Alors qu’en France nous débouchions les bouteilles de champagne (avec modération bien entendu !!!) et dégustions les mets de la saint-Sylvestre dans la bande sahélo-saharienne la guerre contre le djihadisme se poursuivait. Et durant cette période de fêtes les opérations aériennes s’enchaînaient à un rythme élevé. Après une relève partielle les équipages des Mirage 2000N de l’Armée de l’Air ont participé à plusieurs missions contre les forces djihadistes, de jour comme de nuit. Et malheureusement comme souvent avec cette guerre qui ne dit pas son nom, dans le plus total désintérêt des médias.

Car c’est là l’un des secrets de l’engagement des Mirage 2000N de l’Escadron de Chasse 2/4 Lafayette : les opérations sont autant diurnes que nocturnes. De ce fait les terroristes d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique, d’Ansar Dine et de la branche locale de Daech ne sont jamais à l’abri. Néanmoins croire que les chasseurs-bombardiers monoréacteurs français ne servent qu’à frapper ces terroristes serait une grosse erreur.

En effet un des rôles primordiaux des équipages de Mirage 2000N dans cette région de l’Afrique est le renseignement aéroporté tous-temps. Grâce à la fameuse nacelle Reco-NG, initialement pensée pour le Rafale, ces monoréacteurs peuvent assurer des missions tous-temps au-dessus de la BSS. Et ils en profitent. Pouvant voler aussi bien à haute qu’à basse altitude les équipages de Mirage 2000N peuvent observer et repérer en toute impunité les caches et les colonnes de véhicules des forces djihadistes puis ensuite en aviser l’état-major de la force Barkhane autant que celui des nations du G5 Sahel (Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad) qu’ils appuient au quotidien.

Pour autant les frappes de précision à l’aide bombes guidées type A2SM et, bien sûr, l’omniprésente GBU-12 demeure la raison d’être de ces avions dans la région. Avec bien évidemment à chaque fois le succès escompté.

Une fois encore ce conflit de longue durée (né en aout 2014 après l’arrêt de l’opération Serval) ne semble pas intéresser les médias. Du coup les Français la connaissent très mal et la comprennent encore moins. Beaucoup ignorent en effet dans l’hexagone que les femmes et les hommes de la force Barkhane, qu’ils soient au sol ou dans les airs, assurent en fait une mission qui protège l’Europe et ses intérêts de la menace terroriste djihadiste. Ils traquent le mal à sa source ou plus exactement dans sa base arrière.
Pour mémoire la bande sahélo-saharienne est un territoire grand comme près de trois fois et demi la France métropolitaine alternant ergs et regs. Un cauchemar à surveiller en somme !

Photo © Armée de l’Air.

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. La grande muette est la première à se taire et si l’on veut que l’on s’intéresse un temps soit peu à soi il faut en parler. Combien avons nous eu de reportage sur notre porte avions, sur la patrouille de France, sur notre intervention en Lybie ou en Irak ?

    • GLM, ce soir 20h30 sur la chaine LCP, une émission sur la chasse (je parle de l’aviation sûr !), et tout les mois sur la même chaine « le journal de la défense » régulièrement rediffusé et à revoir sur le net.

    • Je crois savoir que les Mirage 2000 D seront retiré du service l’année prochaine, ça doit être pour ça que le pod reco ng n’y est pas installé alors qu’il l’est sur les Mirage 2000 N.

    • Dutertre, c’est le 2000N qui va être retiré du service (septembre 2018) et il n’a pas la capacité d’emporter ni la nacelle Reco-NG., ni l’A2SM. Pour utiliser des armes de précisions de type GBU, il a besoin de moyens extérieurs pour éclairer la cible, par exemple un 2000D.. Le seul 2000 biplace qui est transporté les emports décrits dans cet article et qui a pu être vu au salon du Bourget, est celui du Centre des Essais en Vol de Cazaux.et ceci pour expérimentation.
      Le 2000D continu sa carrière dans l’AA et attend les financements pour subir un chantier de rénovation.

  2. Deux Mirage 2000N sont arrivé fin décembre 20017 sur la base de N’Djamena au Tchad, pour une mission de 4 mois. Il s’agit du dernier déploiement opérationnel pour les 2000N. Suivront en France les classiques missions de posture permanente de dissuasion ainsi qu’un entrainement au bombardement conventionnel. En même temps les équipages s’exercent à leur transformation sur Rafale, pour le retrait du service du 2000N prévu à l’été 2018.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom