Bell AH-1J Sea Cobra / AH-1W Super Cobra / AH-1Y Viper

Bell AH-1J Sea Cobra / AH-1W Super Cobra / AH-1Y Viper


Fiche descriptive

Appareil : Bell AH-1J Sea Cobra / AH-1W Super Cobra / AH-1Y Viper
Constructeur : Bell Helicopter Textron Inc
Désignation : AH-1J/W/Y
Nom / Surnom : Sea Cobra/Super Cobra/Viper
Code allié / OTAN :
Variante : AH-1W Super Cobra, AH-1Z Viper
Mise en service : 1971
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Hélicoptère de combat et d'appui rapproché.

Histoire

Bell AH-1J Sea Cobra / AH-1W Super Cobra / AH-1Y Viper :
Le bras armé de l'US Marines Corps

Des blindés amphibies qui quittent un navire de débarquement de l’US Navy chargés de Marines armés et prêts au combat qui ensuite débarquent sur une plage sous la protection d’hélicoptères de combat et d’appui, cela ressemble presque à une image d’Épinal tant c’est proche de la doctrine d’emploi de ces soldats américains considérés comme l’élite outre-Atlantique. Et cette image ne serait pas parfaite si les hélicoptères en question n’étaient pas des appareils de combat surarmés, des Bell AH-1W Super Cobra et AH-1Z Viper.

C’est durant la guerre du Vietnam que l’US Marines Corps commença à s’intéresser aux hélicoptères de combat. À l’époque les Bell AH-1G Cobra de l’US Army démontraient quotidiennement leur souplesse d’emploi. De ce fait les Marines étaient obligés de se plier aux désidératas des fantassins en matière d’appui aérien. Une situation qui dérangeait dans les couloirs du Pentagone.

Début 1969, l’US Marines Corps passa commande à Bell pour une version biturbine de son AH-1G. Pour cela un appareil fut prélevé sur les stocks destinés à l’US Army et proprement démonté. En lieu et place de la turbine d’origine de 1400 chevaux on installa deux plus petites de 900 chevaux chacune mais qui développait de ce fait une puissance maximale de 1800 chevaux. Ce nouveau Cobra plus musclé fut désigné AH-1J et baptisé Sea Cobra, en référence aux origines navales de l’USMC.

Une première commande fut passée fin 1969, quelques jours seulement après le premier vol de l’YAH-1J pour trente-huit appareils de série. Ils devaient pouvoir permettre de combler en urgence les manques dans l’US Marines Corps.

Ces premiers Bell AH-1J Sea Cobra entrèrent en service en juin 1971. Outre leur nouvelle motorisation ils se différenciaient des modèles « terrestres » par un nouveau canon à six tube de 20mm, type M35, disposant d’une meilleure cadence de tir. En outre les Sea Cobra pouvaient emporter sous les moignons d’aile des nacelles profilées contenant chacune une mitrailleuse multitude Minigun de calibre 7.62mm et jusqu’à mille cinq cents cartouches. Pour le reste l’appareil demeurait très similaire.

Au fur et à mesure que le conflit passa de nouvelles commandes furent passées, si bien que l’appareil était désormais disponible au sein des mêmes unités que celles qui utilisaient alors les Bell UH-1N Twin Huey. Le couple était né.

Au cours des années 1970 une version dérivée du Sea Cobra fit son apparition, le AH-1T. Il s’agissait d’une version remotorisée et disposant d’une meilleure avionique avec notamment la capacité de tir des premiers missiles antichars américains alors disponibles en grands nombres, les BGM-71 TOW. C’est également à cette époque que Bell commença à vendre son Sea Cobra sur des marchés à l’étranger. Le premier et unique client fut l’Iran impérial.

Le pouvoir du Shah reposait en grande partie sur la confiance que lui faisaient Américains et Européens de l’ouest. Si bien qu’il en profita pour acquérir tous azimuts des matériels dernier cri en provenance des États-Unis. En plus des hélicoptères de transport et d’assaut Bell 214A Ispahan, l’hélicoptériste lui fournit deux cent deux Sea Cobra. Pour cent quarante d’entre eux c’était des AH-1J, mais les soixante-deux restant étaient des AH-1T avec capacité de tirs TOW. Il faut dire que l’empire iranien voyait d’un mauvais œil la montée en puissance baasiste en Irak.

La totalité des Sea Cobra fut livrée avant la chute du régime et la naissance de la république islamique.
Il est intéressant de voir que les Sea Cobra iraniens ont été utilisés dans les années 1980 contre les colonnes de blindés de l’armée irakienne de Saddam Hussein, mais également contre ses hélicoptères d’attaque Mil Mi-8 Hip et Mil Mi-24 Hind. Les biturbines américains étaient réputés plus fiables et aisés de pilotage que leurs équivalents soviétiques.

Dans l’Iran actuelle, les Bell AH-1J et AH-1T ont donné naissance à une copie réalisée sans licence sous le nom de Panha 2091. Ces derniers reprennent les grandes lignes des Sea Cobra mais ont également la capacité de tirer des missiles air-air courte portée Misagh 2. En 2015 l’Iran posséderait encore environ une centaine de Panha 2091 dont les deux tiers seraient des Sea Cobra reconstruits.

En 1982 Bell proposa une nouvelle version dérivée du Sea Cobra et baptisée AH-1W Super Cobra. Plus puissamment motorisée elle possédait en outre un rotor quadripale en lieu et place du bipale existant alors sur l’ensemble des Cobra, mono ou biturbines. Seulement voilà la mise au point du groupe propulseur composé des deux turbines General Electric T700-401 de 1625 chevaux chacune fut plus longue que prévue.
De ce fait le premier vol du Super Cobra n’intervint qu’en 1985 et les premières livraisons aux unités de l’US Marines Corps pas avant la fin 1986.

Durant cette période d’évolution les Sea Cobra furent engagés au combat une dernière fois. À l’automne 1983 les États-Unis engagèrent leurs forces afin de libérer les otages occidentaux retenus sur l’île de la Grenade, dans les Caraïbes. Pour la première fois depuis le Vietnam des Cobra et des Sea Cobra opéraient de concert. Deux Bell AH-1T y furent d’ailleurs perdus, abattus par des batteries de canons de DCA fournis par les Cubains qui soutenaient une rébellion marxiste. Les équipages des deux hélicoptères furent tués.
Malgré cela cette opération américaine fut un franc succès.

L’écart entre les deux générations d’hélicoptères biturbines était tel que lors de leur entrée en service plusieurs Bell AH-1W Super Cobra furent dotés de doubles commandes. Leur première mission fut donc en quelques sortes d’êtres des hélicoptères d’entraînement. La puissance moteur mais aussi la puissance de feu de ces nouveaux appareils étaient telles que désormais les Marines pouvaient rivaliser avec l’US Army et ses fameux McDonnell Douglas AH-64A Apache.

Les Super Cobra terminèrent de remplacer les Sea Cobra au cours de l’année 1989. Deux ans plus tard ils allaient connaitre le baptême du feu en Irak. L’opération internationale menée pour libérer le Koweït tombé aux mains des armées de Saddam Hussein devait permettre aux AH-1W de faire leurs preuves. Lors de ces opérations ils réussirent même à s’octroyer un hélicoptère ennemi en combat aérien, une Gazelle de reconnaissance abattue au canon.

Au cours des deux décennies suivantes le Bell AH-1W Super Cobra a été engagé partout où l’US Marines Corps se rendait : en Somalie, en ex-Yougoslavie, en Afghanistan, de nouveau en Irak, et même dans l’océan Indien à la poursuite des esquifs de pirates. Mais comme tout grand guerrier le Super Cobra fut supplanté.

En 2010 Bell Helicopter présenta son successeur, le AH-1Z Viper. Il appartenait au même programme de modernisation des forces américaines que le Bell UH-1Y Venom. À la différence du AH-1W ce dernier disposait d’une nouvelle motorisation, d’un armement révisé, avec notamment une nouvelle génération du missile AGM-114 Hellfire. En outre l’appareil dispose d’un FLIR nouvelle génération dans le nez et d’une capacité de tir du missile air-air AIM-92 Stinger. Il s’agit là de l’ultime développement du Cobra.

L’US Marines Corps emploie ses AH-1Z Viper aux côtés des UH-1Y Venom dans les missions de combat, de C-SAR, et d’appui aux assaut amphibies. Ils sont considérés en 2015 comme les plus efficaces hélicoptères militaires en service aux États-Unis si on en croit le secrétaire américain à la défense.

Outre les Sea Cobra iraniens, des Super Cobra ont été fournis à Taïwan et à la Turquie. La Pakistan a fait savoir début 2015 qu’il envisageait d’acquérir quinze AH-1Z neufs. Avec le Viper la saga du Cobra dans les rangs américains devrait durer au moins jusqu’en 2030. A cette époque là le vénérable hélicoptère américain sera un honorable septuagénaire.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Bell AH-1Z Viper
Envergure : 14.60 m diamètre du rotor principal
Longueur : 17.81 m
Hauteur : 4.37 m
Motorisation : 2 turbines General Electric T700-GE-401C
Puissance totale : 2 x 1800 ch.
Armement : 1 canon mitrailleur de 20mm
2 paniers à 18 roquettes de 70mm
jusqu'à huit missiles antichars AGM-114 Hellfire
Possibilité dans certains cas d'emporter des missiles anti-aériens AIM-92 Stinger.
Charge utile :
Poids en charge : 8390 kg
Vitesse max. : 410 km/h à 2550 m
Plafond pratique : 6000 m
Distance max. : 685 Km à charge maximale.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Bell AH-1J Sea Cobra / AH-1W Super Cobra / AH-1Y Viper

Profil Couleur

Profil couleur du Bell AH-1J Sea Cobra / AH-1W Super Cobra / AH-1Y Viper

Vidéo

Bell AH-1J Sea Cobra en vol en Iran

A voir également

0
Au cours des années 50 et 60 les avionneurs français Sud-Ouest et Sud-Est se sont lancés dans l'étude et le développement d'hélicoptères avec plus...

0
Le programme EC 725 trouve son origine dans une demande de l’armée de l’Air pour un hélicoptère spécifiquement conçu pour les missions de sauvetage...

0
Le Mil Mi-28 fut conçu dans le but de créer un complément au Mil Mi-24 mais sans la possibilité d’emport de troupes afin de...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.