FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Arado Ar 231
Constructeur : Arado Flugzeugwerke GmbH
Désignation : Ar 231
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1941
Pays d'origine : Allemagne (IIIe Reich)
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Hydravion embarqué d'observation

HISTOIRE

Arado Ar 231 :
L'hydravion à ailes décalées”

Sans doute plus encore que n’importe quel autre conflit avant ou après lui la Seconde Guerre mondiale fut celui des porte-avions. Américains, Britanniques, et Japonais rivalisaient dans la mise en œuvre de ces bâtiments de guerre ; de leur côté les Allemands en étaient totalement absents. La Kriegsmarine n’a jamais vraiment pris la mesure de l’utilité de tels navires. Elle leur préféra les sous-marins, les fameux U-Boats tant redoutés. Aussi l’industrie aéronautique allemande sut développer des aéronefs spécialisés dans l’embarquement à bord des submersibles. Un des appareils les plus surprenants fut le petit hydravion à flotteurs Arado Ar 231.

Depuis le biplan Friedrichshafen FF.29 daté de la Première Guerre mondiale l’Allemagne possédait une tradition dans la conception d’hydravions destinés à servir depuis des sous-marins. Il s’agit d’une technologie alors surtout connue ailleurs avec la France et le Japon.
Aussi quand début 1939 les bureaux d’étude d’Arado se virent confier l’étude et le développement d’un tel aéronef afin d’embarquer à bord des quatre futurs U-Boats de Type XI ce ne fut pas une surprise, d’autant que ce constructeur avait déjà une spécialité dans la conception de tels aéronefs.

Les équipes avaient l’obligation de respecter les dimensions du hangar dédié à cet usage à bord des submersibles. Et celles-ci obligeaient évidemment à avoir un hydravion facilement démontable et d’entreposage aisé. Pour la motorisation les ingénieurs et techniciens allemands firent appel au Hirth HM.501. Il s’agissait là d’une version à six cylindres du fameux HM.500 à quatre cylindres en ligne qui équipait l’avion école Bücker Bü 181 Bestmann. Ce nouveau moteur développait 160 chevaux.
Surtout afin de permettre un rangement plus aisé des ailes dans le compartiment dédié à bord des sous-marins les designers durent avoir recours à un procédé alors inédit : l’aile décalée. Une fois montée l’aile gauche était ainsi sensiblement plus haute que l’aile droite, l’inclination de voilure ayant lieu au-dessus du fuselage.
Le nouvel appareil reçut la désignation d’Arado Ar 231, un prototype étant commandé.

Extérieurement, une fois assemblé, il se présentait sous la forme d’un hydravion à flotteurs de type monoplan parasol doté donc d’une voilure décalée. Le pilote, qui devait également faire office d’observateur, prenait place dans un petit cockpit à l’air libre disposant d’un équipement minimaliste. Aucun armement n’était évidemment prévu, afin de ne pas alourdir l’hydravion. Le montage complet de l’Ar 231 prenait onze minutes et son démontage autant de temps.
Le prototype Ar 231V1 réalisa son premier vol en septembre 1941.

Ironie de l’Histoire la Kriegsmarine avait alors compris que les U-Boats de type XI et leurs canons de calibre 128 millimètres étaient devenus inutiles. Elle n’avait donc théoriquement plus besoin d’hydravions embarqués puisqu’elle avait annulé le programme de submersibles. Pour autant elle passa commande pour cinq exemplaires de présérie appelés Arado Ar 231A0. L’idée était alors de les employer à partir de navires de soutiens, toujours pour de la reconnaissance et de l’observation.
Deux exemplaires furent alors engagés dès la fin de l’année 1941 à bord du croiseur auxiliaire Stier, un cargo civil militarisé au début de la Seconde Guerre mondiale. Ils participèrent notamment au repérage des navires de guerre HMS Gemstone et HMS Dalhousie et du cargo panaméen Stanvac Calcutta. Tous trois furent coulés.
Par contre il semble que l’hydravion de reconnaissance déployé à l’approche de l’USS Stephen Hopkins ait été abattu avant de pouvoir faire son rapport. Résultat en septembre 1942 un combat débuta entre les deux navires de guerre qui aboutit à la destruction de l’un comme de l’autre. La Kriegsmarine ne possédait donc plus que trois Ar 231 de présérie.
Le prototype servait lui à la formation avancé des pilotes.

Après ce drame la marine nazie décida de ne plus embarquer ses hydravions à ailes décalées. Les trois Arado Ar 231A0 furent stationnés sur le port de Hambourg et employés pour sa surveillance de jour. Cependant deux d’entre eux furent détruits entre le 25 juillet et le 3 août 1943 lorsque le port et la ville de Hambourg subirent un raid aérien anglo-américain (malheureusement) resté dans l’Histoire.
Une semaine plus tard la Kriegsmarine retirait du service le dernier exemplaire de présérie et l’envoyait à la casse, ainsi que le prototype.

Hydravion à la courte carrière particulièrement chaotique l’Arado Ar 231 est surtout connu pour l’architecture particulièrement surprenante de son aile parasole. Assez curieusement les écrits à son sujet ne disent pas que cela en faisait un appareil difficile à piloter.
Il ne subsiste aujourd’hui plus rien de cet étranger aéronef d’observation.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Arado Ar 231A0
Envergure : 10.18 m
Longueur : 7.81 m
Hauteur : 3.12 m
Motorisation : 1 moteur en ligne Hirth HM.501
Puissance totale : 1 x 160 ch.
Armement : aucun
Charge utile :
Poids en charge : 1049 kg
Vitesse max. : 170 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 2950 m
Distance max. : 500 Km à masse maximale
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Arado Ar 231

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Arado Ar 231

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données