Curtiss SBC Helldiver

Curtiss SBC Helldiver

0

Fiche descriptive

Appareil : Curtiss SBC Helldiver
Constructeur : Curtiss Wright Corporation - Aircraft Division
Désignation : SBC
Nom / Surnom : Helldiver
Code allié / OTAN :
Variante : Cleveland
Mise en service : 1936
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier en piqué, patrouilleur embarqué

Histoire

Curtiss SBC Helldiver :
un bombardier en piqué embarqué biplan

En 1933, l’US Navy fit savoir qu’elle recherchait un nouvel avion de patrouille maritime embarqué. Le seul constructeur Curtiss proposa à l’aéronavale américaine ses services pour cette machine et fut donc immédiatement sélectionné. L’avionneur proposait de développer l’avion à partir de son prototype de chasseur XF12C-1. Celui-ci fut rejeté car son architecture à aile parasol fut jugée peu fiable par les responsables de l’état major américain pour des missions de chasse embarquée. Toutefois l’US Navy pensait que cette aile pourrait se prêter pour son futur avion de reconnaissance et de patrouille maritime. Le nouvel avion reçu la désignation de S4C-1. Il effectua son premier vol en mai 1934. Extérieurement peu de chose le distinguait du XF12C-1 si ce n’était sa configuration biplace en tandem.

En juillet 1934, le Department of Navy (DoN, ministère américain de la marine) décida de modifier son cahier des charges afin de faire du S4C-1 un bombardier en piqué et patrouilleur embarqué. L’avion ne subit toutefois aucune modification mais fut désigné SBC-1 Helldiver. Il effectua ses premiers essais de piqué en septembre 1934. Au cours du second essai, l’avion connu de lourds dommages, jugés irréparables par les ingénieurs de Curtiss. L’US Navy ordonna à Curtiss de revoir profondément sa copie.

L’industriel se lança alors dans des modifications radicales. Le futur XSBC-2 fut doté d’un nouveau plan inférieur le transformant en biplan. L’avion effectua son premier vol en août 1935. Il se présentait sous la forme d’un biplan biplace en tandem monomoteur. Il disposait d’une crosse d’appontage placée sous l’empennage classique de l’avion. Son armement se constituait de deux mitrailleuses de 7.62mm dont l’une en position de chasse et la seconde en position arrière sur affût mobile. Le XSBC-2 disposait d’un berceau rétractable sous le fuselage pour le largage d’une bombe de 227kg. L’US Navy estima que le moteur Wright Whirlwind 14 d’une puissance unitaire de 680 chevaux était sous-motorisé. Curtiss décida de lui attribuer un Pratt & Whitney R-1535-82 Twin Wasp Junior de 710 chevaux. Ainsi naquit le SBC-3 qui fut commandé à 83 exemplaires qui entrèrent en service à bord des porte-avions américains en septembre 1936.

Devant l’émergence d’un risque de conflit en Europe, l’état major de l’aéronavale américaine décida de commander en série en janvier 1938 une nouvelle version plus puissante désignée SBC-4 à raison de 174 exemplaires. Tous les Helldiver furent affectés à bord d’unités de combat embarquées.

Lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en septembre 1939, le SBC Helldiver était le principal bombardier en piqué embarqué de l’US Navy. Les escadrons de l’aéronavale américaine furent massivement détachés en Atlantique Nord où ils étaient censés assurer la souveraineté et la neutralité des Etats-Unis, notamment face à la menace des sous-marins de la Kriegsmarine. Début 1940, le DoN décida de prélever cinquante SBC-4 sur ses stocks et de les fournir, discrètement, à l’Armée de l’Air. Toutefois le temps qu’ils soient révisés et envoyés à la Martinique pour y être réceptionnés par les autorités françaises, les Allemands étaient entrés en France et celle ci avait déjà capitulé.

Les avions ne furent pas pour autant définitivement perdus pour les Alliés. En effet, la Royal Air Force décida de récupérer une partie de ces SBC-4, toujours aussi discrètement afin de ne pas mettre en péril la prétendue neutralité des USA, et les baptisa Cleveland. Mais ces avions ne servirent jamais dans la RAF. Ils furent immédiatement reversés à la Fleet Air Arm qui les affecta dans un premier temps à des missions d’entrainement avancé au profit des équipages de Blackburn Skua. En octobre 1940, ces avions furent finalement assignés à la base aéronavale britannique de Little Rissington où ils servirent à la formation initiale des mécaniciens et armuriers de l’aéronavale britannique. La vingtaine de Cleveland de la Royal Navy servirent jusqu’en décembre 1945.

De leur côté les marins américaines utilisèrent leurs SBC-3 et SBC-4 jusqu’en mars 1942 où ils furent remplacés en première ligne par le SB2C Helldiver et par le SBD Dauntless. Ils servirent encore environ dix huit mois pour l’entrainement des pilotes au piqué avant d’être définitivement retirés du service en novembre 1943.

Si le Curtiss SBC Helldiver n’eut jamais droit aux feux de la rampe, il ne faut pas pour autant oublier qu’il a permis à l’US Navy de défricher le domaine des bombardiers en piqué embarqués, des avions qui furent décisifs dans la Guerre du Pacifique, et notamment à Midway.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Curtiss SBC-4 Helldiver
Envergure : 10.36 m
Longueur : 8.57 m
Hauteur : 3.17 m
Motorisation : 1 moteur en étoile Wright R-1820-34 Cyclone 9
Puissance totale : 1 x 910 ch.
Armement : 2 mitrailleuses de 7.62mm
une bombe de 227kg
Charge utile :
Poids en charge : 3210 kg
Vitesse max. : 375 km/h à 4600 m
Plafond pratique : 7300 m
Distance max. : 650 Km (à masse maximale)
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Curtiss SBC Helldiver

Profil Couleur

Profil couleur du Curtiss SBC Helldiver

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Le B-29, qui doit sa célébrité au fait que ce sont des appareils de ce type qui larguèrent des bombes atomiques sur Hiroshima (B-29...

0
C'est à l'automne 1930, que le Department of War (DoW) lança un appel d'offre pour un nouvel avion d'attaque destiné à remplacer les biplans...

0
Voyant ses ennemis approchés des côtes nationales, la Marine Impériale avait admis le principe des attaques suicides. Utilisant pour cette tâche des avions classiques...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.