FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Grumman XF4F-3S Wildcatfish
Constructeur : Grumman Aircraft Engineering Corporation
Désignation : XF4F-3S
Nom / Surnom : Wildcatfish
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1943
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Prototype d'hydravion de chasse, hydravion de soutien aux essais en vol.

HISTOIRE

Grumman XF4F-3S Wildcatfish :
La fausse bonne idée de l'US Navy”

Concept apparu durant la Première Guerre mondiale et s’étant prolongé jusqu’aux années 1950 l’hydravion de chasse n’accoucha pas toujours de machines particulièrement réussies. Sa doctrine était pourtant assez révolutionnaire : permettre à des hydravions légers de mener des missions de défense aérienne en s’affranchissant des obligations de terrain d’aviation des aéronefs terrestres. Comme d’autres pays les États-Unis s’y essayèrent, avec sans doute moins de succès que les Allemands ou les Italiens. L’un des plus célèbres d’entre-eux et paradoxalement un des moins réussis fut le monomoteur de la Seconde Guerre mondiale Grumman XF4F-3S connu sous le nom de Wildcatfish.

Quand en mai 1942 la marine impériale japonaise attaqua l’archipel des Aléoutiennes, territoire rattaché à l’Alaska, une fois encore cela fut par les airs. Et le faible dispositif défensif américain fut balayé en quelques jours. Surtout au milieu des avions et hydravions qui avaient déjà fait leurs preuves l’US Army Air Force et l’US Navy découvrirent un étonnant hydravion à flotteurs dérivé du célèbre chasseur-bombardier Mitsubishi A6M. Surtout les Américains furent impressionnés par ses capacités. L’avion était en réalité le Nakajima A6M2-N que les services de renseignement alliés connaissait sous le nom de code Rufe.

L’idée germa alors dans la tête des amiraux américains de doter les nombreuses îles et îlots qui parsèment le Pacifique d’un ou deux appareils similaires. Un contrat fut signé en ce sens en septembre 1942 entre Grumman qui devait fournir l’avion de base et gérer la transformation en hydravion, la société Edo qui allait s’occuper de fabriquer les flotteurs et les stabilisateurs verticaux, et l’US Department of War en tant que client. Il prévoyait la construction d’un premier lot de cent machines.
L’avion idéal selon l’US Navy était le Grumman F4F-3 Wildcat car à la fois compact, bien armé, et très manœuvrable.

À la différence de Nakajima les équipes d’Edo ne choisirent pas le flotteur unique central et les flotteurs annexes de balancines mais le double flotteur plus académique. Grumman retira des chaînes d’assemblage l’avion porteur du numéro de série BuNo 4038.
Désormais considéré comme un hydravion expérimental il reçut la désignation de XF4F-3S. Les équipes de Grumman lui donnèrent le sobriquet de Wildcatfish. Celui-ci devint finalement son nom officiel en janvier 1943 après que l’appareil ait officiellement été présenté au roulage aux décideurs de l’US Navy.

Extérieurement le Grumman XF4F-3S Wildcatfish se présentait sous la forme d’un hydravion de chasse de construction métallique. S’il reprenait 80% des éléments d’un F4F-3 Wildcat terrestre standard le train d’atterrissage rétractable et la crosse d’appontage avaient évidemment été déposés. Les quatre mitrailleuses Browning de calibre 12.7mm étaient conservées. Des haubans avaient été installés entre les deux nouveaux flotteurs et l’avion. Ils se fixaient au fuselage autant qu’à l’intrados de voilure. De petits stabilisateurs verticaux avaient été installés au niveau des plans horizontaux d’empennage afin de réduire la trainée.
Un chariot de roue pouvait être installé sur les flotteurs mais ne servait pas au décollage ou l’atterrissage du XF4F-3S, seulement à son roulage lors des phases logistiques.

C’est le 28 février 1943 que l’hydravion déjaugea pour son premier vol. Celui-ci démontra que le Grumman XF4F-3S avait besoin d’une quille pour les déjaugeages. Une dérive ventrale de grande taille fut installée sous l’avion et les essais purent reprendre.
Durant l’un d’eux le Wildcatfish établit un record nationale de rapidement au déjaugeage en trente-quatre secondes seulement, mais sur plan d’eau fermé et par vent nul. Malgré cela plus le temps passait plus le programme décevait. Dans le même temps le génie américain réussit à développer des méthodes de constructions d’aérodromes de plus en plus rapides. En mai 1943 l’hydravion de chasse était devenu obsolète, d’autant que sa vitesse de croisière de 385 kilomètres-heures le rendait vulnérable à la chasse japonaise. Le mois suivant Grumman recevait l’ordre de cesser tous travaux de développement.

Cela ne sonna pas totalement le glas pour le Grumman XF4F-3S Wildcatfish. L’hydravion fut versé aux ateliers d’Edo qui s’en servit pour soutenir plusieurs programmes d’essais de flotteurs et d’équipements divers. Avant sa livraison l’ex-chasseur vit son armement déposé.
Finalement le Wildcatfish fut envoyé à la ferraille début 1946.

À l’instar du Spitfire Floatplane développé au Royaume-Uni par Folland le Grumman XF4F-3S Wildcatfish prouva qu’un bon chasseur terrestre ou embarqué ne donne pas forcément naissance à un hydravion de chasse de qualité. Malgré cela il est indéniable que cet hydravion américain a un certain charme, même si finalement il était assez raté.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Grumman XF4F-3S Wildcatfish
Envergure : 11.59 m
Longueur : 11.91 m
Hauteur : 5.53 m
Motorisation : 1 moteur en étoile Pratt & Whitney R-1830-76 Twin Wasp
Puissance totale : 1 x 1200 ch.
Armement : Quatre mitrailleuses de calibre 12.7mm.
Charge utile :
Poids en charge : 3405 kg
Vitesse max. : 425 km/h à 6150 m
Plafond pratique : 6000 m
Distance max. : 950 Km à charge maximale.
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Grumman XF4F-3S Wildcatfish

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Grumman XF4F-3S Wildcatfish

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données