Heinkel He 70 Blitz

Heinkel He 70 Blitz


Fiche descriptive

Appareil : Heinkel He 70 Blitz
Constructeur : Ernst Heinkel Flugzeugwerke A.G.
Désignation : He 70
Nom / Surnom : Blitz
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1934
Pays d'origine : Allemagne (IIIe Reich)
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Reconnaissance, liaison, bombardement léger...

Histoire

Heinkel He 70 Blitz :
un avion de reconnaissance plus élégant que réellement efficace

Lorsqu’il fit son apparition au début des années 30 dans le paysage aéronautique civil, le monoplan allemand Heinkel He 70 marqua profondément les esprits. En effet ce monomoteur tranchait radicalement avec la plus part des appareils qui volaient alors dans les compagnies aériennes en Europe et aux Etats-Unis. Dans ce dernier, seuls les monomoteurs Lockheed semblaient pouvoir concurrencer le bel oiseau allemand. Car la véritable qualité du He 70 était là : il était élégant. Mais dans une Allemagne où le nazisme arrivait à grand pas cet avion était appelé à une vaste carrière militaire, principalement comme avion de reconnaissance lointaine et comme avion de liaison.

Monoplan à aile basse à cockpit fermé prévu pour transporter quatre passagers dans une cabine de bon confort, le Heinkel He 70 était propulsé par un unique moteur en V BMW type VI d’une puissance de 750 chevaux entraînant une hélice bipale en métal. Avec son aile elliptique et son train d’atterrissage escamotable cet avion se présentait comme radicalement moderne. C’est dans cette configuration que vola le premier prototype He 70V1 le 1er décembre 1932. Il fut baptisé Blitz (« éclair ») en français, par le constructeur.

En 1934, alors que l’Allemagne n’avait pas le droit de disposer d’une aviation militaire les responsables de la propagande nazie firent le choix de commander en série une dizaine de He 70D pour des missions de transport de haute personnalité. Bien que civils, ces avions n’appartenaient pas à la Lufthansa, la compagnie aérienne nationale allemande, mais au parti nazi. Quelques mois plus tard, ils firent partis des premiers avions à rejoindre officiellement la toute jeune, et officielle, Luftwaffe.

En fait, ces monomoteurs préfiguraient les He 70E de bombardement léger, des avions armés d’une mitrailleuse défensive MG17 de 7.9mm de calibre montés en position mobile arrière ainsi que 300 kg de bombes en soute, prenant la place de la cabine des passagers. Les He 70E furent parmi les premiers bombardiers rapides à servir de manière opérationnelle sous les couleurs allemandes. Pour une Allemagne qui n’avait pas encore les moyens militaires de ses velléités expansionnistes, le Heinkel He 70 représentait un bon avion, même s’il avait un rayon d’action un peu trop faible. En somme, il représentait plus une machine de propagande qu’un véritable outil de guerre.

A la même époque, la Luftwaffe se dota de sa principale version opérationnelle, le He 70F de reconnaissance lointaine, armé d’une unique mitrailleuse MG17 de 7.9mm identique à celle du He 70E. Ces avions avaient un équipage de trois personnes, comprenant un pilote, un navigateur, et un observateur mitrailleur. Les He 70F furent quant à eux fréquemment utilisés aux frontières du IIIème Reich pour des missions de surveillance et même parfois d’espionnage.

Le He 70F connut le feu en 1936, lorsque la Luftwaffe envoya un lot de 18 avions pour servir au sein du Staffel A/88, une unité de reconnaissance diurne de la Légion Condor, aux côtés d’avions d’armes comme le Junkers Ju 87 ou le Messerschmitt Bf 109. Ces avions volèrent jusqu’à la fin de la Guerre Civile, puis furent cédés officiellement à l’Ejercito del Aire, où ils servirent jusqu’au milieu des années 50.

En septembre 1939, lorsque l’Allemagne envahit la Pologne, plongeant l’Europe dans la Seconde Guerre Mondiale, la plupart des He 70E et F était encore en service. Si les premiers furent rapidement transformés en avions d’entraînement avancé, et remplacés en première ligne par des Dornier Do 17 plus modernes, il en fut différemment des seconds. Ainsi les He 70F restèrent en service actif jusqu’en 1941, servant principalement dans les Balkans et en Grèce, où les chasseurs ne mettaient pas réellement en danger ces avions fort mal motorisés.

Cependant à la même époque, la Lufthansa rétrocéda une partie de ses Blitz à la Luftwaffe pour des missions de transport postal, de liaison, d’évacuations sanitaires, ou encore de transport de hautes personnalités. En 1941, lorsque les He 70F furent retirés du service ils prirent eux aussi le chemin des unités d’instruction et de formation. Sur un total de 324 Heinkel He 70 assemblés, ce sont 262 exemplaires qui portèrent un jour ou l’autre les couleurs de la Luftwaffe.

Au milieu de l’année 1939, la Hongrie reçut un lot de 18 Heinkel He 170A de reconnaissance. Cette version export se distinguait au premier coup d’œil par son moteur Gnome & Rhône Mistral Major 14K en étoile. Ce propulseur construit en France entraînait une hélice bipale en bois. Ces avions de reconnaissance étaient en fait des bombardiers légers à mi-chemin entre le He 70E et le He 70F. Les Heinkel He 170A furent principalement utilisés jusque fin 1942 contre les forces soviétiques. Avec sa vitesse maximale en altitude de 270km/h, le He-170A représentait une cible de choix pour les chasseurs de l’Aviation du Front.

Il faut souligner par ailleurs qu’un avion fut expédié au Japon pour y être testé par la marine impériale qui recherchait à cette époque un bombardier torpilleur de nouvelle génération. C’est ainsi que le Heinkel He 70 servit de base de travail pour le développement de l’Aichi D3A Val.Un autre He 70 eut une carrière surprenante, c’est celui qui fut vendu à Rolls & Royce pour y servir de banc d’essais volant pour certains moteurs. L’ironie du sort voulut que cet avion allemand participe au développement de la motorisation du Supermarine Spitfire.

Finalement, cet avion qui se présentait comme la quintessence du savoir faire allemand en 1932 s’avéra rapidement être un avion totalement obsolète, et relativement mal utilisé par les militaires. On a rarement fait de bons avions d’armes à partir d’avions de ligne, mis à part peut être le Focke-Wulf Fw 200 Condor. Quoi qu’il en soit cet avion demeure un des plus beaux appareils conçu à son époque.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Heinkel He-70F Blitz
Envergure : 14.78 m
Longueur : 11.48 m
Hauteur : 3.10 m
Motorisation : 1 moteur en V BMW type VI
Puissance totale : 1 x 750 ch.
Armement : 1 mitrailleuse mobile de 7.9mm
Charge utile :
Poids en charge : 3300 kg
Vitesse max. : 360 km/h à 4800 m
Plafond pratique : 6000 m
Distance max. : 950 Km (à masse maximale)
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Heinkel He 70 Blitz

Profil Couleur

Profil couleur du Heinkel He 70 Blitz

Vidéo

Heinkel He 70 au roulage

A voir également

0
Alors que les grandes puissances laissent Adolf Hitler réarmer son pays, les avionneurs allemands vont faire naitre ça et là des projets très ambitieux,...

0
L'avionneur Potez est célèbre dans le monde entier pour la conception d'avions de combat qui servirent dans l'Armée de l'Air durant la Bataille de...

0
En 1975, Embraer proposa au commandement côtier de la Fuerza Aérea Brasileira (FAB) un nouvel avion de patrouille maritime pour remplacer ses vénérables Lockheed...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.