Les approximations du cinéma : White House Down et le Sikorsky VH-3.

Avec cet article nous inaugurons une nouvelle série qui aura pour but de démythifier un peu certaines scènes du cinéma mettant en œuvre des avions ou des hélicoptères. Et pour ce premier opus intéressons nous à un long métrage d’action qui n’est sans doute pas le plus réussi, loin de là : White House Down du célèbre réalisateur américano-allemand Roland Emmerich. Dans celui-ci l’hélicoptère présidentiel Sikorsky VH-3 tient une place à part entière, quitte à prendre quelques libertés avec la réalité. Et pourtant les scénaristes se sont inspirés d’un fait réel, mais en l’adaptant à leur sauce.

En premier lieu rappelons que Roland Emmerich n’est pas exactement le réalisateur des films les plus intimistes du 7e art. Avec des longs-métrages comme Universal Soldier (1992), Independance Day (1996, ou encore 2012 (2009) c’est plutôt un metteur en scène de films d’action bourrés de testostérone et d’effets numériques. En gros on ne va pas lui demander de faire dans la dentelle. Et ça tombe bien car White House Down (2013) est dans la même veine avec sa Maison Blanche tombée entre les mains d’un félon à la tête d’une équipe de mercenaires. C’est du cinéma bien bourrin avec les muscles de Jamie Foxx dans le rôle du président américain et de Channing Tatum dans celui de son garde du corps. Et forcément des mitraillages en veux tu en voilà. On en viendrait presque à se demander pourquoi les excellents Maggie Gyllenhaal, James Woods, et Richard Jenkins sont venus y jouer les seconds rôles ? Hormis pour le salaire peut-être.

Et donc dans la scène finale (attention spoiler) on voit le président et ses acolytes embarquer à bord de Marine One et quitter la Maison-Blanche. À la demande du patron le pilote de l’hélicoptère fait voler son VH-3D à quelques centimètres seulement de la surface du miroir d’eau du Lincoln Memorial, créant une impression extraordinaire. Si on excepte que tout cela sent furieusement les images de synthèse on peut raisonnablement se dire que jamais un George Bush Jr ou un Barack Obama, même pas un Donald Trump, n’aurait été assez timbré pour demander une manœuvre aérienne aussi hallucinante au cœur même de la capitale fédérale des États-Unis. Alors est-ce là la fruit du fécond imaginaire d’un scénariste ? Même pas, plutôt de sa capacité d’adaptation.

La réalité, toujours plus forte que la fiction.

Car une telle procédure fut bien envisagée pour le 4 juillet 1976. C’est le Président des États-Unis Gerald R. Ford lui-même qui en fit la demande, malgré l’avis défavorable de l’US Secret Service. Résultat ce dernier exigea que Sikorsky et l’US Marines Corps réalise une série d’essais, hors de Washington DC avant d’envisager de donner son accord. Les essais eurent lieu plus d’un an avant les festivités du bicentenaire de la naissance des États-Unis.
C’est en effet au cours de la seconde quinzaine de mai 1975 qu’un des deux NVH-3E de l’US Air Force fut mis à contribution. Transféré à Sikorsky Plant près de Strafford dans le Connecticut l’hélicoptère réalisa une série de passages à très basse altitude au-dessus d’un plan d’eau spécialement privatisé par le constructeur pour l’occasion. Les résultats ne furent pas probants, l’appareil ayant même tendance à prendre un peu l’eau. Un comble pour un dérivé du SH-3 Sea King de lutte anti-sous-marine.
Il ne fallut pas plus à l’US Secret Service pour apposer son véto à cette volonté présidentielle. Jamais un Marine One ne survolerait le miroir d’eau.
Enfin jusqu’à ce que Hollywood y mette son grain de sel !
Il ne semble exister aujourd’hui qu’une seule et unique photo de cette campagne d’essais du printemps 1975.

Photo © bibliothèque du Congrès des États-Unis.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

7 réponses

  1. Bonjour,
    Excellente idée pour une nouvelle série d’articles, on attend les prochains épisodes…

      1. Pour nous tenir en haleine, avez-vous une idée du programme des prochains épisodes? 🙂

  2. Une série sur les avions dans les jeux video serait interessante aussi, comme le jeux ace combat(mon jeux préféré) ou un F4phantom emportant une centaine de missiles peut sans probléme détruire un F22!

    1. Désolé Wardog1 n’ayant absolument aucune connaissance en jeux vidéo en dehors de Super Mario et de Tetris je ne saurais pas vous proposer le moindre début d’article. En terme de jeu d’avion j’en suis resté à Afterburner sur Sega Mégadrive !

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Blériot 111

À bien des égards l’entre-deux-guerres fut une période faste pour les évolutions technologiques en matière aéronautique. Entre 1914 et 1918 celles-ci s’étaient limitées, pour d’évidentes

Lire la suite...