Grande première pour le ravitaillement en vol dans la Luftwaffe.

Cela peut sembler anodin à certains mais ce qui s’est passé ce mardi 30 avril 2024 dans le ciel d’Allemagne était une réelle avancée dans le ravitaillement en vol au sein de la Luftwaffe. En effet pour la première fois un Airbus DS A400M Atlas allemand a transféré du carburant à un autre Airbus A400M Atlas également allemand. Dans une force aérienne qui fait reposer le gros de ses missions de transport tactique sur ce nouvel avion cet acte a une portée particulière, encore plus avec la situation actuelle en Europe. L’Allemagne va t-elle pouvoir désormais déployer plus loin ses forces de projection aérienne ?

Alors bien sûr j’en entends d’ici certains hurler en lisant ces lignes que nos amis et alliés allemands ont des Lockheed-Martin KC-130J Super Hercules qui peuvent tout aussi bien faire l’affaire. Et ils auront raison. Sauf que ces tankers quadrimoteurs turbopropulsés de fabrication américaine ne sont pas stationnés en Allemagne, mais en France au sein d’une structure binationale avec l’Armée de l’Air et de l’Espace. Ils ne sont donc pas directement disponibles pour les unités de la Luftwaffe basées justement en Allemagne. Et puis s’assurer que l’Airbus DS A400M Atlas est tout aussi capable de ravitailler en vol un autre A400M Atlas c’est garantir pour l’aviation allemande de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

Respectivement codés 54+44 et 54+45 les deux avions en questions figurent parmi les A400M Atlas les plus récents à voler sous les marquages de nationalité allemande. Ils sont de ceux qui ont été pensé et assemblés justement pour être des avions de ravitaillement en vol en plus d’être des transports tactiques. Même si le vol réalisé en début de semaine n’était qu’un essai il a permis de valider le concept. Car lorsque le 54+44 a accroché le panier du 54+45 ce n’était pas pour un «ravitaillement sec» : du carburant a bel et bien été transféré entre les deux avions. C’était un essai certes, mais transformé. Thomas Ramos et Lina Queyroi n’auraient pas fait mieux.

C’est tellement joli que ça aurait presque mérité la photo de la semaine.

Ce ravitaillement en vol entre deux A400M Atlas allemands démontre que désormais la Luftwaffe a la capacité d’allonger encore un peu plus ses forces de projection. À coup sûr l’OTAN l’a bien compris, surtout dans la situation sécuritaire actuelle en Europe.

Photos © Luftwaffe

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

13 réponses

    1. Pas sur vu que AAE a des A330MRTT pour le faire.
      Le besoin de l’AAE pour l’A400M est de ravitailler des Hélicoptères ce qui semble enfin possible dans des conditions « normales »

  1. Bonjour Arnaud, les avions ravitailleurs super-hercule basés en France, ils sont Allemands ou Français ? Et pourquoi ne peuvent-ils pas servir de temps à autre pour leur pays d’origine ? C’est bizarre d’acquérir des avions et de ne pas s’en servir ? L’armée de l’air s’en sert-elle quelques fois ? Cordialement

    1. Bonjour Yann490, ils sont les deux et servent en priorité pour l’Allemagne et la France, et en second cas pour nos alliés européens.

  2. Je n’ai pas le souvenir que les hercules pouvaient se ravitailler entre eux , contrairement à nos regrétés C160. Je ne me souviens pas en avoir vu avec des perches de Rvt en vol. Pouvez vous nous confirmer cette fonction?,merci , et encore félicitations pour votre site.

  3. Très original comme article. Je trouve les Atlas allemands très élégants, plus même que les équivalents français.

  4. Nous nous en mordrons les doigts tôt ou tard de produire des avions militaires dépassés à cause des diktats européens. Cet A-400M Atlas est encore à hélices quand nos concurrents américains et russes fabriquent des avions identiques à réaction. Nous payons ici 50 ans d’asservissement de la France à l’Europe et à l’Allemagne. Je dis stop et le peuple français dit stop.

    1. A la grande différence c’est que vous pouvez utiliser le présent de produire pour l’A400M à Hélice alors que pour le C17 c’est la passé qui doit être utilisé.
      Et comme déjà dit vous ne faite pas du tactique avec un C17 sur une piste rudimentaire.

  5. Quel sont les avions dont vous parlez ?
    Je suis un néophyte mais il me semble que les concurrents américains et russes doivent s’amuser à faire atterrir des « avions identiques à réaction » sur des terrains sommaires.
    Quoique le plus compliqué ne serait pas d’atterrir mais de faire redécoller l’appareil…

  6. Désolé Arnaud pour l incompréhension, c’était une réponse au post très bête de Leopold Charbonnier sur l’usage du moteur à hélice. Les C130J super hercules ont des moteurs à hélice pas des réacteurs nucléaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Vought O2U Corsair

Dans l’histoire de l’aéronautique quelques avionneurs ont su marquer de leur empreinte leur domaine par l’emploi répété d’un même patronyme pour leurs appareils. En France

Lire la suite...