FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Sikorsky VH-3 ‘Marine One’
Constructeur : Sikorsky Aircraft
Désignation : VH-3
Nom / Surnom : Marine One
Code allié / OTAN :
Variante : HSS-2Z
Mise en service : 1963
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Hélicoptère de transport présidentiel, soutien aux opérations présidentielles.

HISTOIRE

Sikorsky VH-3 ‘Marine One’ :
Au service de onze présidents américains”

Aux États-Unis les symboles de la puissance présidentielle sont presque aussi forts que la personnalité du président lui-même. C’est ainsi vraie de la Maison-Blanche qui par métonymie représente souvent la présidence américaine elle-même. Et les véhicules utilisés par le chef d’état américain n’y font pas exception à l’image du célébrissime Boeing VC-25A mondialement connu comme Air Force One. Au moins aussi célèbre est l’hélicoptère présidentiel Sikorsky VH-3 connu sous son indicatif radio de Marine One.

C’est Dwight D. Eisenhower qui fut le premier président américain à faire en sorte que ses services disposent de leur propre flotte d’hélicoptères. Il s’agissait alors de Sikorsky HUS-1Z Seabat transformés à la va-vite. Mis en service par l’escadron HMX-1 de l’US Marines Corps il s’avérèrent rapidement inadaptés aux exigences de sécurité voulues par l’US Secret Service en charge de la protection rapprochée du président.

Aussi le Pentagone se mit en quête d’un remplaçant au cours de l’année 1960. Peu d’hélicoptères existaient alors dans l’arsenal américain, et surtout l’US Marines Corps exigeait un appareil à caractère naval afin de facilité le travail de ses pilotes. Il s’agissait aussi d’une guerre de tranchée car à l’époque l’US Army faisait valoir son droit lui-aussi à assurer le transport présidentiel.
Deux machines furent évaluées : le Boeing Vertol HRB-1 Sea Knight et le Sikorsky HSS-2 Sea King. Mais rapidement la compétition tourna à l’avantage de ce second, le premier étant considéré comme trop bruyant et à la cabine trop basse de plafond. En fait en coulisses Sikorsky avait passé un accord secret avec plusieurs élus républicains. En gros ils avaient acheté le programme. Et en contrepartie l’administration Eisenhower passa commande pour trois hélicoptères sous la désignation de Sikorsky HSS-2Z Sea King.

L’ironie voulut que jamais ce président ne vola à bord de l’hélicoptère. En effet le temps que le programme soit développé conjointement par l’US Department of Navy, Sikorsky, et la Maison-Blanche et Eisenhower n’était plus président des États-Unis. Le jeune John Fitzgerald Kennedy lui succéda. Sur sa première année de mandat lui aussi vola avec les HUS-1Z Seabat mais également avec deux Bell UH-13B Sioux prêtés par l’US Army. La guerre des tranchés entre les deux armes se poursuivait.
Pendant ce temps l’hélicoptériste adapta son appareil. En fait il ne dérivait pas de la version classique de lutte anti-sous-marine embarquée mais bien de la version de servitude HSS-2U. Par rapport à ce dernier le HSS-2Z disposait de hublots rectangulaires, était dénué de systèmes de flottaisons et possédait un des premiers systèmes de communication encryptée au monde.

Finalement les premiers hélicoptères de série entrèrent en service en janvier 1963. Le réalignement de septembre 1962 étant alors passé par là les hélicoptères avaient été redésignés VH-3A Sea King. Lorsque le chef d’état américain était à bord l’hélicoptère prenait l’indicatif de Marine One.
Et dès le départ il semble bien que JFK vit la différence avec les HUS-1Z (entre-temps devenus VH-34D) notamment au niveau du bruit à l’intérieur de la cabine ou encore du confort de l’appareil.
Malheureusement pour lui Kennedy n’eut pas le temps d’en profiter. Il fut assassiné dans l’année. Particularité notable un des VH-3A assura le rapatriement de la dépouille présidentielle à la descente du Boeing VC-137A Stratoliner qui revenait de Dallas.

Par la suite son successeur Lyndon Johnson fit usage aussi très souvent des trois Sikorsky VH-3A Sea King de l’US Marines Corps. Toutefois en 1968 apparut un autre appareil dans l’arsenal présidentiel : un VH-3E. Et cet hélicoptère avait été commandé à deux exemplaires par l’US Army. Le premier était dédié au transport personnel du secrétaire américain à la défense. Le second fut repeint à la hâte aux couleurs présidentielles et affecté par le Pentagone auprès de la Maison-Blanche.
La guerre des tranchées, épisode 3. Autant dire que l’US Marines Corps appréciait assez peu cette méthode.

Quand Richard Nixon arriva à la tête du pays en janvier 1969 les Sikorsky VH-3A étaient alors des Marine One et l’unique VH-3E un Army One. Le Pentagone avait réussi à trouver un compromis dans cette guéguerre stérile : le VH-3E servait pour les déplacements présidentiels dans un rayon de 30 miles autour de la Maison-Blanche et les VH-3A assuraient les missions au-delà ou encore le soutien aux voyages à l’étranger. Dans ce cas un ou deux hélicoptères volaient à bord d’un Lockheed C-141B Starlifter spécialement dédié au soutien des opérations présidentielles.
Après la démission de Nixon son successeur Gerald R. Ford décida de remettre de l’ordre dans le transport présidentiel.

Il ordonna au Pentagone de commander une version améliorée du VH-3A Sea King, utilisée exclusivement par l’US Marines Corps. Le président lui-même ordonna à l’US Army de cesser ses opérations. Les deux VH-3E furent alors cédés à l’US Air Force qui leur donna la désignation de NVH-3E et les affecta à des missions de soutien aux essais en vol.
La guerre des tranchées était terminée, l’US Marines Corps avait gagné. Désormais les Sea King présidentiels ne seraient plus que des Marine One !

Commandé à onze exemplaire la nouvelle version fut désignée Sikorsky VH-3D. Surtout le patronyme de Sea King fut abandonné car trop connoté dans la guerre navale.
À la différence de leurs prédécesseurs les nouveaux appareils étaient équipés de systèmes de protection comme un détecteur d’alerte radar AN/AAR-47, un système de détection anti-missile AN/APR-39 couplé à un éjecteur de leurres thermiques AN/ALE-47. Enfin un équipement de contre-mesures infrarouges AN/ALQ-144 finalisait cette avionique que l’on retrouvait habituellement sur des avions tactiques.
C’est en 1976 que les premiers hélicoptères entrèrent en service.

En 1979 quand le dernier Sikorsky VH-3D fut livré les trois VH-3A furent rétrocédés à l’US Navy qui les employa pour deux d’entre-eux comme hélicoptères de soutien aux essais en vol. Affectés au Naval Air Warfare Center ils virent leur désignation modifiée en NVH-3A. Pourtant ils conservaient leur livrée verte olive et blanche. Le troisième fut repeint en rouge et blanc et affecté au soutien logistique du centre d’essais en vol de NAS China Lake. Il conserva sa désignation de VH-3A mais n’assura plus jamais de transport de hautes personnalités, même pas occasionnellement.
En 1982 alors que Ronald Reagan occupait le bureau ovale il fut décidé de moderniser de nouveau l’avionique des VH-3D en service. Les Marine One furent alors les premiers hélicoptères au monde dotés d’un détecteur de positionnement à faisceau laser. Il était désigné AN/AVR-2 par le Pentagone. Dans le même temps un système de communication à très basse fréquence fut installé. Il permettait des liaisons très sécurisées.

Par la suite les Sikorsky VH-3D Marine One connurent tous les présidents américains jusqu’à aujourd’hui Donald Trump. Pourtant c’est bien sous celles de George Bush Jr et de Barack Obama que le sort de l’hélicoptère fut scellé. Sous la présidence du premier Lockheed-Martin remporta le marché de sa succession avec le VH-71 Kestrel dérivé de l’AW.101 Merlin européen. Mais finalement sous cette même présidence le programme fut annulé.
Et c’est Barack Obama qui commanda son véritable remplaçant : le VH-92A Superhawk. Les premiers exemplaires doivent entrer en service fin 2020.

Aujourd’hui les hélicoptères Sikorsky VH-3D Marine One figurent parmi les aéronefs militaires américains les plus connus dans le monde. Et ce n’est pas pour rien si Hollywood s’en est emparé dès les années 1990.
Ils sont considérés souvent comme les précurseurs des hélicoptères d’affaire. Il est à signaler que seuls les appareils porteurs d’un toit blanc sont affectés au transport présidentiel, ceux intégralement vert olive assurent le soutien opérationnel.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Sikorsky VH-3D Marine One
Envergure : 18.90 m diamètre de chaque rotor
Longueur : 16.70 m
Hauteur : 5.13 m
Motorisation : 2 turbines General Electric T58-GE-402
Puissance totale : 2 x 1550 ch.
Armement : aucun.
Charge utile : 15 passagers.
Poids en charge : 9525 kg
Vitesse max. : 265 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 4475 m
Distance max. : 1000 Km avec dix passagers.
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Sikorsky VH-3 ‘Marine One’

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Sikorsky VH-3 ‘Marine One’

VIDÉO

Atterrissage de Marine One à la Maison-Blanche en 2015.