Dans la semaine nous vous informions sur le fait qu’en Californie la saison des feux de forêt était loin d’être terminée, nous avons été rattrapés par l’actualité. Depuis maintenant quelques jours les pompiers de Los Angeles et de ses alentours luttent contre une série de feux de forêts et de broussaille d’une ampleur inédite depuis les années 1950 ! Celle-ci a notamment démontré que l’état américain le plus peuplé ne disposait pas d’assez de bombardiers d’eau, notamment légers. Une situation qui met en péril non seulement les soldats du feu au sol mais également les populations civiles et leurs habitations.

Rechargement d’un bambi bucket.

C’est en fait tout le tiers sud de la Californie qui vie désormais sous une épaisse chape de fumée, réduisant au maximum les capacités de bombardement aérien des avions et hélicoptères de lutte anti-feux. D’autant qu’aux vues de l’urbanisation très importante de la région ce sont principalement les voilures tournantes qui peuvent attaquer les foyers d’incendie tels les AgustaWestland AW.139 ou encore les étonnants Erickson Aircrane.
Car la réalité de cette série d’incendies est frappante : les flammes ne lèchent plus les confins de Los Angeles, elles sont entrées dans la ville ! Il faut imaginer un feu de broussailles dans une métropole aussi grande que Paris, Lyon, Marseille, et la métropole lilloise réunies.

Devant l’ampleur des dégâts le gouverneur de Californie n’a pas hésité à prêter les combattants de la garde nationale. Accompagnés de leurs aéronefs, et notamment les avions-cargos Lockheed-Martin C-130J équipés du système MAFFS, les soldats américains apportent une aide substantielle aux pompiers de Los Angeles. Au plus près des flammes ce sont les équipages des Sikorsky UH-60L (et leurs fameux marquages roses) équipés de bambi buckets. Ces hélicoptères ont la capacité de se recharger en eau dans les nombreuses piscines privatives présentes dans la ville et ses faubourgs aussi bien que dans le tout proche océan Pacifique.

Los Angeles, en proie aux flammes.

Tous ces déploiements ont obligé la municipalité et le comté de Los Angeles à organiser des DZ jusqu’au cœur même de la métropole californienne. Il est donc désormais possible pour les riverains de voir se poser des hélicoptères militaires dans les célèbres quartiers de Bel Air ou encore de Beverly Hills où les villas des milliardaires et des stars hollywoodiennes sont désormais la cible du feu.

Ce vendredi 8 décembre 2017 le Président des États-Unis Donald Trump a accepté de déclencher l’aide d’urgence fédérale permettant de débloquer des fonds importants et d’envoyer sur place des moyens humains et matériels depuis les états voisins. Par ailleurs le Mexique a proposé son aide aux États-Unis sous la forme de bombardiers d’eau et de pompiers spécialisés.

Blackhawk, l’arme anti-feu de la garde nationale californienne !

Si en France la majorité des feux de forêt résulte de la négligence ou de la maladresse de touristes ou bien de l’acte criminel des pyromanes le profil des feux de broussailles et de forêts en Californie est très différent. Ils sont presque exclusivement d’origine naturelle ! En effet la pluie n’est pas tombée sur certaines zones de l’état depuis plus d’un an, les sols étant de ce fait extrêmement secs.

Photos © Los Angeles Fire Department & US Department of Defense.

Publicité

13 COMMENTAIRES

  1. Le Mexique qui propose son aide aux USA, c’est Trump qui va en tomber malade !
    Plus sérieusement, les États-Unis possède certes une grande flotte de bombardier d’eau diverse et variée, ( 747, Bae 146, DC-10, C-130…) mais on ne voit jamais de CL-415 alors que la Californie est proche de l’océan et qu’elle est en proie aux flammes chaque année et que celà ne s’arrangera pas a l’avenir.

      • La mer ne peut pas être formée en permanence sur toute la côte longeant la Californie et dans la mesure du possible un Canadair écope en générale dans une baie ou un crique à l’abris de la houle. Par ailleurs la Californie ne manque pas de lacs. Mais les Etats-Unis ne possèdent pratiquement pas de CL-415. A ma connaissance un opérateur US en avait acheté un en 2013 et je ne sais pas s’il y a eu d’autres acquisitions par la suite. Quand aux CL-215 ils doivent être hors d’âge, mais il est vrai que les opérateurs nord américains on l’habitude d’employer des bombardiers d’eau à l’âge préhistorique, à l’image des antédiluviens Martin Mars.

        • En fait aux États-Unis les moyens aériens de lutte contre les feux de forêt sont majoritairement publics, même si quelques sociétés privés mettent à disposition des avions et hydravions.

        • Les moyens aux USA sont essentiellement privés. Ces avions sont loués soit par l’USFS pour une utilisation fédérale, soit par les collectivités locales. En gros, ce sont quasi toujours des PPP – partenariat public/privé. Seule exception la Californie qui possède ses Tracker et ses Bronco.

          Une nuance, l’USFS possède en propre des Beaver et commence à développer une flotte de C-130 hérités des Coast Guard.

        • Grossière erreur de votre part Al Labrique et grosse méconnaissance de la question. Les sociétés privées aux États-Unis ne représentent pas la majorité des cas, car dans votre exposé vous avez oublié un élément essentiel : l’US Department of Defense et ses avions et hélicos qui assurent une bonne partie des actions de lutte contre l’incendie.
          Et pour l’anecdote les OV-10 Bronco californiens n’assurent pas d’attaques du feu mais des missions de reconnaissance.

    • Il y a très peu de CL-415 aux USA car l’attaque direct à l’eau ne fait pas partie de leurs doctrines d’utilisation des aéronefs. Pour le travail à l’eau, ils préfèrent de loin les hélico, surtout les lourds.

      4 CL-415 de la société Aero Flite étaient sous contrat avec l’USFS cet été. Leur contrat ne sera pas reconduit l’an prochain. L’avion était loué plus cher à la journée et à l’heure de vol que les DC-10 par exemple, donc beaucoup plus cher aussi que les AirCrane et les Chinook qui emportent bien plus. A celà s’ajoute aussi des problèmes environnementaux.

      Le comté de LA a un accord avec le Québec pour la location de deux CL-415 hors saison feu au Canada depuis plus de 20 ans, mais là aussi, les avions sont liés à une zone géographique très limitée.

      Quand a en acheter d’autres… Le prix d’un CL-415 neuf représente le coût d’acquisition et de transformation de plusieurs DC-10 d’occasion !!!

      Il y a des articles en français disponibles sur le web très bien renseignés à ce sujet!

      • Je n’ai pas étudié la question de près, mais si un Canadair emporte moins d’eau qu’un DC-10, il effectue en revanche d’avantage de passages, puisqu’il refait le plein d’eau plus rapidement en écopant. Par ailleurs, la maintenance d’un vieux triréacteur doit être relativement onéreuse. De surcroit ces avions de ligne, qui ne sont pas faits pour ça, sont très peu manoeuvrant à basse altitude et ne peuvent pas larguer aussi bas et donc aussi précisément qu’un CL-415.

        Concernant l’éventuel acquisition de Canadair neufs, la société Viking, qui a repris la licence de fabrication de l’appareil, attends une commande de 10 appareils pour relancer la chaine de production.

        • Les avions US bossent au retardant. C’est un point essentiel pour bien comprendre pourquoi ils ne considèrent pas le CL-415 comme un outil adapté à leurs besoins (vu qu’ils ont des hélicos pour travailler à l’eau – et question mania et productivité, ça tient)

          pour les histoires de prix, les contrats USFS et leurs montants sont publics. Si la société qui exploite les DC-10 parvient à se développer en louant ses avions moins chers que les CL-415 d’Aero Flite, c’est bien qu’ils s’y retrouve au final.

          Il y a plusieurs blogs qui parlent de ces problèmatiques comme Aerobuzz.fr ou 09-27.fr

          tout y est expliqué !

  2. Le système MAFFS serait pas mal pour les lockheed C-130H de l’escadron Franche-Comté. Installation rapide et une reserve de 11 000l de liquide, celà pourrait prêter main forte aux appareils de la sécurité civile en période de feux de forêt.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom