Les pilotes indiens de Rafale découvrent la campagne francilienne.

Ils seront demain les vedettes étrangères du défilé aérien du 14 juillet. Les pilotes et équipages des Dassault Aviation Rafale B/C de l’Indian Air Force ont débuté leur entraînement au vol en formation avec leur poisson-pilote, un Rafale appartenant lui à l’Armée de l’Air et de l’Espace. Avant-hier, mardi 11 juillet 2023, ils ont participé à la traditionnelle répétition générale au-dessus de Paris et de sa région. L’occasion pour les pilotes indiens de s’insérer à l’intérieur d’une des plus grandes et des plus célèbres parades aériennes de la planète.

Bien sûr des survols urbains les pilotes de la chasse indienne en font régulièrement, y compris avec leurs Rafale. Mais des survols de l’une des capitales les plus célèbres du monde où chaque arrondissement amène son lot de curiosités et de monuments historique c’est autre chose. Déjà que pour les femmes et les hommes de l’Armée de l’Air et de l’Espace ce n’est pas anodin de passer à la verticale de la Grande Arche de la Défense, puis de l’Arc de Triomphe, de l’obélisque de la Concorde, du jardin des Tuileries, de la pyramide du Louvre, et enfin de s’approcher de Notre-Dame alors imaginez donc pour ceux qui ont parcouru plus de 8000 kilomètres. À l’instar de Londres, New York, ou Rome, Paris n’est pas une ville comme une autre : c’est un mythe.

Peu de risques cependant que les militaires de l’Indian Air Force ne souffrent du syndrome de Paris demain matin. Ils survoleront la capitale à trop haute vitesse pour risquer d’être déçue par elle. En attendant c’est au-dessus des campagnes des Yvelines, de l’Essonne, et de la Seine-et-Marne qu’ils ont pu profiter de ces vols en formation. Point de relâche bien sûr mais sans doute beaucoup moins de pression qu’au-dessus de la ville musée.

Car, et cela surprend parfois, l’Île-de-France, la région capitale, est également une terre de campagnes, de champs, de pâturages, de bosquets, et de forêts. Y a pas que le Bois de Boulogne et le Bois de Vincennes pour apporter de la verdure aux Franciliens et notamment aux Parisiens. Or avant-hier certains ont donc vu passer ces Rafale porteurs de marquages pour le moins exotiques.

Photos © Armée de l’Air et de l’Espace.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

5 Responses

  1. Salut ARNAUD, et les passionnés,
    Avec un peu d’humour, tu aurais pû titrer  » Les INDIENS à la découverte du FAR WEST parisien…. »
    – Bon, pour apercevoir leur cocarde indienne en plein vol, il faut avoir l’œil avisé quand même ….!
    Je me permets de republier le lien de l’appli. du 14 juillet :
    – lien code QR de l’application spéciale du 14 juillet – application officielle du ministère des armées, très intéressante , qui me semble très complète pour suivre le défilé et toutes les animations – https://www.defense.gouv.fr/sites/default/files/styles/16_9_lg/public/ministere-armees/capture%20application.JPG?itok=5dNQHR2y
    Amicalement, et bon défilé,

  2. La plupart ne feront aucunement la différence entre des Rafales français et indiens. La livrée gris basse visibilité est la même et la cocarde est de loin quasiment identique. Même le drapeau sur la dérive peut prêter à confusion.

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Dassault Mirage F1B

Quand il réalisa son premier vol le 23 décembre 1966 le prototype du Dassault Mirage F1 tranchait radicalement avec les autres avions éponymes. L’avionneur clodoaldien

Lire la suite...