Décidément l’exportation du dernier né des avions de combat russes n’en finit pas de défrayer la chronique. Depuis un peu plus de deux semaines plusieurs médias algériens font réentendre leur petite musique autour de l’acquisition de quatorze Sukhoi Su-57E Felon. Seul (très) gros souci dans cette affaire l’avionneur autant que le gouvernement russe annoncent qu’aucune commande n’a été enregistrée auprès de ce pays. Des nations à la stabilité économique plus avérée comme l’Égypte ou la Turquie seraient plutôt candidates pour devenir ce premier client étranger.

Pourquoi donc ces médias algériens (tant arabophones que francophones) relancent t-ils leurs infos sur cette commande encore très fantomatique de quatorze chasseurs Sukhoi Su-57 Felon ? Pour deux raisons en fait.
La première est qu’en effet il y a environ un an et demi les généraux algériens ont fait savoir publiquement qu’ils s’intéressaient de près à l’avion furtif. Un intérêt renforcé par l’existence avérée d’une version destinée à l’export, le fameux Su-57E. Malheureusement il semble que la perte de l’un des avions de présérie à Noël dernier ait quelque peu refroidi leurs ardeurs. On aurait pu croire l’affaire enterrée. Il n’en est rien avec ce regain d’intérêt purement médiatique.
La seconde raison est liée à l’actualité récente de l’avion russe : il a été officiellement présenté lors du salon Army 2020 le mois dernier à Moscou. Et l’Algérie faisait partie, au travers d’une délégation d’officiels, d’une des quinze nations étrangères invitées par le pouvoir russe. Il faut bien que Moscou soigne aussi ses alliés.

Or lors de ce même salon Army 2020 l’avionneur Sukhoi a bien révélé que des négociations étaient en cours avec l’Algérie, mais pas sur le Su-57E ! Selon le constructeur russe celles-ci porteraient sur la fourniture d’une quinzaine de chasseurs de supériorité aérienne Sukhoi Su-35 Flanker-E. On sait que ce modèle d’avion est observé de près depuis longtemps par les généraux algériens.
Dans le même temps Sukhoi a annoncé qu’une approche avec un pays étranger, puissance régionale majeure selon les médias d’état russes, y avait eu lieu sur l’avion furtif. On parle désormais d’un contrat qui serait en négociation pour une trentaine d’avions avec livraison du premier appareil au cours de l’année 2027. Un tel marché s’il se révélait fondé écarterait de facto l’Algérie qui n’a depuis très longtemps pas commandé autant d’avions à un prix aussi élevé. Et là encore cela plaiderait pour l’Égypte, la Turquie… ou l’Irak qui a récemment fait connaitre son intérêt pour cette machine.

On l’aura compris les médias algériens, notamment ceux ayant des spécialistes sur les questions de défense ou d’aéronautique, n’en sont plus à une approximation près quand il s’agit des acquisitions d’armement. Malheureusement pour eux les médias russes ne les suivent pas, pas plus que les médias anglophones et francophones.
Après un avion aussi beau que le Sukhoi Su-57 Felon aurait forcément une sacrée gueule sous la livrée algérienne, mais jusqu’à présent il s’agit de science-fiction.

Photo © Keypublishing

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom