Boeing P-8 Poseidon

Boeing P-8 Poseidon


Fiche descriptive

Appareil : Boeing P-8 Poseidon
Constructeur : Boeing Company
Désignation : P-8
Nom / Surnom : Poseidon
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 2013
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Avion de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine

Histoire

Boeing P-8 Poseidon :
le patrouilleur maritime du XXIème siècle

Souvent considérée comme une force aérienne à part entière l’US Navy dispose d’une puissance tactique et stratégique incomparable parmi les autres aviations navales dans le monde. Outre sa panoplie de chasseurs multi rôles et d’appareils de guerre électronique elle possède une importante flotte d’avions de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine (ASM) et antinavire. Ces appareils, qui représente l’essence même des aéronavales, ont avec le temps accusés un âge qui rend leur système d’arme relativement obsolescents, d’autant que les submersibles qu’ils sont censés poursuivre gagnent eux en discrétions et en silence. C’est la raison pour laquelle l’aéronavale américaine a décidé d’acquérir une nouvelle plateforme aéroportée pour ce type de mission : le Boeing P-8 Poseidon.

C’est au cours de l’année 2000, que l’US Navy lança l’ambitieux programme MMA (Multi Mission Maritime Aircraft) destiné au remplacement des Lockheed P-3C Orion, un quadri turbopropulseur dont les premiers exemplaires sont entrés en service au tout début des années 60. Si cet avion a fait l’objet d’une réactualisation de ses systèmes d’armes il est devenu au fur et à mesure de plus en plus désuet. Devant l’ampleur du programme MMA, trois constructeurs seulement répondirent à l’appel d’offre : British Aerospace Systems, Boeing et Lockheed-Martin. Si le deuxième proposait un appareil radicalement nouveau basé sur l’avion de ligne à succès 737 le premier présentait son Nimrod MRA-4 tandis que le troisième proposait quand à lui une version rétrofitée du P-3C sous la désignation d’Orion 21, doté notamment des turbopropulseurs Allison AE-2100-D3 de l’avion de transport C-130J Hercules II. En réalité l’Orion 21 tirait ses origines du P-7, un premier projet avorté dix ans auparavant. Alors que tout semblait démontrer que l’Orion 21 allait être commandé en série, vu les réductions budgétaires que subissait l’Amérique de plein fouet en matière d’armement, l’actualité en décida autrement.

En effet les attaques terroristes du 11 septembre 2001 et l’invasion de l’Afghanistan qui s’en suivit firent que les budgets de défense furent largement augmentés aux Etats-Unis. Bien que le Pentagone annonça rapidement la défaite de l’avionneur britannique les projets de Boeing pour un avion à réaction étaient toujours d’actualité et c’est finalement cet avion qui fut sélectionné en juin 2004 par l’US Navy. Une première commande fut passée pour 108 avions sous la désignation de P-8A et le nom de baptême de Poseidon.

Cet avion se présente sous la forme d’un monoplan à aile basse cantilever propulsé par deux réacteurs à double flux franco-américain CFM-56 d’une puissance unitaire d’un peu plus de douze tonnes. Disposant d’un train d’atterrissage totalement escamotable le P-8 est construit en en alliage de métal et matériaux composites. Disposant d’un cockpit biplace côte à côte l’avion possède une cabine pour sept opérateurs sur des consoles ultramodernes. Un orifice de ravitaillement en vol est installé au dessus du cockpit. L’armement de l’avion prend place soit sur des points d’attache de voilure, soit en soute, et se compose principalement de torpilles Mk-50, de charges de profondeurs Mk-57 et Mk-101, de mines Mk-55 et Mk-56, et bien entendus de missiles AGM-84 Harpoon. Des paniers à roquettes ou des missiles antichars AGM-114 Hellfire peuvent être installés sous voilure afin de lutter contre les vedettes rapides ou toutes autres embarcations légères de surface. L’avionique de l’appareil quant à elle tourne autour d’un radar multi cibles de surface AN/APY-10, d’un détecteur d’anomalies magnétiques AN/ASQ-85, d’un radar à ouverture synthétique AN/APS-128 dérivé de celui du Bombardier E-9A, et d’un système de détection passif AN/ALR-73.Le prototype du Boeing P-8 Poseidon a réalisé son premier vol le 25 avril 2009 et doit entrer en service en 2012-2013.

Basé sur l’avion de ligne 737-800 le P-8A possède en réalité la voilure de son successeur le 737-900, tout en ayant supprimé ses hublots. Cet appareil présente une certaine communauté de pièces avec le C-40A Clipper, lui même basé sur le 737-700, l’appareil de soutien logistique lourd de la flotte américaine. Mais le Boeing P-8A n’a pas intéressé que la seule marine américaine puisque d’autres clients traditionnels du P-3 Orion semblent se tourner vers son remplaçant. En effet en mars 2009 l’Australie a présélectionné le P-8 Poseidon comme remplaçant de l’avion de Lockheed. Ces machines doivent entrés en service en 2018. De son côté le Canada a lui aussi présélectionné le P-8 pour servir de remplaçant à ses CP-140 Aurora à l’horizon 2017.Mais le client le plus certain à l’export est l’Inde. Assez étrangement d’ailleurs puisque ce pays n’est pas considéré comme un client habituel des Américains. Les huit Poseidon commandés sont désignés P-8I (I pour India) et doivent remplacer à terme les lourds Tupolev Tu-142MR Bear-D acquis dans les années 80 pour la patrouille maritime et la lutte ASM.

Avec le retrait progressif d’avions d’anciennes générations comme le Breguet Atlantique 2, l’Illyushin Il-38 May, ou encore les versions dérivées du Fokker F27, le Boeing P-8 semble disposer de bonnes chances. Pourtant la concurrence commence à apparaître, avec en premier lieu le petit quadriréacteur japonais Kawasaki P-1. Mais un autre avion semble se dessiner puisqu’en 2006 Airbus Military et EADS ont annoncé vouloir développer une version similaire au Poseidon à partir de l’A321 de ligne.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Boeing P-8 Poseidon
Envergure : 35.72 m
Longueur : 39.47 m
Hauteur : 12.83 m
Motorisation : 2 réacteurs à double flux CFM International CFM-56-7B
Puissance totale : 2 x 12258 kgp.
Armement : torpilles, mines, charges de profondeur, paniers à roquettes, missiles anti-navires pour un total de 8400 kg en interne et externe
Charge utile : -
Poids en charge : 85370 kg
Vitesse max. : 905 km/h à 9700 m
Plafond pratique : 12500 m
Distance max. : 5900 Km (sans ravitaillement en vol)
Equipage : 2 + 7
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Boeing P-8 Poseidon

Profil Couleur

Profil couleur du Boeing P-8 Poseidon

Vidéo

Premier vol du P-8A Poseidon

A voir également

0
Conçu pour la surveillance de l'espace aérien, le contrôle des avions amis et la détection des menaces aériennes., le Boeing E-3 Sentry, qui entra...

0
C'est au tout début de l'année 1915 que l'ingénieur et aviateur britannique Geoffrey De Havilland, responsable des bureaux d'étude de la société Airco commença...

0
Conçu à partir de l'avion de ligne quadrimoteur Electra, le Lockheed P-3 se présentait comme un appareil de patrouille océanique à long rayon d'action...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.