D.A.R. DAR-3 Garvan

Fiche d'identité

Appareil : D.A.R. DAR-3 Garvan
Constructeur : Darzhavna Aeroplanna Rabotilnitsa
Désignation : DAR-3
Nom / Surnom : Garvan
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1930
Pays d'origine : Bulgarie
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Bombardier léger de reconnaissance, surveillance frontalière.

Sommaire

“ Le plus célèbre avion bulgare ”

Histoire de l'appareil

À l’issue de la signature le 27 novembre 1919 du Traité de Neuilly-sur-Seine le jeune roi de Bulgarie Boris III réussit in extremis à sauver à la fois sa petite aviation militaire naissante mais également la capacité de son pays à développer ses propres aéronefs. Britanniques et Français s’avèrent au final moins sévères avec les Bulgares qu’ils ne l’ont été quelques semaines plus tôt avec les Allemands et les Austro-Hongrois à Versailles. Cette victoire politique et diplomatique va permettre la naissance de l’avionneur Darzhavna Aeroplanna Rabotilnitsa, ou D.A.R. cinq ans plus tard.
Et ainsi favoriser l’émergence du bombardier léger de reconnaissance DAR-3 Garvan.

Au milieu des années 1920 l’une des missions principales de l’aviation royale bulgare est la surveillances des nouvelles frontières du pays, nées justement de dit Traité de Neuilly-sur-Seine. Le pays a été amputé de nombreux territoires cédés et/ou rendus à la Grèce, à la Roumanie, et à la jeune Yougoslavie. Et pour mener à bien ces missions les avions les plus employés sont alors des biplans allemands Albatros C.III et DFW C.V dont une partie a été assemblée localement. Sauf que ces avions accusent désormais une certaine obsolescence, datant tout de même respectivement de 1915 et 1916. Aussi à Sofia l’état-major des armées royales veut un nouvel avion, et au plus vite.

Devant l’urgence de la situation une décision double est prise. Commander un petit lot d’avions existant déjà ailleurs et faire en sorte que D.A.R. puisse développer, avec l’accord des Britanniques et des Français, un nouvel appareil. Six Potez XVII, directement dérivés du Potez XV, sont commandés tandis que l’avionneur d’état bulgare lance les études de l’aéronef baptisé DAR-3 Garvan. Ce nom signifie corbeau en français.

Là encore afin d’amadouer les autorités alliées l’ingénieur bulgare Tsvetan Lazarov en charge du programme choisit le moteur français Lorraine 12D à douze cylindres en V d’une puissance de 400 chevaux. Pour le reste le D.A.R. DAR-3 Garvan est un pur produit local même si son armement défensif est également d’origine alliée sous la forme de deux mitrailleuses britanniques Vickers, l’une tirant en position de chasse et l’autre installée sur un anneau mobile arrière Scarff. Biplan d’envergure inégale le Garvan possède un fuselage et une voilure assemblés en bois entoilé, contreplaqué, et tubes de métal. Quand il apparait au début de l’automne 1926 c’est un monomoteur très moderne, en comparaison de ce qui se fait alors en France, en Italie, ou encore au Royaume-Uni. La charge de bombes atteint quant à elle 150 kilogrammes, majoritairement en munitions de 30 et 50 kilos.
Le prototype du DAR-3 réalise son premier vol en novembre 1926.

Les premiers essais en vol démontrent pourtant que le moteur Lorraine 12D n’est pas adapté à l’avion. Lazarov décide de faire machine arrière et d’abandonné l’option d’un moteur en V au profit d’un moteur en étoile. Son choix se porte alors sur l’un des modèles les plus vendus à l’époque dans le monde, le Gnome & Rhône 9Akx Jupiter français aux origines britanniques. Développant lui aussi 400 chevaux il permet des avancées majeures dans le développement du DAR-3 Garvan. Pourtant l’ingénieur bulgare et ses équipes ne sont pas satisfaits. Il décide de changer encore de moteur et s’oriente désormais vers les États-Unis et plus particulièrement le Wright R-1750 Cyclone 9 à neuf cylindres en étoile d’une puissance de 500 chevaux. Les essais réalisés en février 1929 confirment que ce moteur est le plus adapté. Malgré un retard certain le DAR-3 est commandé à hauteur de six exemplaires par l’aviation royale bulgare. Ils entrent en service au début de l’année 1930.

Pourtant Tsvetan Lazarov voit plus loin et décide de passer un accord industriel avec l’Italie fasciste. Tandis que l’avionneur Fiat lui offre le soutien d’ingénieurs et de designers le motoriste Alfa Roméo propose son Type 126 R.C.34 également à sept cylindres en étoile mais développant cette fois 750 chevaux. Les résultats sont bien supérieurs au moteur américains. Six exemplaires supplémentaires sont commandés comme DAR-3 Garavan II.
Dans le même temps l’aide des personnels italiens va apporter un sang neuf au bureau d’étude de Lazarov. Deux designers italiens reprennent les plans du bombardier léger de reconnaissance et lui offrent cette fois une verrière ajustable permettant de protéger le pilote et éventuellement d’être déposée au niveau de l’observateur mitrailleur. Au passage quelques améliorations aérodynamiques couplées au nouveau moteur Alfa Roméo permettent à la charge offensive de grimper à 200 kilogrammes, dont des bombes incendiaires italiennes de 100 kilos. Cette nouvelle version est commandée à douze exemplaires sous la désignation de DAR-3 Garvan III. Les mitrailleuses britanniques y laissèrent la place à des modèles allemands de calibre 7.92 millimètres.

Les D.A.R. DAR-3 Garvan II et Garvan III entrent tous en service à partir de l’année 1933. La production est terminée deux ans et demi plus tard. Jusqu’à l’entrée du royaume de Bulgarie dans la Seconde Guerre mondiale, en mars 1941, aux côtés de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste, ces biplans ne connaissent nullement le feu. Malgré un léger accrochage à l’été 1938 avec l’aviation grecque ils n’ont alors encore jamais tiré à la mitrailleuse en dehors des entraînements et n’ont pas largué la moindre bombe. Cela va pourtant arriver très vite. Malgré un refus d’entrer en guerre contre l’Union Soviétique, en raison de proximités culturelles très fortes avec la Russie et l’Ukraine, les bombardiers légers bulgares vont participer à des missions, notamment dans les Balkans contre les partisans du maréchal Tito ou encore face aux forces alliées en Grèce. Au moins trois Garvan II et deux Garvan III sont perdus en opérations au cours de l’année 1942. Au début de l’année suivante la Bulgarie fait le choix d’envoyer à la retraite ses Garvan III, les remplaçant par des bimoteurs Dornier Do 17P offerts de seconde main par la Luftwaffe. Les Garvan I et Garvan II de leurs côtés demeurent en service comme avions de liaisons, ne conservant comme armement que les seuls mitrailleuses de chasse.

Neuf D.A.R. DAR-3 Garvan III sont fournis au printemps 1943 par la Bulgarie à la Yougoslavie qui s’empresse de les utiliser contre la résistance titiste mais également face aux forces britanniques. Le biplan d’origine bulgare est alors balayé, trois avions étant descendus dans la même journée en juillet 1943 par deux chasseurs Supermarine Spitfire de Royal Air Force. Finalement la Yougoslavie ne les conservera que quelques semaines, les retirant du service à Noël 1943.

Si la Bulgarie demeure aujourd’hui encore un des pays parmi les plus mineures de l’aventure aéronautique en Europe le D.A.R. DAR-3 Garvan ne doit cependant pas être rayé d’un trait de plume. Médiocre durant la Seconde Guerre mondiale il reste pourtant un très bon bombardier léger de reconnaissance aux vues des caractéristiques de son époque de naissance. Il ne reste de nos jours plus rien de lui.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER

Photos du D.A.R. DAR-3 Garvan

Caractéristiques techniques

Modèle : D.A.R. DAR-3 Garvan III
Envergure : 11.90 m envergure du plan supérieur de voilure
Longueur : 9.46 m
Hauteur : 2.76 m
Surface alaire : 37.00 m2
Motorisation : 1 moteur en étoile Alfa Roméo 126 R.C.34
Puissance totale : 1 x 750 ch.
Armement : Deux mitrailleuses MG de calibre 7.92mm, l'une en position de chasse et l'autre montée sur affût annulaire arrière. Charge de bombes de 200kg sous fuselage et voilure.
Charge utile : -
Poids en charge : 2100 kg
Vitesse max. : 265 km/h à 2000 m
Plafond pratique : 7000 m
Distance max. : 1000 Km à charge maximale
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Profil couleur

Profil couleur du D.A.R. DAR-3 Garvan

Plan 3 vues

Plan 3 vues du D.A.R. DAR-3 Garvan
Fiche éditée par
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
Facebook
Twitter
Pinterest
Email
Print

Vidéo du D.A.R. DAR-3 Garvan

Désolé, actuellement aucune vidéo n'a été répéretoriée pour cet aéronef.