Jusqu’au bout la France a cru en ses chances de vendre le Dassault Aviation Rafale à nos voisins helvètes. Finalement ce mercredi 30 juin 2021 en milieu d’après-midi le conseil fédéral suisse a rendu un avis favorable à l’acquisition de trente-six chasseurs furtifs Lockheed-Martin F-35A Lightning II. Pour autant cette décision politique ne fait pas l’unanimité puisqu’un recours va être lancé contre l’avion américain. Le feuilleton du remplacement des Hornet et Tiger II suisses est donc loin d’être clos.

La ponctualité en Suisse est légendaire, presque autant que la mauvaise foi en France. Nos voisins avaient dit que les membres du conseil fédéral rendraient leur avis à 16 heures, ils ont rendu leur avis à 16 heures pile-poil : ils ont choisi le chasseur furtif Lockheed-Martin F-35A Lightning II.
Le contrat est annoncé à un peu plus de cinq milliards de francs suisses pour trente-six avions de combat.

Le conseil fédéral a expliqué que l’avion de Lockheed-Martin avait surpassé les propositions d’Airbus DS, de Boeing, et de Dassault Aviation dans tous les cas de figure. Pourtant ils sont restés très évasifs, sans doute trop pour ne pas soulever de questions, sur les défauts bien connus du F-35A Lightning II par rapport à ses concurrents.
En outre la Suisse a fait le choix du missile sol-air Raytheon MIM-104 Patriot lui aussi américain en lieu et place du MBDA SAMP/T français. Le gouvernement suisse présente le Patriot comme complémentaire du Lightning II, on veut bien les croire…

Désormais la balle est dans le camp des parlementaires suisses. Sauf que d’ores et déjà la gauche a annoncé vouloir lancer un recours contre la décision d’achat des F-35A Lightning II qu’elle juge inique. Écologistes et socialistes suisses n’ont jamais caché leur nette préférence pour Dassault Aviation, ou à l’extrême limite pour Airbus Defence & Space. Ils sont bien plus européens que la majorité du conseil fédéral.

Reste désormais à savoir si ce recours aboutira à quelque chose. Le remplacement des chasseurs suisses actuels est un feuilleton qui dure depuis près de dix ans.
Le manque de transparence dans les arguments du conseil fédéral suisse quant à la victoire du F-35A Lightning II laissent quelque peu pantois. Habituellement nos voisins alpins sont de bien meilleurs communicants.

Photo © US Air Force

Publicité

60 COMMENTAIRES

  1. ça me parait obligatoire que la gauche suisse obtienne sa votation contre le f35. déja qu’il manquait pas grand chose pour qu’il y ait pas de remplaçant à leurs hornet…

    • De toutes manières strider_1 la gauche suisse est réputée pro-européenne et relativement anti-américaine. Une victoire du F-35A Lightning II dans ce pays est forcément un appel à contestation de sa part. On remarquera au passage que sur ce dossier les écologistes suisses (très proches idéologiquement d’EELV en France) sont passés d’un antimilitarisme acharné à un pacifisme pro-européen. Les mentalités évoluent partout en Europe, même en dehors de l’UE et les Rafale et Typhoon y contribuent à leur manière.

      • Je n’y connais rien en politique Suisse, et donc je dit peut-être une grosse connerie :
        Mais imaginons que le gouvernement Suisse est anticipé qu’il y ait une votation contre ce projet; es-ce que choisir le F35 pourrait être en fait une façon déguisée d’annuler voire de repousser encore une fois cet achat d’avions de combat?

        NB: je ne crois pas vraiment à ma propre théorie, mais je l’envisage.
        Le premier avril, c’est le 30 juin en Suisse?
        C’est les Russes, ils ont piratés l’organisme de presse du gouvernement Suisse! Ah, non, c’est la CIA en fait!

        • A mon avis l’hypothèse de Guig2000 n’est pas aussi farfelue qu’elle pourrait paraître, et un nouveau vote du peuple suisse favorable à un avion européen pourrait réactiver les relations avec l’Europe. Par contre ce n’est pas seulement machiavélique, mais c’est jouer doublement avec le feu, avec au final un refus sec de tout nouvel avion quel qu’il soit.

  2. On s’y attendait depuis quelques jours et la visite de Biden. Rien de bien étonnant au vu du torrent médiatique et du rouleau compresseur US sur les dernières semaines. Notamment avec l’adaptation de leur offre avec les données glanés par la NSA concernant les particularités uniques proposés par Dassault et Airbus. Même si le feuilleton n’est pas
    forcément terminé, bon courage aux Suisses avec leurs F-35S… et on verra ce que cela donne lors des futurs échanges.

    • Alors étant donné que le sujet est sensible on va éviter les termes osés voire injurieux. La Suisse est encore un état souverain Guillaume ce n’est pas la peine de sortir directe la carte de la trahison.

    • Donc les Suisses choisissent un avion de pénétration furtif… voilà, voilà.
      Peut-être qu’ils veulent se décider à prendre plus activement part aux missions de maintient de l’ordre international.

      Je sais pas je cherche…

    • Trahison ! Rien que ca ?! Et envers qui ? A propos de quoi ?
      Comme le mentionne Arnaud, la Suisse est un état souverain et a donc le droit d’acheter ses avions où bon lui semble.
      Par ailleurs, même les pays membres de l’union européenne (dont la Suisse ne fait pas partie) ne sont pas « obligés » d’acheter de l’armement européen.

  3. Les bras m’en tombent. Le choix de n’importe lequel des autres candidats me semblait défendable.
    Nul doute que le F35 fera bien le job mais il me semble être complètement « disproportionné » pour les tâches qui lui seront affectées par la suisse. Enfin, je suppose que les finances suisses permettent d’acheter des « Range Rover » pour leur services Postaux.
    La messe n’est pas encore dite comme Arnaud le précise très bien.
    Merci à lui une fois de plus pour tout le travail effectué et cet article bien détaillé qui ne se limite pas a une reproduction d’agence de presse.

    • @Milan
      Mais non le pire c’est que rien n’est moins sûr que le F35 soit adapté pour le job premier à savoir l’interception. Les pilotes US le surnomme le pingouin tant ses qualités aerodynamiques laissent à désirer. Pour voler entre les montagnes vous avouerez…

  4. cela devient terriblement dangereux pour notre industrie , il ne s’agit pas de concurrence au sens commercial du terme mais d’une obligation d’achat se résumant à ou vous achetez ou on vous démolit . Entre pseudo partenariat plus ou moins foireux avec de soit disant partenaires et des marchés truqués notre industrie est largement en péril nos « alliés » n’hésitant aucunement à détruire leurs « amis  » au profit des actionnaires déjà bien gavés de ste US !!!!!!!

  5. Jusqu’au bout j’ai cru qu’il y avait une manipulation de l’opinion par les médias pro-américains et que la logique l’emporterait. Et ben NON, j’ai tout faux. Je rappelle que Armasuisse avait pour objectif d’évaluer les Avions dans 5 domaines avec des coefficients différents à savoir l’Air Interdiction, le CAS en Suisse, le CAS à l’extérieur de la Suisse et la Reconnaissance et en dernier le MCO. L’air Interdiction a le plus gros coefficient. Comment un avion qui ne peut pas aller à plus de 4G qui est le moins agile peut-il remporter ce challenge. Les 3 autres avions devraient être devant. L’explication ne peut-être qu’ailleurs, l’économie, la relation géopolitique, les promesses de J Biden (F35 & Patriot et certainement beaucoup + )? Pour l’instant, il faudrait être une petite souris pour savoir ce qui s’est tramé et quels sont les arguments qui ont été le plus convaincants pour remporter la décision.
    En tous les cas, le fait que le F35 gagne c’est un signal très fort envoyé aux décideurs finlandais pour décembre 2021.

  6. J’avoue que sur les sites spécialisés, c’est également la même consternation que la mienne. Essayer de justifier cet achat par des critères objectifs est une pantalonnade osée de la part du conseil fédéral suisse, jolie figure acrobatique en tout cas. Bien meilleure que ce dont sera capable le F-35 😛
    J’aurais bien aimé être une petite souris pour écouter ce que Joe Biden a proposé (ou imposé) aux Suisses pour les pousser à changer leur fusil d’épaule (oui car je n’imagine pas le Président américain leur rendre une visite de courtoisie car il aime le chocolat suisse, soyons sérieux).

  7. Bonsoir,
    Qui peut le plus peut le moins !
    Dans un village près de Lausanne j’ai vu une factrice effectuer sa tournée en SUV de luxe 4×4 donc …..

  8. Vous vous étonnez de la raison et de ce qu’a dit Biden ?
    – un accord commercial pour acheter des produits suisses équivalent à ce que va coûter le f35 aux élvets.
    – la protection de l’oncle Sam.

    Il faut bien avouer que même si le f35 est sûrement le choix le moin BON. Ce sont des arguments qui nous relèguent ( la France) à des années lumières.
    Bizness bizness, les américains sont trop forts pour nous.

  9. Et je rajouterai :les suisses n’ont pas besoin tant que ça d’un bon avion qui volent beaucoup. Donc ils pouvaient se permettre d’acheter la foudre !!!
    Arnaud j’ai conscience d’être mauvais perdant.
    Cordialement.

  10. Une fois de plus on constate que la vente d’arme ne repose pas (que) sur la valeur du matériel proposé mais surtout sur la puissance diplomatique du vendeur.
    A une époque il y avait le bloc de l’est, les pro US et les non alignés. Ces derniers étaient notre terrain de chasse. C’est fini. Pour les US il n’y a que des partenaires de circonstance, pas d’alliés mais des supplétifs. Entre l’expansionnisme chinois et l’hégémonie américaine il va être difficile de trouver une place.
    Il faut le savoir et le comprendre.
    Mais nous avons réussi à vendre des rafales et la messe n’est peut être pas encore entièrement dite en Suisse.
    L’espoir et vivre et nous vivons tous.

  11. 1) le processus de sélection Suisse selon de nombreuses fuites tend vers le Rafale.
    2) Le président Biden passe
    3) Les autorités Suisses clament que le F35 est le meilleur, et le moins cher « grâce au heures sur simulateur ».
    Ce qui est frappant c’est aussi le changement de discours des media suisses (enfin pas tous), suite à la visite de Biden… C’est vraiment la « voix de son maître » qui nie l’évidence !
    Quelle claque à l’esprit européen.. Les suisses se couchent, et tout le monde est perdant.. Nos concurrents jouent la division, la faiblesse et la honte s’y ajoutent..
    J’espère que ce pays réagira, ainsi que le nôtre, car on se fait marcher dessus, et pas à la régulière.

    • Faut arrêter avec les histoires d’esprit européen. La Suisse a toujours refusé catégoriquement d’intégrer le marché commun, l’UE, et la zone euro. Elle n’est donc pas tenue aux valeurs de l’Union.

  12. C’est sûr les suisses ont vraiment besoin de cet avion pour des combats en bvr et de la pénétration en milieu contesté…
    Il coûte peut être autant voir légèrement moins qu’un Rafale mais le coût de l’heure de vol est double a celui de l’avion de Dassault. On pourrais comparer ce choix à l’acquisition d’une limousine grand luxe pour emmener les enfants a l’école et passer a la boulangerie. La visite de Joe Biden a vraiment été bien programmée. Encore un pays qui à cédé face aux pressions de l’oncle Sam. De plus ils vont pouvoir se faire surveiller par le système ODIN. La neutralité suisse en prend un coup.

  13. Plusieurs questions/remarques me viennent à l’esprit :
    1. Qu’en disent nos amis Belges et Hollandais du F35. L’ont-ils reçu, est-il operationnel, et dans ce cas, qu’en est il du coût d’exploitation ?
    2. Comment la Suisse, pays neutre par excellence, a-t-il pu se retrouver ainsi « pieds et poings liés » avec les US ? On connait tous la force de frappe de l’industrie militaro-industrielle americaine (bienvenue chez les Bisounours) ; pour peu que les Suisses osent un jour hausser le ton contre les Americains pour une raison X ou Y, l’oncle Sam appliquera-t-il des moyens de coercition nécessaires à travers leur cheval de Troie F35 et son Cloud basé outre Atlantique : système de maintenance bloqué ou « defaillant », contrôle a distance (big brother is watching you), conditions de vols dégradées, pieces détachées manquantes, missiles défectueux,…
    3. Concernant la vente du système Patriot, le choix me parait un peu aberrant : les Suisses ont-ils peur à ce point de se prendre quelques Scuds sur la tête. Je peux comprendre qu’un tel système puisse être utile (avec une efficacité un peu douteuse) en Israël. Mais là….
    4. Enfin quid de la position française avec le partenariat actuel entre les deux armée de l’air : police des frontières, entraînement commun, facilité pour les Suisses d’occuper notre espace aérien,…. ?

  14. Décision bizarre pour un pays soi-disant neutre et jaloux de son indépendance ! Un avion de pénétration furtif avec une technologie entièrement sous contrôle américain !!!

    • Il y a eu un scandale dévoilé par un média suisse sur des serveurs d’origine américaine installés dans les universités, les ministères et les services financiers du pays avec une black-door NSA.
      Une petite visite de Joe Biden avec quelques dossiers croustillants et c’est peut-être l’explication du choix du Conseil Fédéral.

      • Je pense surtout à des allusions à de possibles mesures coercitives concernant les intérêts et le commerce suisse : « vous pensez bien, si vous choisissez un avion non-américain, mon administration se verra obligée de renforcer les contrôles sur les flux financiers de votre pays ainsi que d’exiger plus de transparence de la part de vos banques, dans le cadre de la lutte contre les paradis fiscaux, qui font tant de ravages. Après, à vous de voir, hein, vous faites comme vous voulez. »
        Evidemment c’est une pure invention de ma part mais franchement, vous ne pensez pas qu’il y un peu de ça, dans l’histoire ? Vraiment ? Sans parler de l’extraterritorialité du dollar… 😉

  15. Sidérant comme choix! Je ne suis pas dans le secret des dieux quant aux performances respectives des F-35 et du Rafale comme beaucoup d’aérophiles. Cependant avec la géographie particulière de la Suisse, il me semble que les performances de « bon grimpeur » du Rafale sont supérieures à celle du F-35. Avec seulement 35 exemplaires est-ce bien suffisant pour assumer la défense du ciel helvète? Je lève, quant même, mon chapeau à la ponctualité légendaire de la Suisse. Le Canada devrait prendre exemple sur ce pays!

  16. Pour une heure de vol réel… Je vous offre 5 heures de simu. Ecoutez moi bien… en plus d’une remise exceptionnel de 0.5 milliards de dollars… Profitez bien de notre offre du jour… Un cout monstrueux de maintenance et une dispo des plus basse du monde des avions d’armes… Notre offre du jours n’est pas fini… Mesdames Messieurs… Pour un avion quasi incapable de dépasser le MACH… Vous aurez le plaisir à chaque fois qu’il le dépassera de pouvoir reprendre la déco de votre fer à repasser, euh de votre avion pour le refaire à votre gout…. Et, la chance de pouvoir refaire (changer) le moteur de façon à repartir à fond lors du prochain repassage. Le canon vous offrira de superbes sensations vibratoire (Mmmm) à l’occasion des rares fois ou vous serez en capacité de l’utiliser. Profitez aussi de la non furtivité de votre fer à repasser, euh de votre avion, car pour ce que vous en ferez, cette furtivité ne vous servira à rien car vous n’aurez que des emports extérieurs. Mesdames et Messieurs je vous garde le meilleurs pour la fin… notre marque vous garantie qu’elle surveillera à chaque seconde l’utilisation de votre fer… heu avion afin de vous garantir les meilleurs conseilles pour son utilisation et qu’elle sera en possibilité d’en contrôler, a distance, le fonctionnement si il y a un problème. Cette offre valable juste ce jour est garanti sans aucune manipulation. Rendez jaloux vos amis… achetez le dernier modèle de… euh d’avion. Et en prime, et c’est le cadeau du jour, nous vous offrons un nombre inégalé de défaillances qui vont mettre des décennies à être réglées… ou pas, ça c’est cadeau. Mesdames et Messieurs, Madame, je vous en met, 36… merci Madame… Monsieur? Combien? Bien venue au monde des camelots………….
    C’est de l’humour… Quoi que? Ou est le clown blanc ou l’auguste?
    J’espère cette fois ne pas être modéré et aussi que les commentaires ne soit pas fermé.
    En tout cas bravo Arnaud pour vos articles.

  17. Bonjour Arnaud,
    Dans les différentes communications officielles, il ressort que le F-35 avait mené la course en tête dès le début. Et que je cite, il était largement supérieur aux autres avions en lice. On ne peut dès lors que s’interroger sur les rumeurs déclarant le Rafale en tête si selon ceux qui ont mené les évaluations, il ne l’était pas. Avez vous des éléments pour nous aider à comprendre ?
    Merci !

    • Pour l’instant Titus nous sommes nous aussi dans l’expectative. Les déclarations suisses sont surprenantes, leurs décideurs auraient voulu noyer le poisson ils ne s’y seraient pas pris autrement.

      • En Belgique cela s’est passé de la même manière. Les conclusions insistant sur la supériorité du F-35 furent aussi très mal accueillies par une partie de la population et suivies d’un tollé en France.

  18. Bravo au F-35 ! Il faut savoir être fair-play après une confrontation de titan comme celle-ci ! On s’est bien battu, ils ont gagné, tant mieux pour eux !

  19. Bonjour à toutes et tous,
    Ce qui est amusant dans l’achat d’avions de combat est de constater le nombre ahurissant d’expert(e)s en la matière. Je suis citoyen suisse et je vais tordre le cou à quelques idées reçues :
    – les postiers suisses se déplacent avec une sorte de petits trikes électriques et non pas avec des Range Rover ou tout autre SUV de luxe,
    – les partis de gauche et anti-armée (GSsA en particulier) ne vont pas déposer un recours mais une initiative populaire qui amènera les Suisses à aller s’exprimer dans les urnes sur le sujet avec un risque assez important de refus, il faut bien l’admettre,
    – à titre personnel, j’aurais préféré le Rafale (nous avons eu des Mirage IIIS – je m’en souviens pour les avoir vus et entendus à l’aérodrome militaire près de chez moi),
    – je pense également que notre gouvernement fait une erreur en choisissant l’avion de Lockheed-Martin mais la procédure exclut la possibilité au peuple de s’exprimer sur le type de l’avion et c’est très probablement mieux ainsi,
    – est-ce que Dassault sûr de son fait a été un peu gourmand dans son offre prestations/prix ?
    – sûrement que la NSA doit y être pour quelque chose, demandez à Airbus …

    Allez les experts, continuez à vous exprimer, cela fait du bien de voir de la controverse.

    • Ce qui est sur, c’est surtout le prix d’achat qui est mis en avant, mais une fois qu’elle aura les avions, la Suisse aura la surprise des frais d’exploitation, de l’entretien et des options obligatoires non dévoilés.

      • Je dirais que nous autres Suisses avons l’habitude des ces mauvaises surprise. Il y avait eu à l’époque le scandale des Mirage III, puis l’achat de la moitié des F/A18 prévus au double du prix. Ce ne sera donc pas une surprise. Cependant, le calcul du prix s’est fait, selon les informations dont nous disposons, sur l’ensemble du cycle de vie de l’avion soit entretien, support et formation inclus. Reste à savoir si les hypothèses des coûts sont valables. Je ne prendrais pas les paris dans ce domaine !

  20. Bonjour Arnaud, Je pense qu’avec cet article vous avez décroché le « pompon »! De mémoire, je ne me souviens pas avoir lu sur « avions légendaires » un article ayant déclenché autant de commentaires avec autant d’intervenants. S’agit-il d’un record historique pour ce site? De plus, je suis heureux, enfin, d’entendre le point de vue d’un suisse. Ce sont quand même eux les plus concernés! Qu’ils n’hésitent pas à s’exprimer. Je suis sûr que cela enrichirait ce débat.

  21. Effectivement, c’est impressionnant!! Pour arriver en bas de cet article j’ai fait chauffer la roulette de ma souris! Ceci dit on y parle déjà du rafale! Je constate que cet avion suscitait et suscite toujours des débats passionnés.

  22. Il faut choisir un avion et un système DCA pour les conflits à venir, pas seulement pour ce que l’on en fait à l’heure du contrat. dans un environnement aussi petit que la suisse, la furtivité est un avantage indéniable et si le F35 fait relais radar au patriot (on as des montagnes et pas assez de radar) c’est encore un avantage.
    il faudra peut être aussi accepter que le f35, même avec ses nombreux bugs etc est bien meilleur que tous les autres, n’en déplaise au européen
    Quand au article donnant le rafale gagnant, c’était pas la presse suisse qui le disait, mais la française
    Pour le coup d’entretien, on est habitué à mettre des petite lignes dans les contrats et des pénalités

    • Dans le cas de la Suisse je pense que la furtivité n’est pas un atout fantastique. En effet ils ne volent que très rarement en en dehors de leur territoire et maitrise parfaitement l’utilisation des vallées et la proximité des montagnes qui perturbent grandement l’utilisation des radars.
      La maniabilité est par contre un besoin primordiale et ce n’est pas le point fort du F35 qui est plutôt un avion de pénétration en territoire hostile et très bon dans ce rôle.

  23. Meilleure technologie avec un avion us ultra moderne pour un coût d’achat et d’exploitation moindre par rapport aux concurrents européens rafale y compris. Le choix de la Suisse est simplement logique et pragmatique.

  24. Ce qui me parait le plus gênant dans cette histoire c’est le coté « logiciel propriétaire » qui rend en fait, une aviation d’un pays neutre, entièrement dépendante d’une autre nation.
    Autrement dit, si oncle Sam décidait (on ne sais pas trop pourquoi dans l’état actuel du monde, mais ça peut changer…) de s’affranchir de la neutralité de l’espace aérien suisse, il pourrait tout simplement empêcher les F35 suisses de s’y opposer (contrairement à ce qui s’était passé entre 42 et 45 – merci au passage pour cet article passionnant -)
    Mais en fait, le même problème se pose peut être aussi avec les concurrents ? Quelqu’un sait-il si F18, Rafale ou Eurofighter sont aussi dépendants de leurs constructeurs d’un point de vue logiciel ?

  25. Oui la France et l’europe sont perdants mais pour moi les vrais grands perdants dans cette histoire ce sont les suisses qui se sont bien fait arnaqué. Les arguments du choix sont tellement faux et gros que perosnnes n’y croit et je ne serait pas surpris qu’il y ait eu la dessous un forte pression américaine pour que la situaiton bascule brutalement après la visite de Mr Biden en Suisse. Je ne serais pas surpris de voir un jour éclater un scandale sur ce qui a du se jouer sous le manteau (menace sur les banques suisses, menaces sur la présidente, corruption, …) car cette affaire pue la magouilel à plein nez. Ca me fai tpensez au contrat en Corée du sud ou le rafale était arrivé premier et le F-15 dernier et c’était ce dernier qui avait été choisi.

  26. Comme l’AAE, les clients du Rafale dispose d’une autonomie sur les logiciels de l’ensemble des équipements. Que ce soit pour les CDVE, le SPECTRA, le radar, l’OSF. Apparemment il fournissent régulièrement des mises à jour pour l’ensemble des systèmes pour les conserver aux meilleurs niveaux. Chaque client peut disposer de particularités logiciel pour mieux cadrer à ses besoins. Tout cela dépend également de la capacité de financement du client. Pour l’Inde, elle s’est équipé d’un Rafale haut de gamme avec de nombreuses améliorations logiciel comme matériel. Il dispose de capacités de guerre électronique novatrices auquel si ajoute une motorisation et une vitesse de pointe améliorée. Le standard F4 va permettre de pousser encore ses capacités grâce à l’apparition de l’IA, d’un système de cyber-défense et l’optimisation en temps réel de ses performances et la situation tactique. A suivre…

  27. Bonsoir,
    Petite question pour les spécialistes.
    Est il exact que pour vendre le F18 à la suisse, les américains ont délibérément menti sur les dimensions du F18 en faisant croire qu’ils entraient sans problèmes dans les « garages »(dans les montagnes) , et que une fois l’avion livré, les suisses ont du dépenser bcp d’argent pour modifier les « garages »?
    Si oui les suisses ont la mémoire courte et les américains racontent vraiment n’importe quoi.

    • C’est une rumeur infondée. Je me souviens qu’à l’époque cela avait débat puisque les dimensions de F/A18 dépassaient de manière significative celles du Mirage III. Je rappelle également que les candidats au remplacement des avions Dassault ont également passé un examen de passage. Il y avait entre autres si mes souvenirs sont bons le Viggen suédois.
      Le fait que les américains aient menti sur les dimensions de l’avion sont risibles – il était évident que les F/A18 n’entraient pas dans les abris et autres tunnels calibrés pour les Mirage et les Hunter (je ne parle pas des Vampire et Venom qui étaient bien plus modestes).

  28. « Vox populi vox dei », les citoyens suisses ont accepté par une très courte majorité le principe de l’achat d’un nouvel avion de combat pour remplacer à la fois nos F-5 obsolètes et nos FA-18 vieillissants. En clair le peuple suisse a débloqué un crédit de CHF 6 milliards + 2 milliards pour l’achat d’un système anti-aérien et anti-missiles. Le Conseil Fédéral avait en somme carte blanche pour le choix de l’équipement, partant du principe que le choix se porterait sur le meilleur rapport qualité-prix, mais aussi la meilleure adéquation aux missions attribuées à ces avions et missiles. La mission première de l’aviation militaire suisse étant la police du ciel, clairement le F-35 est « surqualifié » dans ce rôle…comme le sont aussi les autres candidats Rafale compris. Un ancien pilote et commandant de brigade à la retraite m’a récemment confié qu’une version « allégée » du Rafale (c’est-à-dire configuré uniquement pour des missions d’identification et interception) serait déjà largement suffisante. Un autre officier d’aviation de haut rang (à la retraite également), estime lui que 20 à 25 appareils suffiraient pour assurer ces missions, par contre il serait souhaitable d’accorder plus de moyens à la défense anti-aérienne et surtout ….à la sécurité informatique ! La contestation contre ce choix ne vient pas que des partis de gauche, écologistes et anti-militaristes mais également de citoyens qui soutiennent l’idée d’une défense nationale crédible. La décision du Conseil Fédéral doit encore être ratifiée par les chambres d’une part et pourrait aussi être remise en question par une initiative populaire …. affaire à suivre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom