Airbus A400M : le premier crash a eu lieu à Séville

Airbus A400M : le premier crash a eu lieu à Séville

Un appareil de transport européen A400M s’est écrasé aux abords de l’aéroport de Séville, en Espagne, ce samedi en début d’après-midi. L’avion militaire transportait 7 personnes selon les premiers éléments.

Le ministère de la Défense espagnol a indiqué que l’avion ne faisait pas partie de l’armée de l’air espagnole. En effet, l’Espagne n’a pas encore réceptionné d’appareil. Il s’agirait d’un avion qui était à l’essai et n’avait pas encore été livré. C’est probablement le MSN23 destiné à la Turquie. Pour rappel, le premier exemplaire de l’A400M Atlas a ainsi fait sa sortie d’usine le 26 juin 2008 à Séville où le constructeur aéronautique Airbus assemble ces appareils.

L’avion est tombé dans « une zone inhabitée au nord de l’aéroport de Séville », ont indiqué les services d’urgence de la région. Selon les images diffusées sur les réseaux sociaux, on voit clairement qu’il s’agit de champs de cultures maraichères. Aux dernières nouvelles, selon le site Airlive.net, il y aurait actuellement 3 morts, 2 blessés graves, 2 disparus.

En visualisant la trajectoire de l’avion sur les enregistrements du site flightradar24, il semblerait que l’avion venait de décoller et qu’il ai fait demi-tour pour tenter de rejoindre l’aéroport, sans y parvenir. L’appareil était à 12h55 à 500m d’altitude quand il a chuté durant deux minutes avant de s’écraser au sol. L’A400M qui s’est écrasé, opérait avec l’indicatif d’appel CASA423.

L’aéroport de Séville-San Pablo a donc subi des perturbations à la suite de ce crash. Il a été fermé au trafic commercial après l’accident a annoncé l’opérateur aéroportuaire espagnol AENA, car la brigade de pompier était occupée sur le site de l’accident, en dehors de l’enceinte. Des vols auraient été détournés vers Malaga et Jerez.

L’Airbus A400M Atlas est pour l’instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents : Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni, Turquie, Belgique, Luxembourg et Malaisie. Pour l’instant la France est le pays disposant du plus d’A400M en service avec 6 exemplaires. Le dernier appareil livré en mars 2015 l’a été pour la Malaisie.

(c) Photos El Pais

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

8 COMMENTAIRES

  1. Malheureusement un tel accident est difficilement évitable, et encore plus marquant quand il s’agit du premier pour un modèle d’avion donné. Espérons que les enquêteurs espagnols pourront rapidement éclaircir les zones d’ombres. Un coup de chapeau aux équipes de secours pour leur promptitude à réagir et une pensée pour les membres d’équipage disparus dans le drame.

  2. Triste incident mais hélas, cela fait parti de la joie de voler. Je ne vais avancer aucune théorie pour ce crash car trop étrange pour moi, mais j’espere que ce n’est ni un erreur de pilotage, ni un probleme de l’avion. Au fond, le mieux serait un bird strike, comme cela, les famille seront en paix, et le constructeur/utilisateur aussi.

  3. Terrible. Nouvelle tragédie aéronautique en Espagne après Albacete. Une seule chose m’interroge, est-ce que les pilotes auraient pu tenter de se poser en catastrophe même dans un champ? L’avion est censé pouvoir le faire. Peut-être qu’ils ont tenté de le faire mais qu’une fois au sol l’incendie attisé par le carburant en grande quantité (juste après le décollage) a ravagé l’appareil. Je ne sais pas. On verra l’enquête.

  4. Vraiment terrible nouvelle. D’abord pour les familles des victimes et les survivants, puis pour Airbus et toute l’industrie européenne.
    Même si ce genre d’accident est encore des nos jours « inévitable » il peu y avoir certains concurrents sans scrupules que pourront en profiter pour faire de la mauvaise propagande. J’espère que la sécurité de l’avion ne sera mise en doute.

  5. Sincères pensées pour les familles. Un birdstrike est hautement improbable vu la motorisation… Quand je pense que l’on a créé le concorde à l’époque de la règle à calcul ! L’ aviation mondiale périclite. Il n’y a plus de technologie nouvelle utile et fiable, ça coute une fortune ( A400M, tombereau de F35 ). A ce demander ce que seront les armées de l’air du futur. En mettant de côté les Lobbies et un peu la fierté, on aurait pu acquérir, en les remotorisant, qq Antonov…. L’ A400M était déjà un néo-fiasco annoncé, Ne tenant pas ses promesses techniques, il ne se relèvera quasiment pas après ça. ( il y a de grandes chance qu’il soit interdit de vol, et tous les interdits de vol n’ont jamais brillé… )

  6. Ho m….e ! Triste nouvelle.
    Je rejoins Brian dans le fait que l’Espagne n’a pas de chance avec l’aviation militaire en ce moment.
    Une pensée pour l’équipage et les familles…

  7. Décollage à 12h54 – crash à 12h57.
    L’avion décolle à 12h55 et signale dans la minute qu’il a un problème, sans l’expliquer. Il va donc évoluer à proximité du terrain le temps de voir ce qui se passe.
    A 12h58, l’équipage demande à pouvoir atterrir, sans avoir déclenché de procédure d’urgence.
    Puis il annonce qu’il ne pourra pas atterrir sur la piste assignée (09/27), une formulation ambigüe.
    Pendant deux minutes, l’avion vole encore, dans le silence radio.
    L’A400M finit son vol dans les lignes électriques bordant l’aéroport.
    Sous toutes reserves, des rumeurs disent que l’A400M aurait subit une double défaillance électrique et hydraulique cumulée…

    • Si tel est le cas, je trouve pour le moins étrange que des pilotes d’essai n’est pas déclencher d’urgence… Et double défaillance, plutot rare et pas tres bon pour le fabriquant…. a suivre, avec grand intérêt.

      Merci a l’équipe de la rédac pour votre bon travail

Laisser un commentaire