HAL prêt à assumer la responsabilité des Rafale produits en Inde

HAL prêt à assumer la responsabilité des Rafale produits en Inde

Voilà une information qui pourrait peut-être assurer (enfin) la finalisation du contrat MMCRA en Inde. Selon la presse indienne, le président de Hindustan Aeronautics Limited (HAL), T. Suvarna Raju, a déclaré que l’avionneur indien était prêt à assumer l’entière responsabilité des Rafale produits en Inde si le contrat avec le français Dassault était signé. La petite phrase prend une signification toute particulière dans le contexte actuel de désaccord majeur entre l’Inde et Dassault sur la garantie des avions de combat Rafale produits par HAL. Pour rappel, le programme Medium Multi Role Combat Aircraft (MMRCA), pour lequel Dassault est en négociation exclusive depuis 2012, prévoit l’achat de 18 avions auprès de Dassault, fabriqués en France. Tandis que le reste doit être fabriqué sous licence par le constructeur indien HAL.

Lors d’une conférence de presse à Aero India 2015, le chef d’Etat-major de l’armée de l’air indienne, Arup Raha, a déclaré qu’il fallait rapidement compenser l’obsolescence et la baisse du nombre d’avions de chasse et qu’il était important pour l’IAF de mettre en oeuvre prochainement un appareil de combat moderne, sans toutefois spécifiquement nommé le Rafale. Ainsi ces mots on été : « Il est important que nous aillons un MMRCA. Je ne dirais pas le Rafale, mais nous avons besoin de l’avoir [MMRCA] le plus vite possible « .

Il a déclaré qu’avec les « anciens combattants » comme les MiG-21 et MiG-27 partant à la retraite dans les 5 à 6 prochaines années, il était vital pour l’IAF d’acquérir de nouvelles plates-formes pour maintenir un total de 42 escadrons de chasse opérationnels. Au cours des dernières années, ce chiffre est tombé à 32 escadrons et risque de se réduire encore davantage si de nouvelles machines ne sont pas rapidement mises en service.

Les remarques du « chef de l’air » ont du coup alimenté la rumeur comme laquelle le contrat des 126 Rafale pourrait bien répondre à l’exigence du programme MMRCA et pourrait bien être finalisé prochainement. Cet achat est depuis plusieurs mois dans l’impasse suite au refus de Dassault à prendre à sa charge la garantie des 108 Rafale qui seront fabriqués par HAL sous licence (ce qui semblent parfaitement justifié).

A l’heure actuelle, trois des quatre sous-comités de négociation concernant l’offre de Dassault ont finalisé leurs missions afin de déterminer les compensations, l’aide, l’accompagnement, la maintenance et le transfert de technologie destiné à HAL pour produire le Rafale sous licence.

Le dernier, le comité de négociation des coûts, est toujours en consultation avec Dassault et n’a pas encore soumis son rapport au ministère de la Défense. Les délibérations de ce comité concerne le prix du contrat, qui aurait doublé à environ 20 milliards de dollars du fait que Dassault est proposé uniquement le dernier standard du Rafale (peut-être en réponse aux tergiversations sur la garantie non assumée par HAL).

Cette impasse a incité le ministre de la Défense, Manohar Parrikar, a évoqué récemment que l’IAF pourrait acquérir des Sukhoi Su-30MKI construits sous licence, si le contrat avec Dassault devait échoué. Le chef d’Etat-major a, pour sa part, indiqué que des Su-30 supplémentaires n’étaient pas un substitut acceptable pour l’exigence du contrat MMRCA. Selon lui, « ce sont des types d’aéronefs différents qui ne peuvent pas de remplacer l’un l’autre« . Arup Raha a également insisté sur le fait qu’il n’y avait pas d’autre alternative pour l’IAF que l’acquisition MMRCA. « Il n’y a pas de plan B [à l’MMRCA] » a-t-il ajouté.

Donc en résumé :

  • l’IAF a besoin d’un nouvel avion de combat moderne
  • Il lui faut un appareil disponible rapidement
  • Celui-ci de sera pas un Sukhoi pour les hautes autorités de l’armée de l’air
  • Il n’y a pas d’autre négociation en cours hormis celle du Rafale

Ainsi, il est raisonnable de penser que l’Inde est un peu dos du mur et qu’elle attend un dernier geste de Dassault (sur le prix ?) pour finaliser le contrat du Rafale. Le Rafale : un appareil dont elle a besoin et qui correspond à ces attentes. Alors espérons que ce début d’année 2015 voit un deuxième contrat signé après celui de l’Egypte, il y a quelques jours à peine.

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

11 COMMENTAIRES

  1. C’est vrai que c’est une avancée majeure de la part de HAL, la balle est maintenant dans le camp de Dassault. Reste à savoir si l’avionneur français saura la saisir et marquer l’essai.

  2. Voilà un beau contrat qui s’annonce.
    Quel constructeur d’avions dans ce monde aurait accepté la proposition de HAL ?
    – Aucun à mon humble avis. Et du coup, je pense que Dassault fera une petite concession supplémentaire pour annoncer une signature de contrat à la fin de la visite du Ministre Le Drian ou d’ici peu de temps…
    – Peut-être un avionneur russe mais c’est quand même jouer à la roulette…

  3. Je comprends riens: « Je ne dirais pas le Rafale, mais nous avons besoin de l’avoir [MMRCA] le plus vite possible «
    C’est pas justement le Rafale le gagnant du concours MMRCA? Alors pourquois ne pas le dire?

    • Le chef d’état major souligne le fait qu’il leur faut l’appareil du contrat MMRCA rapidement. Ce n’est pas encore le Rafale, car Dassault a « remporté » en 2012 non pas le contrat mais la sélection en négociations exclusive (procédure typiquement indienne). On fait une première sélection d’un constructeur et de son appareil et ensuite on entre en phase de négociation ( qui peut déboucher sur rien au final, comme pour Eurocopter a une époque)

        • Mais non , ils sont pas compliqués ces indiens! ils sont juste « marchand de tapis « : ils veulent le beurre, l’argent du beurre, et la crémière en prime! rien que ça!

    • Il cherche à ne pas froisser/humilier son ministre de tutelle avec sa déclaration mais le sous entendu sur le Rafale est compris pas tout le monde.
      La diplomatie est un art.

  4. Si cela se confirme, ce serait effectivement une excellente nouvelle. Bravo à nos négociateurs pour le contrat avec l’Egypte car a force de dire qu’on attendait avec impatience ( voir misérabilisme ) le contrat indiens, ceux ci avait beau jeu d’exiger toujours plus. Or aujourd’hui ou ce contrat avec l’Egypte donne de l’air à Dassault ( et la LPM ) plus les rumeurs concernant les autres négociations, je pense que nous avons pu reprendre la main et que cette information de HAL n’est pas fortuite quelques jours après la signature avec l’Egypte.

  5. C’est qu’à force de jouer au chat et à la souris le temps passe… Et joue lui aussi en défaveur de l’Inde. Son armé de l’air a besoin de chasseurs rapidement.
    Or voila que des clients tapent à la porte de Dassault et commande sur étagère… Il y a un risque de saturer la capacité de fabrication de la chaîne de montage du Rafale. Si cela devient le cas, c’est le premier arrivé qui sera le premier servi. Et voila pourquoi d’un coup l’Inde se trouve piégé : Il y a un risque que les avions produits en France soient livrés beaucoup plus tard qu’initialement prévu. Il faut penser également au volet « formation ». je ne vois pas les ingénieurs de chez HAL être formés sur des avions en fabrication pour l’Egypte ou un autre client.
    Enfin, la maîtrise de la fabrication du Rafale est sans doute également une étape visant à la maîtrise de la fabrication du chasseur Russo-indien. Des retards dans le dossier MMRCA pourraient également impacter sur la capacité de produire ce nouveau chasseur.
    En tout cas, bravo pour le team Dassault.
    Et merci aux animateurs de ce site pour me faire rêver chaque jour (si si).

  6. Info à prendre avec précaution.
    Il semblerait que Suvarna Raju soit devenu « chairman » de HAL le 31 janvier 2015 soit il y a moins d’un mois. Je trouve cela aller vite en besogne en particulier compte tenue des délais (longs) d’habitude en Inde…

Laisser un commentaire