La photo de ce weekend pourrait bien ressembler à un cadeau de Noël avec quelques heures d’avance pour nombre d’entre vous. Elle représente en effet un des avions les plus mythiques, mais aussi les plus redoutés, de la Seconde Guerre mondiale : le Messerchmitt Me 262 Schwalbe. Pourtant celui-ci n’a pas vraiment combattu la Royal Air Force ou l’US Army Air Force.

Ce jet biréacteur n’est en effet pas réellement une relique de la période 39/45. Il s’agit d’une réplique réalisée aux États-Unis à l’identique et actuellement immatriculée en Allemagne. Nous vous avions d’ailleurs déjà présenté ce Me 262A/B-1C Nr.501244 en septembre dernier, sous un angle très différent. Désolé je n’ai pas résisté, je vous en propose une autre vue.
Et j’en profite pour vous souhaiter à toutes et tous un excellent réveillon de Noël ainsi qu’à vos proches.

Photo © Bundesheer.

Publicité

8 COMMENTAIRES

  1. Merci pour la photo.
    Deux faits amusants sur le Me 262, dont la construction fut chaotique au possible :
    Son « obésité » lui vient de son train. Pour caser les roues, il fallait impérativement trouver une astuce.
    Les ailes en flèches sont une astuce pour rééquilibrer l’avion car il n’était pas prévu que les moteurs soient si imposants.
    Pour retrouver un bon équilibre, les ingénieurs osèrent une solution qui simplifie la construction mais handicape la maniabilité.

  2. Cette vision là c’est bien la dernière chose que voyaient les équipages de bombardiers alliés. En effet une pression d’une demi seconde sur la détente et le Me262 crachait une vingtaine d’obus par ses quatre canons de 30mm de quoi découper un B-17 ou B-24.
    Cet avion avait néanmoins de nombreux problèmes à commencer par ses deux moteurs qui avaient une durée de vie d’une vingtaine d’heures seulement à cause du manque de métaux rare en Allemagne à la fin de la guerre. Ils devaient donc être construit avec des matériaux classiques.

  3. Dans son livre  » Le Grand Cirque  » Pierre Clostermann a écrit que le Me 262 ressemblait à un requin et qu’il avait une silhouette révolutionnaire pour l’époque. Il y a eu peu de duels aériens entre cet avion et les Spitfire et autres Tempest de la RAF mais il a contribué à la disparition des chasseurs équipés de moteurs compressés au profit de l’aviation à réaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom