Selon la presse locale les industries aéronautiques françaises et indiennes auraient trouvé un accord autour du concept de Make in India. En conséquences de quoi l’avion de combat tricolore Dassault Aviation Rafale F4 serait actuellement le principal appareil en lice dans le cadre du contrat MMRCA 2.0. Pour mémoire il s’agit là d’un programme à cent quatorze machines disputé également par des avionneurs américains, européens, et russes. Tant que l’encre ne sera pas en bas de la page du contrat rien ne sera vraiment acquis.

Car face au Rafale F4 on compte quelques prétendants pas piqués des vers : Airbus DS Typhoon Tranche 4, Boeing F/A-18E/F Super Hornet, Lockheed-Martin F-21 Super Viper, Mikoyan MiG-35 Fulcrum-F, et Saab JAS 39E/F Gripen NG.
Le F-21 Super Viper et le MiG-35 Fulcrum-F sont des versions profondément améliorés des F-16V Viper et MiG-29 Fulcrum. Autant dire que ces cinq avions représentent de sérieux compétiteurs pour l’avion français.
Déjà il y a trois mois l’Indian Air Force annonçait que la compétition se jouait désormais entre les avionneurs Dassault Aviation, Lockheed-Martin, et Saab. Elle douchait ainsi les espoirs de Boeing et Mikoyan.

Il y a quelques jours l’Air Chief Marshall Vivek Ram Chaudhari, actuel chef d’état-major de l’Indian Air Force annonçait dans la presse qu’à ses yeux le Rafale F4 était l’avion le plus adapté au programme MMRCA 2.0. Les analystes indiens révèlent depuis maintenant 48 heures que cela serait sans doute aussi l’avis du gouvernement indien et que les pourparlers finaux se joueraient désormais directement avec l’Élysée. Le premier ministre indien, monsieur Narendra Modi doit d’ailleurs se rendre avant la fin de l’année en déplacement officiel à Paris. Serait-ce le moment pour l’annonce d’un contrat estimé par les Indiens à dix-huit milliards de dollars US ? Pourquoi pas.

On sait que l’Indian Air Force considère désormais le Rafale comme un game changer. C’est aux yeux des Indiens l’avion idéal pour contrer les menaces grandissantes de la Chine, notamment aux frontières septentrionales de l’Inde.
Ne vendons donc pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué, mais honnêtement ça commence à sentir plutôt bon pour Dassault Aviation. Nous reviendrons forcément sur l’avenir du MMRCA 2.0.

Photo © Indian Air Force

Publicité

16 COMMENTAIRES

  1. J’ai entendu dire que si c’était pour être considéré politiquement, le choix allait au F35 et que pour faire la guerre, un certain delta canard tricolore était préférable.
    .
    Le parallèle me fait sourire mais il faudra bien toute la force de persuasion américaine pour briser les bonnes relations franco-indiennes, à condition que les.indiens eux-mêmes y soient sensibles.
    .
    Hors les différents décideurs sont très clivés entre la situation intérieure compliquée (minorité, pandémie, finance) et extérieur sous tensions ( ont peux critiquer nos voisins Européens, mais dans le même temps, se satisfaire qu’ils ne soient pas Pakistanais ou Chinois.
    .
    Donc depuis cinq ans qu’ils remettent à plus tard cette décision stratégique, et bouffent à tous les râteliers, je reste prudent.
    Ces temps-çi, les contrats valent moins que le prix du papier.

    • « bouffent à tous les râteliers ». Sans rire vous êtes obligé d’être aussi vulgaire ? La langue de Beaumarchais et Molière n’est pas assez riche pour faire passer votre message ?

  2. Comme vous l’avez vous même dit, il faut très grandement relativiser cette info.

    Le Rafale était donné favoris incontestable par les médias suisse une semaine avant l’annonce des résultats d’Air2030 … et pourtant une livrée avec la croix suisse n’est pas à l’ordre du jour pour le Rafale !

    Dans le cas de cet appel d’offre, les enjeux financier sont encore plus gros, et donc les diplomates vont redoubler d’imagination pour que leur pays récupère le contrat (et il me semble que ce n’est pas particulièrement une force de la diplomatie française que de se placer dans les ventes d’armement).

    • Les Indiens ne sont pas les Suisses, les conditions du contrat ne sont pas les mêmes. Et il ne vous aura pas échappé que le principal concurrent américain du Rafale, le F-35A Lightning II n’est pas en lice.

      • Oui, le F35 n’est pas en lice…
        Sauf qu’à vous lire au premier degré, le F35 est un appareil performant,..donc capable d’intéresser les opérationnels Indiens.
        Mais c’est derniers sont proches des Russes. Plus encore que les Turcs. Que le F35 en l’état ne fait pas le travail souhaité, et qu’il y a de gros poids lourds dans les arsenaux US: F15 F16 et F18…. F15 qui a remporté un appel coréen. Donc me.pouvoir diplomatique US appuie.aussi sur cet appareil.
        Le F16 serait un doublon face au Pakistan mais une version hybride est proposée.
        La perche est grosse, mais recouverte de graisse: on achète pas américain pour s’en servir sans l’aval du vendeur. Les Émirati en ont fait l’expérience en Egypte

        • La réponse qui n’apporte rien à l’article. Dans l’appel d’offre, il n’y a pas de F-35 donc les indiens ne vont pas commander du F-35 puisqu’il n’est PAS dans l’appel d’offre.
          L’appareil de 5e génération qui aurait pu intéresser les indiens étaient le Su-57, comme base pour le FGFA. Seulement, il n’en fut rien. Les indiens n’ont jamais été très US au niveau aviation de combat, préférant un statut plus ou moins neutre en achetant des matériels européens et russes. Il ne me semble pas d’ailleurs que les États-Unis applique leur loi CATSAA à l’Inde.
          Et pour revenir au sujet de l’article, comme le premier contrat MMRCA avait été remporté par le Rafale, ce dernier a de fortes chances de le remporter.

  3. Moi je suis persuadé que s est a cause d articles comme celui-ci que la France a perdu le contrat swiss. Sans ça le président américain ne serait pas allé faire pression en swiss pour nous voler ce contrat. L inde est un grand pays et on ne peu pas poser de réservoir auxiliaire sous les ailes d un f18 donc avec une autonomie trop faible par rapport a ses concurrents le f18 n est donc pas un bon choix pour l Inde. Le typhoon a un taux de disponibilité trop faible avec 9 avions disponible sur plus de 120 en Allemagne, s est pas un bon avion de dissuasion. Je pourrai m étaler dur le sujet pour justifier le rafale mais seul la diplomatie l emportera au final

  4. Rien n’est fait mais tout est possible. Mais surtout, le Rafale a commencé à faire ses preuves sur le territoire Indien. Les premiers déploiement dans le nord est du pays ont grandement démontré les capacités du Rafale dans certains domaines. De plus les investissements massifs en infrastructures et en développements montre le fort intérêt de l’Inde pour le chasseur Français.

    • L inde a même demandé au russes de faire un petit effort sur la qualité de ses avion et sur leur maintenance pour s aligner au standard des rafales. Car la disponibilité des avions russes et loin d égaler celle des avion français

  5. Si j’ai bonne mémoire, le premier contrat MRCA avait échoué en raison du « make in India » et de l’impossibilité de faire de la qualité Dassault sous licence locale. Est-ce que les choses ont vraiment changé en la matière ? Espérons-le.
    Wait and see !!

    • @BRUEL
      Qualité non assurée par HAL, une autre preuve est le retard dans le programme de modernisation des Mirage 2000H, voir article par Arnaud daté d’aujiourd’hui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom