Le déploiement de ces hélicoptères était passé totalement inaperçu dans l’hexagone. Ce vendredi 27 avril 2018 un hélicoptère de transport et d’assaut NH-90 TTH Caïman appartenant à la Composante Air a participé à la première mission opérationnelle d’une machine de ce genre sur le théâtre d’opération malien. Le biturbine et son équipage ont participé à une mission d’évacuation sanitaire au profit d’un soldat allemand blessé.

Ce sont donc deux NH-90 TTH que la Belgique a déployé début mars au Mali dans le cadre de la Minusma, la mission multi-dimensionnelle des Nations Unies pour la stabilisation du Mali. Ils doivent assurer aussi bien des missions logistiques que des transports de troupes ou encore des missions à caractère sanitaire. C’est d’ailleurs ainsi qu’ils ont connu leur première véritable mission.

Pour autant le Caïman belge engagé n’est pas l’hélicoptère qui devait assurer l’évacuation du soldat blessé. C’est un appareil similaire appartenant au Bundeswehr qui réalisait cette mission délicate. Les deux hélicoptères européens ont décollé ensembles de leur base de Gao pour se rendre à un peu plus de 150 kilomètres de là afin d’embarquer la victime. Le Caïman belge embarquait lui des combattants de l’ONU.
Un tel déploiement pour une évacuation sanitaire n’est pas rare dans cette région du Mali où les groupes terroristes djihadistes sont toujours très présents.

Les hélicoptères de la Minusma comme ces deux Caïman belges sont également appelés à voler conjointement avec les appareils français de la force Barkhane chargée de la traque des terroristes islamistes des groupes Ansar Dine, AQMI (pour Al-Qaïda au Maghreb Islamique) ou encore Al Mourabitune. Cependant à la différences des hélicoptères français ceux de l’ONU ne sont pas appelés à engager le feu contre les forces ennemis, juste à assurer la stabilisation et le maintien de la paix. Néanmoins ils sont armés et peuvent riposter en cas d’agression à leur encontre.
À l’instar des Caïman de l’ALAT les machines belges déployées au Mali sont armées en permanence de deux mitrailleuses type gundoors.

Photo © Composante Air.

 

5 COMMENTAIRES

    • Justement si nous pouvons éclairer nos lecteurs belges sur l’actualité aéronautique de leur pays nous le faisons avec joie. Comme quoi nous sommes totalement internationaux dans la francophonie.

  1. J’ai un hésité, mais une blague belge pour rire un peu.
    Si, si on a des Caïmans modifiés, on balance les pommes de terre dans la turbine et les frites ressortent cuites à la sortie 🙂

  2. Plus sérieusement, comme le dit Terroir on en a pas entendu parler dans les médias. Content d’apprendre que ces machines servent à des missions de paix. Il faut dire que nos politiques font tellement de bêtises que les journalistes ont trop de boulot.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom