La judokate Clarisse Agbégnénou va survoler les Champs-Élysées.

À un peu plus d’un an de l’ouverture des Jeux Olympiques d’été de Paris 2024 c’est un geste fort à l’attention d’une des plus grandes chances de médailles pour la France. Demain vendredi 14 juillet 2023 les Alpha Jet E de la Patrouille de France embarqueront avec eux la double championne olympique de judo Clarisse Agbégnénou. Elle aura l’occasion ainsi de survoler Paris dans l’un des avions qui dévoilera le panache de fumigènes tricolores à l’occasion de la fête nationale. Pour cela la sportive de haut niveau a été obligée de se préparer en amont avec l’Armée de l’Air et de l’Espace.

Niveau condition physique la jeune trentenaire nous met la pile à toutes et tous. Elle est toujours aussi agile et musclée que lorsque le grand public l’a découverte en 2016 aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro où sa médaille d’argent annonçait une grande en devenir. Aujourd’hui Clarisse Agbégnénou n’est pas une grande judoka, elle est au-delà, c’est une très grande sportive. Deux titres olympiques donc mais aussi six titres mondiaux et cinq titres européens. C’est simple dans sa catégorie des 63 kilogrammes elle est la référence absolue. Clarisse Agbégnénou est stratosphérique.

Et ça tombe bien donc quand on l’est qu’on puisse embarquer en place arrière d’un jet d’entraînement pour tout simplement ce qui est un des vols les plus symboliques dans le monde : survoler Paris le 14 juillet. Pourtant la meilleure des judokas françaises aussi a dû passer par la case entraînement. Une formalité ? Peut-être pas tant que ça car il y a une petite différence entre un tatami et une place arrière de cockpit d’Alpha Jet E. Pour s’en rendre compte celle qui est par ailleurs adjudante de gendarmerie a échangé son judogi (vous savez cette veste et ce pantalon que tout le monde appelle à tort un kimono !!!) pour une tenue de vol complète avec combinaison anti-G. L’entraînement s’est déroulé sur la Base Aérienne 120 de Cazaux à la fin du mois dernier. Et vous savez quoi ? Clarisse Agbégnénou en est ressortie avec les honneurs. Quand on dit que cette jeune femme impressionne.

Donc demain matin elle s’alignera à bord d’un Alpha Jet E tricolore et survolera l’axe allant de la Grande Arche de la Défense à la pyramide du Louvre en passant évidemment par l’Arc de Triomphe et l’obélisque de la Concorde. En tournant la tête elle pourra apercevoir la célèbre tour blanche de la mairie de Gennevilliers, ville où elle a passé son enfance. Sous «son» Alpha Jet ses collègues de la Gendarmerie Nationale auront sans doute une pensée pour la plus célèbre de leurs représentantes.

Photo © Armée de l’Air et de l’Espace.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires
Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

DFS Olympia Meise

Dans les années 1930, les prouesses aéronautiques fascinent les foules. Il était donc dans l’air du temps d’inclure le Vol à voile comme discipline de démonstration aux

Lire la suite...