Fieseler Fi 167

Fieseler Fi 167


Fiche descriptive

Appareil : Fieseler Fi 167
Constructeur : Gerhard Fieseler Werke GmbH
Désignation : Fi 167
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1940
Pays d'origine : Allemagne (IIIe Reich)
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier léger, avion de reconnaissance et d'observation

Histoire

Fieseler Fi 167 :
Le bombardier biplan embarqué de la Luftwaffe

En 1935, l’Allemagne nazie lança un programme afin de se doter d’un porte-avions d’un gabarit similaire aux navires britanniques ou français, c’est à dire avoisinant les 22 000 tonnes. Adolf Hitler lui-même supervisait ce projet et il donna l’ordre à Göering de rechercher plusieurs constructeurs d’avions capable de fournir des appareils expressément conçus pour servir à bord du bâtiment. Parmi les missions prioritaires à l’époque, figurait le bombardement-torpillage. Et cette mission revint à un surprenant biplan : le Fieseler Fi 167.

Le programme du porte-avions fut officiellement lancé avec l’ouverture du chantier le 8 décembre 1938, et le Fürher décida de le baptiser du nom de Graf Zeppelin, en honneur au célèbre aristocrate et concepteur des dirigeables géants. Le bâtiment devait être le premier porte-avions allemand et devait, dans le même esprit qui conduisit à concevoir le Bismarck, semer la crainte dans les esprits des ennemis du Reich. Néanmoins il n’entra jamais en service, ayant été fortement endommagé par un raid de bombardiers Bristol Blenheim de la Royal Air Force le 9 septembre 1940. Mais les programmes d’avions qui le concernaient ne furent pas pour autant abandonnés.

Le programme d’avion torpilleur chargé des missions depuis le Graf Zeppelin fut confié à deux constructeurs : Arado et Fieseler. Le premier de ceux-ci proposa le très novateur Ar 195 et le second un biplan plus classique le Fi 167. Si le premier avait les faveurs du RLM (Reichluftahrtministerium, ministère nazi de l’air) ce n’en est pas moins le second qui fut sélectionné, plus par dépit que par choix purement politique. En effet si novateur eut il été l’Arado Ar 195 présentait de grande carences, notamment sur le point de vue structurel.

Le choix de sélectionner le Fi 167 fut donc un pis-aller et Fieseler reçu l’instruction de fournir deux prototypes, désignés Fi 167V pour essais.

Le premier vol du premier prototype, Fi 167V1, eut lieu le 14 août 1939. Il s’agissait d’un biplan monomoteur biplace à cockpit fermé. L’avion était doté d’un train d’atterrissage fixe et d’une crosse d’appontage sur le côté droit du fuselage. L’armement principal de l’appareil résidant en une torpille de 765 kg, le Fi 167 fut doté d’un point d’attache sous le fuselage. Il était mû par le même moteur Daimler-Benz que les chasseurs Messerschmitt Bf 109 et Me 210. Ce moteur étant alors très disponible sur le marché, et relativement sûr.

Après le bombardement sur Hambourg et l’abandon du programme de porte-avions, il fut décidé que les douze Fieseler Fi 167A de série allaient être redirigé vers deux missions moins offensives : la reconnaissance tactique et le bombardement léger. Les avions furent délestés de leur point d’ancrage central pour torpille et doté de points similaires pour des bombes.

Un second lot de 15 avions fut également construit, mais sans aucune crosse d’appontage cette fois-ci. Six de ces avions furent d’ailleurs livrés à l’aviation croate, aux mains des Oustachis pro-nazis. Ces avions étaient tous frappés du célèbre damier rouge et blanc. Ils servirent notamment à la recherche des partizans, la résistance yougoslave.

Au sein de la Luftwaffe, la Kriegsmarine n’ayant alors pas le droit de disposer d’aéronefs, les Fi 167 furent principalement affecté aux Pays-Bas, pour des missions les amenant également dans les cieux belges et français. En outre quatre avions du second lot furent affectés au sein de l’Afrikakorps. Mais étant assez peu adaptés aux missions en zones arides, ils furent rapidement secondés par des Fieseler Fi 156. Au final les quatre biplans « africains » furent interdit de vol en janvier 1943.

Dans les rangs de la Luftwaffe ses avions demeurèrent en service jusqu’en novembre 1944. Ils effectuèrent une de leurs dernières missions importantes le 6 juin 1944 en réalisant un vol au-dessus des plages de Normandie, durant l’opération alliée Overlord. Lors de cette mission deux des trois Fi 167 furent abattus, l’un par la DCA d’un navire américain et le second par un Spitfire de la Royal Air Force.

Le Fi 167 était un piètre avion d’attaque, une machine incapable d’opérer ailleurs qu’en Europe, et enfin un biplan lent et relativement lourd. Mis à part cela, les équipages qui volaient dessus apprécièrent ses qualités à basse altitude et sa maniabilité à faible vitesse.

S’il a peu servi pour sa mission initiale, le torpillage, il sut rendre de grands services en tant que bombardier léger et avion de reconnaissance armée ou d’observation, en particulier dans les Balkans.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Fieseler Fi-167A
Envergure : 13.51 m
Longueur : 11.40 m
Hauteur : 4.82 m
Motorisation : 1 moteur en V Daimler-Benz DB-601B
Puissance totale : 1 x 1100 ch.
Armement : 2 mitrailleuses MG-17 de calibre 7.92mm (1 en position de chasse + 1 tirant vers l'arrière sur affût mobile)
possibilité d'emport de 800 kg de bombes sous fuselage et ailes
Charge utile :
Poids en charge : 4850 kg
Vitesse max. : 325 km/h à 3200 m
Plafond pratique : 8200 m
Distance max. : 1400 Km à charge maximale
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Fieseler Fi 167

Profil Couleur

Profil couleur du Fieseler Fi 167

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Lorsque l'on aborde la cas de l'industrie aéronautique israélienne on pense généralement aux drones ou encore au chasseur Kfir, assez représentatifs chacun du savoir-faire...

0
Dans les années qui suivirent la Seconde Guerre Mondiale l'industrie aéronautique française connut un boom technologique sans précédent, et la plus part des constructeurs...

0
Si pour la plupart des avions pilotés d'écoutes sont des quadriréacteurs issus d'avions de lignes ou des appareils lourds dérivés de chasseurs et de...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

CONTENUS SIMILAIRES