On se croirait presque revenu au bon vieux temps de la guerre froide, la communication abondante en plus. Durant une bonne partie du weekend passé les médias du monde entier se sont écharpés sur la question : un sous-marin de l’US Navy a t-il vraiment été débusqué dans les eaux territoriales russes ? Dans le même temps Moscou avance désormais que deux Ilyushin Il-38 May de patrouille maritime, un hélicoptère Kamov Ka-27 Helix, et un de ses destroyers sont à l’origine de cette poursuite. Une affaire qui tombe à point nommé pour une Russie qui peut ainsi pointer du doigt la grande méchante Amérique.

Et force est de constater que tous les indices laissent à supposer que sur ce coup là les Américains ont bel et bien été surpris lors de l’une de leurs fréquentes missions de surveillance dans les eaux territoriales souveraines de la fédération de Russie. Moscou annonce même que selon sa marine le sous-marin en question est un classe Virginia, une catégorie de submersibles nucléaires d’attaque dernier cri en service dans les rangs de l’US Navy. Plusieurs médias russes avancent que celui-ci pourrait être l’USS Hawaii ou l’USS North Carolina. Il est malheureusement impossible de le vérifier.

Sur la traque il semble bien que ce soit le destroyer anti-sous-marins russe Marshal Shaposhnikov qui en soit à l’origine. Il aurait détecté le sous-marin américain au large de l’île d’Ouroup. Cette émergée d’un peu plus de 1400km² appartient à l’archipel des Kouriles. Ancienne possession japonaise elle a été rétrocédée à l’URSS en 1945 au titre des dommages de guerre. En 1991 elle est officiellement passée sous administration russe, étant rattachée à l’oblast de Sakhaline. Ouroup n’accueille quasiment aucune population humaine, en dehors de quelques pécheurs durant la saison estivale. En plein mois de février elle est normalement déserte. Alors pourquoi un sous-marin nucléaire d’attaque américain s’y intéresserait ? Parce que Ouroup accueille aussi une ancienne base aérienne soviétique devenue depuis un important champ de tir pour les bombardiers tactiques légers Sukhoi Su-24 Fencer et les avions d’attaque de précision Su-34 Fullback. On ignore si ceux-ci se trouvaient dans la région ce samedi 12 février 2022.

Toujours est t-il que selon Moscou le sous-marin américain croisait lui dans ses eaux territoriales. Une fois détecté au sonar par l’équipage du destroyer russe il a été pris en chasse par deux avions de patrouille maritime Ilyushin Il-38 May appartenant à l’AVMFR, l’Aviatsiya Voenno-Morskovo Flota Rossii. Il s’agit de l’aéronavale russe.
On ignore encore actuellement s’ils lui ont seulement donné la chasse pour le faire décamper de leurs eaux ou s’ils ont essayé de le grenader afin de le couler. On ne le saura sans doute jamais. Le gouvernement russe insiste sur le fait qu’un des deux hélicoptères embarqués Kamov Ka-27 Helix a lui aussi été déployé afin de traquer le bâtiment de l’US Navy. Pour mémoire ce modèle de voilure tournante est parfaitement adapté à la pourchasse et à la destruction de submersibles ennemis. Il a été conçu dans ce sens.
Toujours selon Moscou le sous-marin américain aurait lancé un équipement permettant de fragmenter sa signature au niveau des capteurs acoustiques. Les Russes parlent d’un simulateur auto-propulsé, un outil donc de leurrage. Il aurait permis au sous-marin de quitter la zone à vitesse maximale.

La Russie insiste sur le fait qu’elle a respecté toutes les procédures internationales, arguant même avoir envoyé des messages sonores en russe et en anglais afin d’avertir l’équipage du sous-marin étranger qu’il se trouvait dans les eaux russes. De son côté l’US Navy nie toute implication et toute présence d’un de ses sous-marins dans ces eaux ô combien stratégiques. Pour autant l’attaché militaire à l’ambassade des États-Unis à Moscou a été convoqué par le ministère russe de la défense. Il a du sacrément se faire souffler dans les bronches.
Cette affaire ne tombe pas exactement au meilleur moment pour l’Amérique qui fait pression sur la Russie sur le double dossier Biélorussie/Ukraine. Par contre elle tombe pile poil au bon moment pour la Russie.

Alors qui dit vrai ? Qui ment ? On ne le saura sans doute jamais, mais sur ce coup là j’aurai tendance à croire les Russes. Une fois n’est pas coutume.

Photo © Aviatsiya Voenno-Morskovo Flota Rossii.

Publicité

12 COMMENTAIRES

  1. HUM !!!! un classe Udaloy des années 70 qui detecte un SM classe Virginia avec ses equipements ultra-modernes en…… 1970 ????honnetement ça laisse songeur …!!!! ça ressemble plus à une chasse au dahu des eaux profondes …..

      • j’ai lu quelque part (Los ou N&H..??) que la chasse ASM n’etait pas au top chez eux …!!!!! quant à moderniser un bateau de plus de 40 ans comme celui là…..serieusement , est ce rentable et surtout a-t-il été modernisé depuis 1990….??? si ce n ‘etait pas un dahu , c’etait des calamars geants qui fetaient la St Valentin en avance ????

    • Le Marshal Shaposhnikov a été modernisé et remis en service en 2020 avec l’ensemble de son système d’arme et armements modernisés et/ou remplacés. En tout état de cause avec un sonar actif, on détecte un sous-marin et quelque soit la génération du sonar, c’est sa portée et sa précision qui seront plus ou moins bonne mais ça détectera sa cible.

    • Pour info l’IL-38 est toujours en production à l’heure actuelle, avec une avionique ultra-moderne et surtout le système Novella P38.

      Il ne faut pas sous-estimer la technologie militaire russe.

  2. Les usa jouent un jeux dangereux avec la Russie.
    Et les risques d’un dérapage sont très élevé.
    Un pylône d’artillerie est utilisé pour tout type de munitions et les hypersoniques en font partie. Surveillance, sabotage?!

    Bref même le plus silencieux des sous-marins peut se faire surprendre pour un ancien destroyer.

    De toute façon l’attaché militaire n’a pas été convoqué pour rien. N’en déplaise à certains

  3. J ai pu constater que la technologie militaire russe est bien plus rustique que celle de l occident , mais les russes procedent par evolution  » saut de puce  » la ou les occidentaux mettent en oeuvre des technologies dernier cri des que possible , donc manifestement les russes sont en retard , il n empeche que leurs systemes sont souvent fiables , resistant aux conditions difficiles , et , finalement , efficaces , et pour des militaires sur le terrain c est cette derniere notion qui prime .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom