Le réchauffement climatique va t-il mettre en péril le Salon du Bourget 2023 ?

Les dimanches se suivent et se ressemblent à Paris et plus globalement en Île-de-France. À une quinzaine d’heures de son inauguration par le Président de la République Emmanuel Macron le Salon International de l’Air et de l’Espace court actuellement un risque assez fort d’être… humide. En effet tout porte à croire que la vague de chaleur que la moitié nord du pays connait depuis début juin entraîne désormais des orages dont certains pourraient s’avérer violents et donc dangereux pour les exposants et visiteurs du salon. Au moment où j’écris ces quelques lignes la quasi intégralité de la région parisienne est sous le coup des pluies diluviennes et d’impacts de foudre.

À vrai dire j’ai commencé à avoir de sérieuses inquiétudes pour ce Salon du Bourget 2023 dimanche dernier, 11 juin 2023. Entre la fin de l’après-midi et le début de la nuit des trombes d’eau sont tombées sur Paris, sur la moitié nord des Hauts-de-Seine, et sur la quasi intégralité de la Seine-Saint-Denis. Des stations de métro ont même été fermées temporairement et la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris a enregistré une hausse des appels assez forte avec cent quarante interventions liées aux intempéries, principalement dans le 93.
Je l’aurai sans doute oublié si Météo France ne s’était pas rappelé à moi depuis quelques heures avec un orage puissant qui frappe actuellement la même partie de l’Île-de-France, obligeant notamment à stopper une partie du trafic ferroviaire de la SNCF ou encore à fermer la circulation automobile sur la très stratégique route nationale 118, bien connu des Franciliens et Franciliennes.

Quel rapport avec le Salon du Bourget allez-vous me dire ?
Comme son nom usuel l’indique le Salon International de l’Air et de l’Espace se tient au Bourget. Donc en Seine-Saint-Denis, au cœur de la zone la plus durement touchée depuis une semaine par les orages. Bien sûr il n’est pas question d’annuler la grand-messe de l’aéronautique mondiale mais peut-être de revoir son programme pour les deux trois jours à venir. Car les prévisionnistes météorologues sont très clairs sur la question : Paris et sa banlieue vont subir des impacts de foudre et des pluies diluviennes au moins jusqu’à mercredi midi voire plus sûrement jusqu’à la nuit de mercredi à jeudi.

Que nos lectrices et lecteurs se rassurent ces mêmes météorologues annoncent le retour d’un grand beau soleil avec un ciel largement dégagé pour le weekend prochain, période de l’ouverture au public du SIAE. En fait ce sont bien plus les journées pros qui semblent mises en danger par les caprices d’un ciel francilien soumis désormais aux aléas du réchauffement climatique. Si la foudre et les pluies orageuses s’invitent la fête risque de tomber à l’eau. Tout se jouera alors pour les femmes et les hommes de l’aéronautique dans les halls d’expositions plutôt que sur le tarmac. Les quelques démonstrations aériennes pourraient également être annulées pour les journées de lundi, mardi, et de mercredi. Les aéronefs en vol font très mauvais ménage avec la foudre et les orages.

Depuis plusieurs années l’industrie aéronautique a su prendre en compte le péril lié aux dérèglements consécutifs au réchauffement climatique. Dans quelques heures nous saurons si les organisateurs du SIAE 2023 aussi ont fait leur révolution copernicienne sur ce sujet majeur. À titre personnel je n’en doute pas.
Affaire à suivre.

Photo © Keypublishing


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

5 Responses

  1. Espérons que les avions pourront voler quand il fera beau … entre 2 averses comme dans une certaine région française 🙂
    J’ai en mémoire quelques Bourget où les stands intérieurs étaient envahis par la foule pendant les orages
    il fallait guetter la fin de la pluie et se précipiter vers les statiques avant qu’ils ne se remplissent de visiteurs

  2. Il est grand temps que les dirigeants de l’aéronautique et des autres secteurs prennent enfin au sérieux l’impact de leurs activités sur le réchauffement climatique. Pour l’instant, c’est lent, trèèèès lent à réagir… et c’est nos enfants qui vont payer de nos erreurs et nos tergiversations.
    Je suis curieux de voir ce qui peut être proposé pour diminuer sérieusement les émissions de la production aéronautique et du transport aérien.

  3. Bah, hier jai pris le train strasbourg/cdg pour décoller direction abidjan le meme jour. Pas un pet de turbulences. Comme quoi.
    Par sécurité ne pas faire voler est juste un gage de sécurité en plus. Dommage pour les spectateurs… pour une fois que la canicule etait bienvenue, quoi que la chaleur extreme et avionique ne sont pas les meilleurs amants

    1. Sans compter qu’en cas de canicule sur le salon les équipes de la BSPP et du SAMU93 seraient débordées par les malaises. Le cagnard au Bourget c’est abominable.

  4. Quoi qu’il en soit je souhaite à tous ceux qui pourront s’y rendre une visite passionnante.

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié