Les informations sont contradictoires à propos de celui qui demeure le plus gros avion de l’Histoire ; c’est une guerre de l’information qui se joue ici. Plusieurs sources internationales font état de la destruction partielle ou totale de l’avion de transport stratégique Antonov An-225 Mryia, un des symboles de la puissance industrielle soviétique. En revanche sur les réseaux sociaux des pages se présentant comme étant celles de hauts responsables de l’avionneur ukrainien clament le contraire. Alors qui croire  ?

Car si pour de nombreux passionnés d’aviation comme nous l’Antonov An-225 Mriya demeure avant tout ce majestueux mastodonte des airs il en est tout autrement pour le peuple ukrainien. C’est un symbole ô combien important de leur pays au même titre que la broderie traditionnelle appelée vychyvanka et mondialement connue ou encore que le bortsch, ce potage à base de betterave si souvent associé à tort à la Russie.
Vous l’aurez compris l’An-225 fait partie intégrante du patrimoine ukrainien.

On comprend mieux alors que beaucoup se soient inquiétés de son sort, et s’en inquiètent encore. Car à l’heure même où ces lignes sont écrites on ignore toujours tout de son sort exact. Après plus de 48 heures de recherches intensives sur le sujet je suis bien incapable d’être clair sur la question : le plus gros avion de l’Histoire a t-il ou non été détruit par les forces d’invasions russes ?
Voilà pourtant les informations les plus crédibles que j’ai en ma possession. Quatre hypothèses sérieuses existent autour de l’avion, deux sont je le reconnais assez négatives et les deux autres u peu plus positives. Généralement dans ces cas là on commence par les plus mauvaises nouvelles d’abord.

  • L’Antonov An-225 Mriya aurait été détruit lors d’un raid aérien des forces russes contre l’aéroport de Hostomel où se trouve le siège de l’avionneur ukrainien. Il ne s’agirait pas d’un tir volontaire contre l’avion lui-même mais plus d’un dégât collatéral quand une missile de croisière a frappé le hangar dans lequel il se trouvait.
  • L’avion aurait été fortement endommagé dans les premières minutes des raids aériens russes alors qu’il était en partance pour la Géorgie sur le tarmac de Hostomel. Au moins deux impacts d’explosions et des tirs de gros calibre auraient été aperçus sur la carlingue de l’hexaréacteur.
  • Antonov et les autorités civiles et militaires ukrainiennes seraient sans nouvelle de l’avion, sans doute stocké dans un des hangars de Hostomel mais sa destruction ne serait pas confirmée. Un détachement de troupes ukrainiennes assurerait sa défense, notamment contre les menaces aériennes.
  • L’avion ne serait pas en Ukraine, et n’y était pas lorsque le dictateur russe a décidé de frapper et d’envahir le pays. Il était déjà arrivé en Géorgie et serait depuis stocké dans un hangar du pays, sous bonne garde. Il serait donc totalement intact.

Comme vous le voyez le conditionnel est de rigueur tant nous sommes dans le flou autour de cet avion depuis maintenant un peu plus de 48 heures.

Deux autres modèles d’appareils de l’avionneur posent pas mal de questions quant à leur avenir : les sept Antonov An-124 Ruslan d’Antonov Airlines et les deux seuls An-70 de transport stratégique militaires. Eux aussi étaient vraisemblablement à Hostomel lors des premiers raids russes.
Les An-124 pourraient, selon plusieurs sources, faire l’objet d’une opération commando de récupération par les forces aériennes russes. Ces dernières se comporteraient alors comme de vulgaires voleurs !

Vous l’aurez compris l’information et l’intox marchent à fond sur la question de l’An-225 Mriya, aussi bien du côté russe qu’ukrainien. Personne n’étant vraiment en mesure d’être catégorique il faut prendre le maximum de pincettes.
D’autres théories existent quand au sort de l’avion, mais ne les jugeant pas sérieuses ou provenant de sources russes donc absolument pas fiables, elle ne vous ont pas ici été exposées.
Affaire à suivre.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

13 COMMENTAIRES

  1. C’est dingue de ne pas savoir avec certitude où ils se trouve. Ce n’est quand même pas un avion qu’on peut cacher dans un quelconque hangar. Les dirigeants de Antonov Airlines doivent bien savoir où il se trouve au jour près. Personnellement grâce à Flightradar24 j’ai pu voir qu’il était à l’aéroport de Billund au Danemark le 7 février. Dommage qu’ils n’aient pas pu évacuer ces avions dans un pays européen avant l’invasion russe. Mais ce n’est que du matériel, la vie des ukrainiens passe avant.
    L’armée française comptait sur cette flotte de Antonov 124 pour rapatrier du matériel militaire depuis le Mali.

    • Il faudrait que airbus developpe un avion de transport aerien pour transporter de grande quantité de troupes (certes, moins que l’An225, pour plusieurs raisons : prix d’exploitation, prix du dev, conso essence…)
      Mais, en acheter du côté americain ou en développer un ne serait pas plutot un meilleure alternative?
      Nous ne pourrons et ne pouvons pas rester tous le temps dependant des autres pays.

      • Il faudrait qu’Airbus en développe un ? Il faudrait surtout qu’un marché existe pour un tel avion européen. Quand on voit les difficultés de l’avionneur européen à vendre autre chose comme avion de transport militaire que des C-295 on se dit qu’un transport stratégique de la classe du C-17 ou même de l’An-124/C-5 a bien peu de chances d’exister. À moins de mettre en péril l’équilibre financier du groupe Airbus.

        • airbus a profondement modifié des A320 , si je ne me trompe pas, pour en faire des transports de pieces pour ses usines en Europe. Ne pourrait t il pas en faire de même avec des A 380 pour les louer , un peut comme Antonov. That s the question.

  2. Dimitri, dans ce cas je suppose que l’armée Française devra certainement se tourner vers les Americains et leur C17.
    A moins que la flotte européenne d’A400 M suffise ?

  3. Je peux vous affirmer que Dimitri Antonov a affirmer qu’il est sauf. Le seul problème que vous n évoquez pas dans votre article C est que la piste de l aéroport ou il est en ce moment (dans le hangar de maintenance pour être plus précis) à était gravement endommagé.
    Il est bien à Gostomel depuis le 5 février 17h26.
    Il y a aussi deux An-124 à Gostomel et un an74 qui a été détruit par les forces russes

    • Nous ne l’évoquons pas madame ou monsieur parce qu’actuellement seuls des médias pro-Poutine en parlent, l’agence TASS et RT news en tête. Et nous ne relayons jamais les informations (l’intox!) russe. De même c’est eux qui déclarent avoir détruit les deux An-74, ce que ni les Ukrainiens ni l’OTAN ne reconnaissent. Étrange non ?

  4. Malheureusement c’est officiel, le Mriya est totalement détruit. Une photo aérienne prise par un drone confirme la triste nouvelle. On y voit l’avion en feu dans son hangar. Je ne connais pas le sort des autres An-124. Je sais juste qu’il y en avait un en vol au dessus du Danemark ce matin.

    • Je confirme avoir vu cette info moi aussi malheureusement, aperçue à l’instant dans le fil francetvinfo.fr sur le guerre en ukraine.

      Nous vous laissons néanmoins, Arnaud, sonner officiellement le toccin sur votre site une fois que vous serez sûr de l’irréversibilité de cette info.

  5. Sur le l’appli FlightRadar24, à Kiev Hostomel l’AN-225 Mriya y est indiqué stationné depuis 21 jours… on pourrait donc supposer qu’il ne soit plus en état de voler … suite à l’attaque Russe, car les ukrainiens tiennent à cet avion comme un symbole… volontairement (ou pas) détruit, ce serait une grosse perte aéronautique pour tous les passionnés…

  6. J’ai vu cette information,confirmé semble-t-il par le ministre des affaires étrangères Ukrainien comme quoi l’avion est bien détruit,dans son hangar. Pourquoi n’ont-ils pas mis l’avion en sécurité dans un aéroport étranger et sécurisé avant le début de la guerre.
    Quel dommage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom