C’est certes une acquisition anecdotique mais qui en dit long sur les très bonne relations qui unissent l’administration aéronautique et spatiale allemande à l’avionneur francilien. Le DLR (pour Deutsches Zentrum für Luft-und Raumfahrt) a annoncer ce vendredi 27 avril 2018 sa décision de remplacer son actuel biréacteur Falcon 20E par un Falcon 2000LX bien plus moderne. Cet avion servira en Allemagne, à l’horizon 2019, de plastron volant pour le soutien aux essais en vol.

Le contrat a été signé lors dans le pavillon France du salon ILA 2018 en présence des dirigeants de Dassault Aviation mais également de la chancelière allemande Angela Merkel. Outre-Rhin les journalistes insistent sur le fait qu’il s’agit d’une commande de l’état fédéral auprès de l’avionneur français. Même dans ces cas la diplomatie et la politique ne sont jamais bien loin.

Pour celles et ceux qui l’ignoreraient le DLR est un centre de recherches étatique allemand qui représente tout à la fois l’équivalent du CNES et de l’ONERA mais aussi de la DGA-Essais en vol français. C’est une structure public ayant donc un réel pouvoir dans le pays, mais aussi une expertise reconnue dans toute l’Europe et même aux États-Unis.
En plus de sa propre flotte d’avions et d’hélicoptères le DLR arme conjointement avec la NASA le Boeing 747SP SOFIA de recherche spatiale, un des programmes les plus ambitieux des vingt dernières années dans ce domaine.

L’avion d’affaire Dassault Aviation Falcon 2000LX est une version évoluée du célèbre biréacteur français. Elle est dotée d’une allonge supplémentaire et équipée de winglets au bout des ailes. Ce nouvel avion offrira au DLR une cabine plus spacieuse que sur le vénérable Dassault Falcon 20E acquis en 1976 et principalement utilisé pour des tests atmosphériques.
Avec ce jet d’ancienne génération les ingénieurs allemands pouvaient emporter en soute et sous les ailes jusqu’à 1100kg d’appareillages et d’équipements scientifiques. Lorsqu’ils recevront leur Falcon 2000LX cette charge passera à 1350kg.
Sans compter que le rayon d’action sera doublé.

C’est donc une excellente nouvelle pour Dassault Aviation qui sait résister face à ses concurrents. Le «petit» Falcon 2000 continue donc sa success story commencé à la fin du siècle dernier.

Photo © DLR.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Bonne nouvelle pour l’avionneur au trèfle, avec le contrat pour un avion SUMAR (surveillance maritime) Falcon 2000 auprès du japon, traditionnellement acheteur US, c’est super.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom