FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Lockheed WC-130 Weatherbird
Constructeur : Lockheed Aircraft Corporation
Désignation : WC-130
Nom / Surnom : Weatherbird
Code allié / OTAN :
Variante : Hercules W Mk-2
Mise en service : 1964
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Avion de reconnaissance météorologique.

HISTOIRE

Lockheed WC-130 Weatherbird :
Le chasseur d'ouragan”

L’US Air Force est certainement l’aviation militaire qui au cours des soixante-dix dernières années à mis en ligne le plus vaste arsenal aérien d’avions et de drones de reconnaissance. Des aéronefs capable aussi bien de prendre des photos au-dessus d’un champs de bataille que de relever des émissions radios le long de la frontière soviétique. Mais parmi cet éventail hallucinant existe une catégorie très spéciale d’avions de reconnaissance : ceux chargés des missions dites météorologiques. Et même dans cette fonction très pointue il existe une élite, ce sont les chasseurs d’ouragans, des équipages chargés de devoir observer au plus près ces phénomènes naturels si destructeurs. Depuis le milieu des années 1960 ils volent sur une même famille d’avions : les Lockheed WC-130 Weatherbird.

C’est fin 1961 que l’US Air Force commence à s’intéresser au remplacement de ses Boeing WB-50D Superfortress utilisés alors comme avions de suivi des ouragans au-dessus du territoire américain. Bien qu’initialement conçus pour le recueil des données atmosphériques après les explosions nucléaires ces avions ont été peu à peu adaptés à cette nouvelle mission dès 1959 et l’arrivée en unité de Boeing WB-47E Stratojet et surtout des deux Lockheed WU-2A beaucoup plus modernes.

Cependant aux yeux des équipages américains ces lourds quadrimoteurs sont désormais inaptes à de telles missions. Et le Pentagone regarde alors en direction de Lockheed et de son avion-cargo C-130 Hercules. En 1962 cinq C-130B sont commandés pour être modifiés en avion de reconnaissance météorologique et officiellement désigné WC-130B. Ils conservent alors le nom générique de Hercules.
Beaucoup plus manœuvrables que les vieux Boeing WB-50D ces quadrimoteurs à turbopropulseurs entrent en service actif en 1964 après une série d’essais classifiés au-dessus de l’Alaska et du Pacifique.

Avec ces Lockheed WC-130B l’US Air Force dispose alors pour la première fois d’avions pouvant voler au plus près, c’est à dire à moins de dix kilomètres contre trente-cinq à quarante jusque là, des vents les plus violents de ces tempêtes destructrices.
Grâce à ces cinq machines les météorologues américains comprennent bien mieux comment agissent les ouragans. Dès lors en 1965 il est décidé de modifier neuf C-130B de seconde main en WC-130B portant ainsi la flotte en 1966 à quatorze avions.

Dans le même temps un rapport officiel est remis au Pentagone par la NOAA (c’est à dire la National Oceanic and Atmospheric Administration) afin d’étudier la faisabilité de vols de Lockheed WC-130 à l’intérieur même des ouragans et cyclones. Et pourquoi pas de pénétrer dans l’œil de ce dernier. Il s’agit d’une zone assez vaste d’environ trente à cinquante kilomètres de diamètre et quasiment sans vent où la météorologie est clémente. La seule manière d’y accéder est de survoler le phénomène météo. Or les WC-130B n’en sont tout bonnement pas capables.

La proposition est retenue et fin 1965 six C-130E sont prélevés sur les chaines d’assemblage de Lockheed afin d’être modifiés en avions de reconnaissance météorologique. Comme pour les WC-130B on les barde d’équipement de recueil du renseignement atmosphérique et météorologique et on retire tout ce qui est superflu à l’intérieur. Mais surtout pour la première fois les équipes d’ingénieurs américains vont renforcer la structure de l’avion car il doit désormais survoler une des zones les plus dangereuses de la planète, bien pire que n’importe quelle région en guerre : un cyclone ! Et cette fois ci les équipages peuvent s’appuyer sur un des meilleurs turbopropulseurs au monde à cette époque, l’Allison T56-A-7A.
Les premiers Lockheed WC-130E font leur entrée en service dès début 1966.

C’est à peu près à cette époque que les Lockheed WC-130 des deux versions commencent à recevoir un sobriquet qui leur collet à la peau : Weatherbird. C’est en fait un hommage à un célèbre petit oiseau de bande-dessinée de la presse américaine (les fameux comics strip) souvent dessiné sous la pluie ou la neige.
Mais celui-ci va petit à petit devenir le véritable patronyme de cette famille d’avion avec l’apparition en 1967 des premiers Lockheed WC-130H.

Car cette année là l’US Air Force ordonne la transformation de quinze HC-130N Combat King en WC-130H Weatherbird. À la différence des WC-130E ceux-ci ont pour mission de plonger au plus près des vents les plus forts mais également de survoler des phénomènes météorologiques comme les typhons dans le Pacifique ou encore les blizzards en Alaska. Ce sont donc alors les plus puissants de tous les Lockheed WC-130.

En 1973 le Pentagone, après avoir reçu son dernier WC-130H construit, décide de retirer du service ses WC-130B. Six d’entre-eux seront retransformés en C-130B et versés à des unités de l’US Air National Guard qui les utilisera jusqu’au milieu des années 1980. Après tout il n’y a pas de petit profit.
Pendant vingt ans l’US Air Force fait voler aux quatre coins des États-Unis mais également dans l’Atlantique nord et le Pacifique ses six WC-130E et quinze WC-130H. En 1993 l’heure de la retrait sonne pour les premiers d’entre-eux laissant les seconds seuls en service.

C’est le début de la vache maigre pour les chasseurs d’ouragan de l’US Air Force. La réduction drastique des budgets alloués après l’effondrement du bloc communiste cloue au sol bien souvent les Lockheed WC-130H Weatherbird durant de longues semaines. À tel point même que parfois ils sont utilisés comme avions de transport de personnels ou avions de transformation opérationnelle.
Mais le dérèglement climatique et l’apparition de nouveaux phénomènes météorologiques comme El Niño dans le Pacifique sud va entraîner un retour en grâce progressif de la flotte de chasseurs d’ouragans.

Dans le même temps Lockheed-Martin fait le forcing auprès du Pentagone pour tenter de placer une version de reconnaissance météorologique de son C-130J Super Hercules. Dix exemplaires sont commandés en 1998 sous la désignation WC-130J Weatherbird et le premier entre en service l’année suivante.
Jusqu’en 2005 l’US Air Force utilise ces machines ainsi que les derniers WC-130H encore en état de vol avant de les retirer du service. Dès lors les WC-130J sont devenus les seuls chasseurs d’ouragans de l’US Air Force, volant par tous les temps.

En 2016 il a été question pour le Pentagone de commander une seconde série de six avions basés sur la version rallongée C-130J-30 mais suite à des coupes budgétaires cette option n’a pas abouti. Retour d’expérience des années 1990 les WC-130J Weatherbird sont aptes dans une moindre mesure à réaliser des missions de transport léger quand la situation l’exige.
Insigne honneur en 2015 un WC-130J a été présenté au public européen lors du Salon du Bourget.

Il est à signaler qu’entre les années 1970 et 1990 la Royal Air Force a mis en œuvre le seul avion de ce type exporté. Localement désigné comme Hercules W Mk-2 et surnommé Snoopy (là encore comme un personnage de comics strip) l’avion a été affecté auprès du Meteorological Research Flight et rattaché au Royal Aircraft Establishment.
C’est là le seul WC-130 exporté.
Enfin au Vietnam entre 1967 et 1970 l’US Air Force utilisa trois avions de surveillance du champs de bataille RC-130A qu’elle désigna un temps comme WC-130A. Pour autant ces avions n’avaient rien de météorologique !

Les Lockheed WC-130 Weatherbird sont parmi les avions de reconnaissance les moins connus au monde. Pour autant leurs missions sont totalement tournées vers le service publique, ce qui explique qu’ils ne fasse que rarement la une des médias.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Lockheed WC-130H Weatherbird
Envergure : 40.41 m
Longueur : 29.79 m
Hauteur : 11.60 m
Motorisation : 4 turbopropulseurs Allison T56-A-15
Puissance totale : 4 x 4590 ch.
Armement : aucun
Charge utile : possibilité de transporter 5500kg ou 35 passagers en mode cargo.
Poids en charge : 60250 kg
Vitesse max. : 650 km/h à 6050 m
Plafond pratique : 10050 m
Distance max. : 4450 Km à masse maximale.
Equipage : 6
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Lockheed WC-130 Weatherbird

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Lockheed WC-130 Weatherbird

VIDÉO

Gros plan sur le Hercules W Mk-2 Snoopy.