-410UVP s’est écrasé au Tatarstan, dans le sud-ouest de la Russie. Seize des vingt-deux occupants de l’appareil sont morts sur le coup. L’accident est intervenu juste après le décollage.

C’est peu après 9 heures du matin, heure locale, que le bimoteur s’est écrasé. Quelques minutes plus tôt le pilote avait fait savoir au contrôle aérien russe qu’il tentait un retour sur le terrain d’aviation militaire de Menzelinsk d’où il venait de décoller. Son Let L-410UVP venait tout juste de perdre son turbopropulseur numéro 1, arrachant au passage une partie de l’aile gauche. Malheureusement il n’eut pas le temps de rentrer, son avion s’est violemment écrasé au sol. Les deux membres d’équipage et quatorze des vingt passagers furent tués sur le coup. Il s’agissait de parachutistes militaires embarqués pour une série de sauts d’entraînement.

L’agence de presse russe Tass annonce que les six survivants se trouvaient au niveau de la queue de l’avion lors du crash. Le nez du L-410UVP porteur de l’immatriculation étatique russe RF-94591 est quant à lui totalement détruit. Les secouristes ont été obligés de désincarcérer les dépouilles des deux pilotes.
Il s’agit du deuxième accident mortel d’un tel modèle d’avion au sein de la DOSAAF depuis le début de l’année 2021. Le précédent avait eu lieu ce 19 juin 2021 et avait causé la mort de cinq des dix-neuf occupants de l’appareil. Les passagers étaient déjà des parachutistes professionnels.

Au sein de la DOSAAF le Let L-410UVP est actuellement le principal avion de transport tactique léger, aux côtés du biplan monomoteur Antonov An-2. Ces avions sont régulièrement pointés du doigt par les ONG présentes en Russie sur la question de leur entretien mécanique et hydraulique ainsi que sur l’opacité de leur emploi.
Pour mémoire la DOSAAF fut créée à l’été 1951, en pleine guerre froide, par l’administration soviétique. Elle a été pérennisée une fois l’URSS effondrée.

Photo © Wikimédia Commons

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom