Latécoère L.298

Latécoère L.298


Fiche descriptive

Appareil : Latécoère L.298
Constructeur : Latécoère
Désignation : L.298
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1938
Pays d'origine : France
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Torpillage et reconnaissance

Histoire

Latécoère L.298 :
le torpilleur de la Marine

Une spécification de la marine fut émise en 1933 afin de remplacer l’hydravion torpilleur Laté 290, en service à partir de 1934. Cette demande concernait un nouveau bombardier torpilleur et la firme Latécoère développa le modèle 298, une version plus moderne de son prédécesseur. Le Latécoère 298.01 effectua son premier vol en mai 1936.

Le Laté 298 était un monoplan à aile médiane de construction métallique, à l’exception des empennages en bois entoilé, doté d’une hélice à pas variable et de volets d’intrados. Il s’agissait d’un hydravion à flotteurs triplace avait des ailes effilées. Il pouvait emporté une torpille accrochée sous le fuselage. Le prototype se révéla réussi et une commande de 127 exemplaires de série fut passée par les autorités françaises.

Plusieurs versions furent élaborées, toutes se caractérisant par un habitacle redessiné. Le Laté 298A fut livré à partir d’octobre 1938. Le Laté 298B était doté d’une double commande et d’ailes repliables. Enfin, Le Laté 298D comportait une double commande et des ailes fixes. Tous ces appareils entrèrent en service jusqu’à l’armistice de juin 1940.

Un des Laté 298D fut pourvu d’une gondole ventrale d’observation et reçut la dénomination de Laté 298E. Tandis qu’un Laté 299 de reconnaissance, de bombardement et de torpillage fut dérivé du Latécoère 298 et vola en juillet 1939. Seulement 2 exemplaires furent construits.

Durant la campagne de France, huit escadrilles opérationnelles en ont été équipées, dont deux à bord du transport d’hydravions « Commandant-Teste ». Certaines ont été engagées dans le harcélement des unités motorisées allemandes entre Boulogne et la Somme, un type de mission pour lequel cet appareil n’était pas prévu. Après l’armistice, six unités sont restées en service avec l’autorisation des commissions allemande et italienne.

Il restait encore des Laté 298 après la guerre, les derniers ayant achevé leur carrière à l’école de Hourtin en 1951. Ce fut avec 177 exemplaires, le plus construit des hydravions français.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Latécoère 298A
Envergure : 15.50 m
Longueur : 12.56 m
Hauteur : 5.25 m
Motorisation : 1 moteur Hispano-Suiza 12Ycrs-1
Puissance totale : 1 x 880 ch.
Armement : 3 mitrailleuses de 7.5 mm
1 torpille de 670 ou 500 kg de bombes
Charge utile : -
Poids en charge : 4517 kg
Vitesse max. : 286 km/h à 2500 m
Plafond pratique : 5100 m
Distance max. : 1000 Km
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Latécoère L.298

Profil Couleur

Profil couleur du Latécoère L.298

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
La Marine Impériale, qui désirait renouveler le parc de ses hydravions de reconnaissance embarqués, adressa en 1932 une directive à plusieurs constructeurs. Aichi proposa...

0
Au début des années 50, l'US Navy s'opposa à l'US Air Force dans la politique de dissuasion américaine. Les généraux américains estimaient alors que...

0
La Marine Impériale, qui s'était spécialisée dans le binôme sous-marin/hydravion lui donnant toute satisfaction, décida en 1939 de donner un successeur au Watanabe E9W...