L’US Air Force déploie des chasseurs de supériorité aérienne en Turquie

L’US Air Force déploie des chasseurs de supériorité aérienne en Turquie

L’annonce est passée quelque peu inaperçue ces derniers jours malgré sa curiosité. L’état-major de l’US Air Force a annoncé qu’elle allait déployer dans le courant de la semaine entre douze et quinze chasseurs biréacteurs F-15C Eagle sur la base de l’OTAN d’Incirlik en Turquie. Celui-ci se fait dans le cadre du renforcement des moyens de combat contre l’autoproclamé État Islamique et ses forces terroristes.

Le souci c’est que le McDonnell Douglas F-15C Eagle est un pure chasseur, c’est même ce qu’on appelle un avion de supériorité aérienne. C’est à dire que son rôle principal est d’assurer aux aéronefs de combat américains une domination totale du ciel, mettant en déroute les éventuels avions de combat ennemis. Or jusqu’à preuve du contraire Daech n’a pas de tels appareils. Alors quid de la nécessité de l’envoi d’une telle escadrille ?

À la différence par exemple des Dassault Mirage 2000C de l’Armée de l’Air, eux aussi chasseurs purs, mais qui peuvent le cas échéant servir d’avions d’attaque au moyen de quelques menues modifications, les F-15C n’emportent comme armement que des missiles air-air. Leur rôle dans le guerre contre le djihadisme en Irak et en Syrie demeure donc obscur. AIM-9 Sidewinder et AIM-120 AMRAAM n’ont pas un gros intérêt face à cet ennemi très terrestre.

Il faut donc savoir lire entre les lignes. Il y a quelques semaines, au moment de l’entrée en guerre de la Russie auprès de la dictature syrienne, les autorités d’Ankara ont a plusieurs reprises manifesté leur agacement devant les nombreuses violations de leur espace aérien. En effet des avions de transport et de reconnaissance russes empruntaient une route leur faisant survoler, sans autorisation, le territoire turc. Et comme souvent les transpondeurs de ces avions étaient « en panne ». Comme la Turquie est membre de l’OTAN elle peut demander à un de ses alliés de venir l’aider, d’autant que sa force aérienne ne possède pas, à la différence de l’US Air Force, de chasseurs de supériorité aérienne.

Les McDonnell Douglas F-15C américains auraient donc pour rôle d’assurer la police du ciel au-dessus de la Turquie afin d’interdire cet espace aérien aux avions militaires russes. À n’en pas douter le déroutement futur de ses avions militaires va obliger Moscou à revoir sa copie en matière d’engagement aux côtés de son allié syrien.

Photo © US Air Force.

 

18 COMMENTAIRES

  1. C’est quand même curieux qu’un pays possédant près de 250 F-16 dernier cri (sans compter plus de 120 F-4E) ait besoin absolument de 15 F-15c… ?
    Il faut bien que Washington entretienne la guerre froide pour son industrie militaire…
    Bien évidemment cela ne fera ni chaud ni froid à Moscou qu’il y ait 290 plutôt que 280 avions de combat en Turquie, soyons sérieux…

  2. Bonjour
    On ferait mieux de leur ouvrir un couloir aérien. Cette situation est vraiment ridicule, les russes passerons quand même. Est ce que vous pensez les états-unis les dérouteront voire pire les engageraient… Je rappelle que tout ces intervenants sont en Autriche pour trouver une solution en Syrie.

  3. La situation se complique sur le plan opérationnel. Je compte sur le professionnalisme de tous ces pilotes et membres d’équipage. J’espère que tout ce beau monde va respirer par le nez(comme nous disons au Québec: pour dire se calmer, rentrer sa colère ou son indignation, relaxe..)

    • En France mon cher Simon nous avons une expression similaire et un tantinet plus imagée : « respire à fond et pète un coup, tu verras ça ira tout de suite mieux ». Mais le résultat est le même. 😉

  4. Je ne vois guère le problème, les Russes ont dès le départ déployé des chasseurs, les « multirole » SU30, qu’ils utilisent quasi-exclusivement en escorte des Fullback / Fencer et Frogfoot, inutile de le nier ! Pour ma part je les ai vus d’innombrables fois en photo / vidéo armés de missiles air-air R27 et R73 au cours des dernières semaines, donc si quand bien même il leur arrivait de bombarder, cela ne serait qu’anecdotique.
    Des F16 turcs auraient été illuminés radar selon certaines sources lors des 2 incidents de frontière. Les Flankers ont également reniflé de près des drones US (quelques vidéos prises du cockpit l’ont montré). Dans ce contexte, on peut donc comprendre la réaction américaine.

    Par contre, un élément-clé qui tordrait (du moins partiellement) le cou à une prétendue volonté d’escalade US, mais dont personne ou presque n’a parlé, est la mise en place du dispositif conjoint américano-russe permettant à deux aéronefs de se contacter sur un canal commun pour éviter de se croiser (à une distance inférieure à 3 nautiques), et ce dans le but de pallier les tensions que pourraient engendrer ces confrontations dans le ciel Syrien.
    http://rpdefense.over-blog.com/2015/11/syrie-les-avions-russes-et-americains-peuvent-dorenavant-communiquer-entre-eux.html

    Et ce n’est pas rien.

  5. Cela ne leur fera pas de mal aux pilotes US de supériorité aérienne de venir « renifler » de plus près des appareils Russes, et franchement, n’en déplaise à certains, ce sont les Russes qui ont les cartes en mains dans ce conflit. Paris et Washington sont hors jeu, ce déploiement n’est que de la gesticulation.

    • Je suis bien de votre avis, nos dirigeants le savent aussi d’où la publicité sur l’attaque récente de stock de pétrole pour donner l’impression de ……

    • Désolé Tonton, mais n’en déplaise aux soutiens indéfectibles de la Russie qui pullulent sur la toile francophone, la coalition internationale (et notamment les Américains et Français) a un engagement nettement plus efficace et intellectuellement plus honnête que celle décidée extrêmement tardivement par Poutine. La coalition n’est pas venue, à la différence des forces russes, pour soutenir la dictature baasiste de la famille El-Assad mais pour déloger l’organisation Daech aussi bien en Syrie qu’en Irak et rétablir l’état de droit dans le second de ces pays. Poutine ne fait pas de distinguo, il bombarde tous ceux qui gênent la dictature, que ce soit Daech autant que les groupes rebelles laïcs soutenus par les USA et les pays de l’UE.

      • Arnaud, je pensais bien que mon post vous ferai réagir, ce qui est bien c’est le dialogue, et donc je comprend votre point de vu, même si je ne partage pas votre analyse. Aujourd’hui les russes par leur action massive, ont aussi forcés les autres protagonistes de ce conflit à venir autour d’une table, sans résultat pour le moment, mais nous Européens avons optés pour une impasse, certes le régime actuel n’est pas tout rose, mais au moins la cité de Palmyre était encore débout, les chrétiens d’Orient étaient en paix, et protégés. Nous ne pouvons pas juger la façon de diriger une autre nation, c’est de l’ingérence, et voir notre ministre Fabius qui dit « sur le terrain, ils font du bon boulot », en parlant des combattants du front Al-Nosra (13/12/2012), c’est quand même largement se tromper de cible. Mais, bien sûr c’est mon point de vu. Sauf erreur de ma part, ce régime combat les djihadistes, et les russes aussi, ce qui ce passera après (si ce conflit trouve une fin un jour….), ne regarde que le peuple Syrien. Derrière tout ça se profil un grand problème de migration, et le chantage de la Turquie qui va forcer son entrée dans l’EU, alors que ce pays est plus que coupable de duplicité.
        Je sais que ce n’est pas le lieu, mais je me devais de poursuivre mon analyse. Pour le reste, j’ai toujours été fervent défenseur de l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, sans les britanniques bien sûr.
        Cordialement, Sylvain.
        PS: Je reste très fan de vos articles, alors continuez votre site est génial. 😉

        • COMMENT!!! On peut être atlantiste et être en accord avec certaines actions de Poutine. Je ne comprend plus le monde dans lequel on vit c est trop compliqué.

        • Les actions de Poutine ne servent qu’a remettre la Russie à ça place sur la scène internationale, lui a une certaine idée de la grandeur de la Russie et agit en fonction de cela, en Europe c’est fini, et encore moins en France….. Que l’on soit d’accord ou pas n’y change rien, le dernier livre d’Hélene Carère , les six années qui ont changé le monde, vous permettra d’avoir un bon éclairage sur la Russie d’aujourd’hui….. L’URSS est morte, il faut arrêter de réagir encore comme au temps de la guerre froide….
          Cordialement.

        • Sauf que la Russie n’a pas forcément un rôle prépondérant à jouer sur la scène internationale, justement parce que son ère de grandeur est derrière elle. Son aviation militaire en est une preuve flagrante, hormis quelques machines de grande qualité présentes en nombre plus qu’anecdotique la très grande majorité des aéronefs est déliquescente.

        • Certes, c’est un critère, mais quand on voit le taux de disponibilité de l’aviation nationale (pour ne parler que d’elle….) on a nous aussi de quoi s’inquiéter. Et, aujourd’hui si la puissance militaire est un critère, il n’est plus aussi prépondérant qu’au temps de la guerre froide, nos amis anglais en sont la preuve flagrante…..
          Le raisonnement « c’est moi qui à la plus gros n’avions » est un raisonnement du temps de la guerre froide, qui est finie…..

  6. Ce que j’espère, c’est que nos bombardements seront quand même plus efficaces contre Daesh, que contre les Talibans… Pour l’instant c’est pas sûr, alors l’aide des Russes est la bienvenue. Bien sûr que les régimes syriens ont toujours été des tyrannies, mais ils ont « protégé » les chrétiens et n’ont pas détruit Palmyre. Nos belles idées démocratico-libérales (qui sont très bien) sont inconnues par tous en Syrie… Ne nous faisons pas d’illusions, sinon ça durera comme en Afghanistan ou au Liban, où c’est le réalisme étasunien (et pas russe, mais tout aussi cynique) qui a imposé la paix en livrant le Liban à El-Assad…

    PS:
    Très belle photo d’illustration !

Laisser un commentaire