À force de jouer avec les nerfs des forces aériennes européennes il fallait bien qu’un incident de ce type arrive tôt ou tard. Fort heureusement il ne dépasse pas le strict cadre diplomatique. Ce vendredi 18 novembre 2016 un avion de transport militaire Ilyushin Il-96 appartenant au gouvernement russe a été intercepté et escorté durant plusieurs minutes par trois avions de combat F/A-18C Hornet alors qu’il traversait l’espace aérien suisse. Si à Moscou certains poussent des cris d’orfraies, à Berne on insiste sur le caractère tout à fait légal et normale de cette procédure.

Il faut dire que le quadriréacteur étatique transportait des officiels russes, mais aucun personnage de premier plan, ainsi qu’une trentaine de journalistes spécialement accrédités par le Kremlin. Tout ce petit monde se rendait à Lima au Pérou dans le cadre d’une conférence internationale.

La méthode en vigueur en Suisse prévoit notamment que les pilotes de chasse vérifient que les informations données concernant l’avion sont correctes. Immatriculation, nature de l’avion, route empruntée, tout est passé au peigne fin par les militaires helvètes. Et là encore les équipages de ces trois Hornet ont démontré leur très grand professionnalisme.

Les médias russes se sont bien évidemment emparé de ce fait divers pour le monter en épingle, parlant d’incident diplomatique majeur entre les deux pays. Alors que dans le même temps l’ambassadeur suisse à Moscou n’a même pas eu à s’expliquer, pas plus que son homologue russe en poste à Berne.

Il est évident que sur un tel vol le transpondeur devait fort bien fonctionner, une prouesse par les temps qui courent dans l’aéronautique russe.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom