Dassault-Breguet ATL-2 Atlantique

Dassault-Breguet ATL-2 Atlantique


Fiche descriptive

Appareil : Dassault-Breguet ATL-2 Atlantique
Constructeur : Avions Marcel Dassault-Breguet Aviation
Désignation : ATL-2
Nom / Surnom : Atlantique
Code allié / OTAN :
Variante : Atlantic 2
Mise en service : 1988
Pays d'origine : France
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Avion de patrouille maritime et de renseignement électronique

Histoire

Dassault-Breguet ATL-2 Atlantique :
Le patrouilleur maritime français

En juillet 1977, l’état major de la Marine émit un cahier des charges pour sa dotation d’un nouvel avion de patrouille maritime à même d’intégrer les progrès technologiques survenus de l’autre côté du « Rideau de Fer ». A cette époque, le Breguet Br.1150 Atlantic était son principal avion de ce type et quelques vieux Lockheed P2V Neptune volaient encore, principalement en Outre-mer. Bien que l’idée d’acquérir des avions américains fut un temps soulevée les responsables politiques décidèrent d’acquérir un avion français et demandèrent l’année suivante à Dassault d’étudier une possibilité. Il faut se souvenir qu’à cette époque Dassault avait repris les actifs de Breguet.Le nouveau programme reçut la désignation d’ATL-2, pour Atlantic 2.

Extérieurement, cet avion ressemblait très fortement à son prédécesseur, si ce n’est que la voilure avait été modifié, les propulseurs gonflés, et que l’électronique et l’avionique avaient été revues et corrigées. Autour du radar de recherche Iguane avait été monté un radar à ouverture synthétique Tango également conçu par Thomson-CSF. Des firmes comme Crouzet et Sagem furent également appelées. Par contre, le radôme de haut d’empennage avait disparu. Niveau armement, l’ATL-2 emportait toujours charges de profondeurs, mines, et torpilles pour une masse offensive de trois tonnes et demie. Mais cette fois-ci les avions avaient la capacité de tirer les missiles antinavires Aérospatiale AM-39 Exocet, ceux ci étant montés en soute.C’est dans cette configuration que le prototype de l’ATL-2, en fait un ancien Br.1150 Atlantic, réalisa son premier vol le 8 mai 1981.

Immédiatement, les tests de l’avion débutèrent au Centre d’Essais en Vol de Brétigny-sur-Orge. C’est à ce moment que le second prototype vola en mars 1982. Menés conjointement avec les équipes du CEPA et de l’Escadrille 10S de l’Aviation Navale, ces essais démontrèrent de nouvelles capacités hors du commun. En 1984, le Ministère de la Défense passa commande pour 42 avions de série, livrables à partir de 1988.

La légende raconte qu’avant que le contrat ne soit officiellement signé, il fut soumis à l’approbation du Président de la République, François Mitterrand, qui voyant le nom d’Atlantic 2 exigea que celui ci soit transformé en Atlantique, un mot bien plus français à son goût. D’ATL-2 ou Atlantic 2 le nouvel avion était devenu Dassault Atlantique, le nom qu’il allait conserver.

Il fallut attendre février 1991 pour que la première unité de Dassault Atlantique, la Flottille 23F, soit déclarée opérationnelle sur la base aéronavale de Nîmes-Garons. Oeuvrant en Méditerranée, cette unité assurait la protection du littoral méridional et des côtes corses. Toutefois, après la chute du Mur de Berlin, un an et demi auparavant, les besoins en avions de patrouille maritime étaient moindres. En effet, l’URSS ne représentaient plus vraiment une menace, et la majorité des pays du Pacte de Varsovie s’ouvraient désormais à la démocratie. La commande 42 Atlantique fut revue à la baisse, et seulement 28 avions furent finalement acquis. Le dernier d’entre eux arriva dans les rangs de la Marine en 1998.

Avion bien plus polyvalent qu’il n’y semblait, l’Atlantique fut engagé par la France dans plusieurs conflits. Ainsi en 1996, deux d’entre eux furent mis au service de l’ONU pour contrôler l’Adriatique aux abords de l’ex-Yougoslavie. Ils volaient de concert avec les Atlantic italiens, mais aussi les P-3C Orion néerlandais et norvégiens. Ils reprirent le chemin de cette région de l’Europe lorsque l’OTAN fut engager au Kosovo.

Par la suite, plusieurs d’entre-eux furent déployés dans l’océan indien afin de rechercher les éventuels navires pirates, volant depuis les installations française de Djibouti.

Durant l’année 2011, la France a engagé trois de ses Atlantique dans les opérations aériennes contre les forces du colonel Kadhafi en Libye. Forts de leurs missiles Exocet, les avions de la patrouille maritime avaient pour mission de couler les bâtiments de la marine libyennes qui s’en seraient pris aux navires de la coalition, comme par exemple le BPC Mistral. Les Dassault Atlantique étaient pour l’occasion basés à Chypres. Ils n’eurent à tirer aucun de ces missiles.

Ultime dérivé de l’avion conçu dans les années 60 par Breguet, l’Atlantique n’a pas connu de troisième génération. Un temps envisagée, il aurait pu prendre l’allure de deux machines différentes : l’Atlantique 3, une machine disposant de nouveaux turbopropulseurs Allison AE-2100H dérivés de ceux équipant actuellement l’avion de transport tactique italo-américain C-27J Spartan, ou bien le Jet Atlantique un avion propulsé par deux réacteurs CFM-International. Le Jet Atlantique fut notamment proposé par Dassault pour le remplacement des British Aerospace Nimrod au sein des unités de la RAF. Toutefois le gouvernement britannique rejeta la proposition. D’ailleurs, le Dassault Atlantique n’a jamais été exporté.

Début 2012, le Dassault Atlantique était encore le principal avion de patrouille maritime, mais pas le seul. Malgré le retrait du service des Atlantic, la Marine possédaient encore ses Dassault Gardian, de même que le Falcon 50M. Toutefois l’Atlantique est le seul avec une réelle capacité offensive.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Dassault Atlantique ATL-2
Envergure : 37.42 m
Longueur : 32.63 m
Hauteur : 10.89 m
Motorisation : 2 turbopropulseurs Rolls & Royce RTy-20 Mk-21
Puissance totale : 2 x 6220 ch.
Armement : 3500 kg de charges en soute et externes (charges de profondeur, mines, torpilles, deux missiles Exocet)
Charge utile :
Poids en charge : 46200 kg
Vitesse max. : 600 km/h à 6000 m
Plafond pratique : 9150 m
Distance max. : 7300 Km
Equipage : 12 à 14
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Dassault-Breguet ATL-2 Atlantique

Profil Couleur

Profil couleur du Dassault-Breguet ATL-2 Atlantique

Vidéo

Atlantique ATL-2 en mission

A voir également

0
En 1940, les Japonais commençaient à s'intéresser aux machines d'observation produite en Europe et aux Etats-Unis. Notamment les avions d'observation qui pouvaient mener des...

0
En service dans l'US Air Force, le Boeing RC-135 est le principal avion d'espionnage des communications hostiles. Il s'agit d'une version assez prfondémment modifié...

0
Avec une conception particulière, l'OV-1 était le premier avion à turbopropulseur en service dans l'US Army. Elle a été finalement retirée aussi tard que...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.