Un avion publicitaire s’abîme au large de Valras-plage.

[Crash] Un avion publicitaire s’abîme au large de Valras-plage.

On a souvent coutume de dire dans ces cas là qu’on a frôlé la catastrophe, mais le terme n’est ici pas galvaudé. En effet, ce 31 juillet 2012 deux avions légers monomoteurs tractaient en fin d’après midi une banderole publicitaire au-dessus de la très fréquentée plage de Valras dans l’Hérault quand tout à coup pour des raisons indéterminées l’un des avions a tenté un demi tour sans en aviser son ailier. Cette manoeuvre, conjuguée avec un vent particulièrement présent, a eu des effets indésirables. La banderole s’est enroulée autour du pas de l’hélice d’un des avions, le faisant piqué du nez.

Le pilote, âgé de 47 ans, a néanmoins réussi à s’extraire de la carlingue et à sauter en parachute au-dessus de la mer. La scène s’étant déroulée devant des milliers de vacanciers les secours ont immédiatement été alertés, avec en premier lieu les maîtres-nageurs des pompiers locaux qui grâce à leur zodiac ont pu sauver le malheureux pilote. Celui ci souffrant de multiples traumatismes et fractures une évacuation héliportée a été demandée par les équipes médicales sur place. L’Eurocopter EC145 de la Sécurité Civile, indicatif Dragon 34, arrivé sur place s’en est chargé et l’a dirigé vers l’hôpital de Montpellier.

L’avion quand à lui, d’un modèle non spécifié, de couleur jaune, s’est abîmé en mer, à 400 mètres environ de la plage. Cette dernière a donc été fermée et interdite à la baignade pour cause de risque de pollution marine au kérosène. L’enquête pour désigner les responsabilité a d’ores et déjà été confiée à la Gendarmerie Nationale. Sur ce genre d’aéronef léger les « boites noires » n’existent pas. L’avion a rapidement été repêché et ramené sur le sable.

Les restes de l’avion inspectés par les enquêteurs de la Gendarmerie Nationale.

Fort heureusement il n’y pas de décès à déplorer, aussi parce que le pilote a eu la présence d’esprit d’envoyer son avion au large. Sinon le bilan serait nettement plus lourd. Chacun sait qu’en été les plages du sud de la France sont bondées de vacanciers, et notamment d’enfants.

Photos (c) Midi Libre.

19 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Bel article mais néanmoins quelques erreurs.
    1 : Il ne s’agit pas d’un avion, mais d’un ULM.
    2 : Le pilote n’a pas sauté en parachute, mais a déclenché le parachute dont est équipé son appareil (comme la plupart des ULM). L’appareil s’est donc posé dans l’eau pendu au bout de son parachute.
    3 : Le moteur ne fonctionne pas au kérosène mais à l’essence auto (SP 95 ou 98).
    4 : Le pilote n’a pas eu la présence d’esprit de diriger son appareil au large, pour la bonne raison qu’il était déjà à 300 m de la plage (distance minimale réglementaire d’affichage). Autrement dit, aucun vacancier n’a, à aucun moment, été en danger.
    Pour info, la publicité aérienne existe depuis une cinquantaine d’année et n’a jamais fait aucun mort ni même un blessé sur les plages françaises.
    Néanmoins, cet accident est, à mon humble avis, caractéristique de la pratique du remorquage publicitaire en ULM, où les pilotes sont beaucoup moins bien formés que les pilotes avions. Un tel accident ne se serait jamais produit si les deux pilotes n’avaient pas volé en formation. Ou s’ils avaient été formé pour le faire. Ne s’improvise pas pilote de patrouille qui veut. Cela n’a rien de compliqué, mais encore faut-il en connaître les règles de base…

    Frédéric Zumbiehl, accessoirement pilote de travail aérien, 2000 hdv en pub aérienne dont plus de 1000 en patrouille banderole (ex-patrouille « française des jeux »)…

  2. Effectivement un ULM n’est pas un avion, et ceux ci volent à l’essence et non au kérosène. Mais la volonté première de ce blog est de mettre la connaissance aéronautique à la portée du plus grand nombre. Hors aujourd’hui, à l’exception des ULM pendulaires ces machines sont devenues de véritables copies des avions légers, et il est très difficile d’en faire la différence. Hors les articles de presse sur lesquels je me suis appuyé pour ce sujet étaient contradictoires, certains parlant d’ULM d’autres d’avions légers, j’ai fait le choix de l’avion léger, car dans l’inconscient collectif un ULM c’est une aile delta en toile avec un moteur, et en aucun cas ce genre de machines. Maintenant je comprends votre réaction. Quand au parachute, chaque média, y compris la très sérieuse AFP parlait bien d’un parachute personnel, les sapeurs pompiers également.

  3. Si j’ai relevé la différence ULM/avion, c’est parce que justement, bien que le métier soit le même, les conditions dans lequel il est effectué sont bien différentes. En fait, le travail aérien ne devrait pas être permis en ULM. Ce sont des machines légères, non certifiées, pilotées par des pilotes non professionnels, à contrario des avions (certifiés, entretenus en ateliers agréés et pilotés par des pro ayant en plus une grande expérience). Pour info, les ULM mettent en moyenne un avion par an en mer. Pour les avions, ça arrive une fois tous les vingt ans. CQFD…
    Ce qui m’inquiète (et toute la profession avec moi), c’est l’amalgame. Car s’il arrive un jour un accident mettant en cause un baigneur, comme vous le faites dans votre article, on ne fera pas le distinguo entre ULM et avion : ce sera tout le monde dans le même bain. On dira : les avions publicitaires sont dangereux, il faut les interdire. D’où mon intervention.
    Quant au parachute, je peux vous garantir qu’il était bien accroché à l’avion et pas au pilote… Le pb des médias, c’est qu’ils ne connaissent rien à l’aviation malheureusement… Si vous saviez le nombre d’âneries qu’on voit passer parfois…
    Votre démarche est très louable, mais attention à rester précis et ne pas suggérer par des propos alarmistes que la publicité aérienne pourrait être dangereuse pour le public. Encore une fois, elle n’a jamais tué personne depuis qu’elle existe. Vous avez plus de chance d’être mordu par un requin que de vous prendre un avion banderole sur la figure !! Nous subissons déjà une réglementation très contraignante, ce n’est pas la peine d’en rajouter. D’où mon attention à ce genre d’article.

  4. Bonjour à tous,

    Merci Arnaud pour ton article et merci Fred pour tes précisions, on sent bien que cela vous tient à coeur et c’est aussi pour cela que j’aime lire les infos de ce blog.
    Un accident de ce genre ne va pas arranger les affaires de qui que ce soit, le public de toute façon n’y comprend rien et est incapable de faire la différence entre un ULM et un petit avion de tourisme (il est vrai que les médias généralistes sont aussi très mauvais pour traiter ces infos, en plus ils s’en foutent d’être dans le détail, seul le sensationnel compte 😕 ).
    Heureusement qu’il n’y ai pas eu de blessé.

    A bientôt de vous lire.

  5. J’était sur la plage des mouettes de valras le moments ou ca c’est passer c’etait impressionnant l’hommes avait la tête en sang et il avait mal de partout . J’ai etait l’une premiere a avoir alerter les sauveteur qui avait tout vue . J’ai vue tout ce qui c’est passer ; si vous vouler plus d’information poser moi des questions .

  6. Voilà une intervention intéressante. Merci Lapereau pour votre intervention. En effet le témoignage visuel est souvent bien plus conforme à la réalité que celui rapportée.

    😀

  7. Bonsoir ou bonjour à tous…salut Lapereau 🙂 on a fréquenté la même plage le même jour au même moment (j’étais le vacancier qui ne savait qu’à peine nager avec des palmes un masque et un tuba) 😉 avant que l’accident n’arrive, je dormais face sur cette même plage, à peu près là ou l’ulm à été ramené (avec grande peine environ 2 heures pour ne pas abîmer l’appareil à des fins d’expertises) face à la mer puis lorsque je me suis réveillé, je me suis retourné avec le statut de vacancier pour me chamailler avec mon fils et ma femme… je me souviens encore du bruit de l ‘impact, c’était comme si le tonnerre avait violement grondé puis en me retournant face à la mer on a vu un parachute gonflé et ouvert au dessus de l’eau accroché à quelque chose de carré et jaune… (en réalité, c’était la queue de l’appareil, seule partie restés visible au dessus de la mer qui n’était pas malheureusement pas très profonde à l’endroit où le pilote s’est blessé)
    il m’a fallut 15 à 20 minutes pour comprendre ce qu’il sétait passé… si j’avais vu ou su, j’y serais allé avec le bâteau gonflable de mon fils… quel honte pour moi de ne pas avoir vu la scène avant, j’aurais peut-être pu réagir ! mon fils 13 ans et avec un handicap à voulu secourir avec seulement son masque et ses palmes,j’ai hurler pour qu’il n’y aille pas, je n’ai pas voulu que mon fils finisse noyé, les secours était déjà là…pauvre pilote…vraiment désolé pour lui !

  8. …pardon de rajouter ce commentaire mais en quittant la plage, je suis parti dans l’idée que l’avion-ulm avait percuter un parachutiste tiré par un bâteau en plein vol… 😮 c’est dire que le crash s’est déroulé assez loin de la plage et des nageurs…. plus loin derrière les rochers de la photo
    j’avais vu les deux ulm dans le sens inverse avec les bannières publicitaires « cacolac » quelques temps avant ma sieste… lors du crash, le premier pilote apparement très très mais vraiment très inquiet 🙁 est revenu tourner plusieurs fois autour de son camarade d’infortune… les moyens et le déploiement des secours était très spectaculaires, on se serrait cru dans un film américain (par voies de terre (nombreux pompiers etc…) par voie de mer (secouristes, scooter de mer, bâteaux divers et énorme bâteau de pompier genre chalutier etc…) par voie d’air (hélicoptère des secours) gendarmes et autres sans compter sur les centaines de badots tristes, qui sont resté jusqu’à la fin… ce genre d’action, je préfère les regarder dans des films américains car je sais qu’il n’y a pas de blessé pour de vrai 🙁

  9. …heu, désolé de rajouter ceci, mais mon fils qui à vu le blessé dont du sang s’écoulait aussi de ses oreilles m’a dit que le blessé avait été réanimé avec un défibrillateur 😯
    voilà ma façon dont j’ai percu cet accident, ça m’a marqué ❗

  10. Bonjour,
    J’étais également présente ce jour là sur la plage de Valras(réellement celle de Vendres-plage) avec mon mari et mes deux filles.J’ai justement fait la reflexion à mon mari que ces deux avions(ou ULM) volaient bien trop près l’un de l’autre et en plus ils refaisaient un deuxième passage avec leur bande « cacolac ».a peine fini ma phrase voilà l’avion qui tombe à pic.Au moment du contact avec l’eau un bruit sourd et impressionnant retenti.J’ai dis il faut appeler les secours mais nous étions trop loin et d’autres personnes l’avaient signalé.Nous sommes restés là, stoïques pendant plusieurs minutes ,sans trop savoir quoi faire.Nous avons préféré quitter les lieux avant la sortie de l’avion car les enfants n’avaient pas besoin d’assister à cela ,je suis partie pensant le pilote mort,heureusement ce n’était pas le cas.Le même soir en me baladant ,j’ai appercu le camion transportant les restes de l’avion………..Quels souvenirs

  11. hé bé que de commentaires completements incroyable, le pilote accidenté c moi. suis toujours en, vie, c’est affligeant de lire de telle idioties, dans les commentaires a part un ou deux de pilotes pro

  12. Alors encore une fois méa-culpa pour cet article où j’ai eu le malheur d’écrire qu’il s’agissait d’un avion et non d’un ULM. Je tiens à juste dire que même si c’est un pur bonheur d’écrire pour ce blog, je n’ai rien contre les critiques si celles ci sont formulés de manière constructives… je tiens donc à remercier celui qui cet après-midi encore m’a fait la remarque sur mon article, car venant de lui je prenais cette critique comme un honneur. Et Gaëtan, oui ton blog est lu et bien lu, et oui même quand je fais des erreurs je les reconnais. Merci à tous et à toutes pour vos critiques, qu’elles soient positives ou négatives elles nous apprennent à être encore plus rigoureux.

    😀 😀 😀 😉 😀 😀 😀

    PS : La personne de cet après-midi se reconnaîtra, et je tiens encore une fois à lui dire un vrai merci.

  13. Fred Zumbiehl

    Message pour Fred.
    De tres bon commentaires sur notre metier, bravo. par contre concernant notre formation banderole elle n’as rien de tres différentes de la votre. concernant le vol en patrouille, rien à voir avec mon accident, donc cela est de trop est concernant mon expérience, 230 de remorquage panneau publicitaire par saisons en moyenne et cela depuis douze année, je vous laisse faire le total.
    Concernant le travail aérien en ulm, dieu merci cela existe. Maintenant arrétons de nous tirer dessus constament, nous sommes avant tout des pilotes avec la meme passion et nos routes sont différentes. faite la part des choses de votre coté, moi c’est déja fait.
    Cordialement.
    Serge Durantel

    • Oui cé vrai serge tu as raison, ce pilot ce fred croit se croit superieur parce qu’il vole avec un vrai avion , avec de vraies ailes et une vrai helice …. Mais ou allons nous , il y as aussi malheureusement des avions cettifies qui tombent qui font des mort et vous n’avez pas de parachute .. Ici en polynesie , il y a des gens qui comme fred qui sentent superieurs parce qu’ils volent avec CDN ….

  14. gt a valras plage ce jour la et enfaite ya un avion ki a faite demi tour et la pub de lotre avion a etai etrainer dans lotre uml et donc lavion a piker sur leau et le pilote a ouvert son parachute pour freiner lavion mai le pilote et vivan et il a etait sorti du coke pik

  15. reponse pour pac pas du tou car le pilote a rien u de grave a par des tromatisme et non pa reanimer g filmer toute la sene il sai ecraser devan moi
    donc :/

Laisser un commentaire