Quand les S-70 Firehawk démontrent qu’ils ne sont pas que des hélicoptères anti-feux.

Rarissimes sous nos latitudes les Sikorsky S-70 Firehawk sont de plus en plus présents dans les cieux nord-américains. Et comme leur nom le laisse à penser ce sont bien des hélicoptères bombardiers d’eau dérivés du célèbre UH-60 Blackhawk de l’US Army. Cependant le Cal Fire s’exerce actuellement également à son emploi comme plateforme de recherches et de sauvetages aéroterrestres ou encore d’évacuation sanitaire. Il ne s’agit pas seulement d’amortir leur acquisition auprès des dirigeants de l’état de Californie mais aussi de préparer le futur proche.

Sur ce cliché le système anti-incendie est bien visible sous l’intrados du Firehawk.

Car actuellement les missions de recherches et de sauvetages, et notamment les évacuations sanitaires de pompiers blessés au feu sont la spécialité des équipages de Bell UH-1H Iroquois. Il s’agit là d’hélicoptères issus de l’US Army et employés par le California Department of Forestry and Fire Protection, le vrai nom du Cal Fire, depuis 1989. Ils avaient à l’époque remplacé de vieux UH-1F rachetés de seconde main à l’US Air National Guard pour une bouchée de pain.
Quatre de ces vieux monoturbines doivent encore être remplacés par des S-70 Firehawk à venir. Nous traiterons d’ailleurs dans quelques jours d’un article sur leur avenir.

En attendant donc les pilotes et équipages des nouveaux biturbines se sont entraînés dans le nord californien à l’hélitreuillage de blessés et à leur évacuation vers une plateforme hospitalière. Dit comme ça cela paraît à priori simple pour un hélicoptère comme le Firehawk sauf que justement il conserve en permanence son équipement anti-incendie, ce qui l’alourdi considérablement. De ce fait les femmes et les hommes du Cal Fire sont obligés de répéter encore et encore les procédures propres à ce type de mission.
L’idée est que si un mégafeu venait à se déclarer un des appareils puisse rapidement switcher de la lutte contre les flammes vers l’évacuation d’un personnel blessé et ensuite reprendre sa place dans le dispositif d’attaque des flammes.

Jusque là les UH-1H Iroquois ne pouvaient pas opérer ainsi, ils étaient obligé de voir leur équipement anti-feu déposé. Ainsi un exemplaire, voire deux, demeuraient immobilisés. Et cela devenait problématique si le feu redoublait car le remontage de l’équipement prenait environ deux heures par Huey.

Ce Huey engagé dans l’exercice montre bien son équipement anti-feu déposé.

L’idée donc d’employer des Firehawk configurés en hélicoptère bombardier d’eau mais vide de toute charge d’attaque est de ce fait séduisante. Par contre elle oblige le Cal Fire à former l’intégralité de ses personnels. Les pompiers californiens entendent se séparer de leurs derniers UH-1H Iroquois au cours de l’été 2024, une fois le douzième et dernier S-70 livré. D’ici là l’ensemble des personnels devra avoir été formé aux procédures d’évacuation sanitaire par hélitreuillage.

Photos © Cal Fire.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires
Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Blériot 111

À bien des égards l’entre-deux-guerres fut une période faste pour les évolutions technologiques en matière aéronautique. Entre 1914 et 1918 celles-ci s’étaient limitées, pour d’évidentes

Lire la suite...