En psychologie jungienne on appelle cela la synchronicité, en aéronautique francophone on parle de loi des séries : au final ça revient strictement au même ! Ce mercredi 21 octobre 2020 au matin un avion de combat Sukhoi Su-34 Fullback s’est écrasé dans le kraï de Khabarovsk, à des milliers de kilomètres de Moscou. Par chance les deux membres d’équipage ont réussi à s’éjecter avant que leur appareil ne soit détruit. Un accident qui intervient moins de 24 heures après le crash d’un Super Hornet en Californie.

L’avion réalisait un vol d’entraînement depuis sa base aérienne de Khurba, dans la partie militaire de l’aéroport international de Komsomolsk-sur-l’Amour. Situé à près de 8700 kilomètres de Moscou dans l’extrême-orient russe il s’agit du nid de plusieurs escadrilles dont le 277e régiment d’aviation de bombardement. Cette unité composite fait voler actuellement douze Sukhoi Su-24M/M2 Fencer et dix Sukhoi Su-34 Fullback. C’est donc un de ces derniers qui a été victime du crash.

Là encore, comme pour le Super Hornet américain en Californie, l’avion russe réalisait un entraînement au tir à munitions réelles. Et là encore pour une raison inconnue il a décroché. Le pilote ne réussissant pas à redresser son avion il s’est éjecté ainsi que son navigateur officier d’armement. Le Sukhoi Su-34 est alors tombé dans une zone marécageuse non urbanisée. Selon les médias russes le biréacteur de combat a été totalement détruit dans l’accident.
Et fait assez remarquable pour être souligné les autorités russes avancent déjà une hypothèse concernant les origines de l’accident : un ingestion d’oiseaux pour un ou les deux réacteurs. Cela aurait entraîné la coupure du ou des moteurs et donc l’écrasement de l’avion. Opérant à basse altitude le Su-34 aurait ainsi été victime de ce qu’on appelle le péril aviaire, un danger pris très au sérieux dans l’aéronautique contemporaine autant par les civils que les militaires !

On sait par ailleurs que les deux membres d’équipage ne souffrent que de contusions légères et ont été transportés à l’hôpital militaire du kraï de Khabarovsk par un hélicoptère militaire Mil Mi-8MTV. Leurs jours ne sont fort heureusement pas en danger.

Photo © ministère russe de la défense.

Publicité

7 COMMENTAIRES

    • J’aurai pensé que le Fullback aurait une ‘capsule éjectable’ similaire au F-111 mais il n’en est rien. Il y a bien des sièges éjectables.

      Tant mieux que les pilotent s’en tirent sain et sauf.

    • Honnêtement déjà les articles sur les crashs aériens ne sont pas ceux qui me font le plus kiffer à écrire mais alors les séries de crashs aériens c’est encore moins passionnant à pondre. Donc si ça pouvait s’arrêter là cette série me conviendrait parfaitement. D’autant que le Su-34 demeure un des avions contemporains que je trouve parmi les plus intéressants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom