On est passé à deux doigts d’un drame sur la commune de Laruns dans les Pyrénées-Atlantiques. Ce samedi 6 juin 2020 en fin de matinée l’hélicoptère de sauvetage Dragon 64 intervenait pour une mission d’évacuation sanitaire au profit d’un randonneur quand il a heurté une paroi montagneuse. Le pilote a réussi à éviter le crash de son Eurocopter EC145 jaune et rouge. Aucun blessé n’est à déplorer mais l’appareil est immobilisé pour plusieurs semaines.

L’hélicoptère avait été sonné en fin de matinée pour intervenir au col de la Taillandère. Sur place les secouristes du Service Départementale d’Incendie et de Secours des Pyrénées-Atlantiques (ou SDIS 64) avaient immobilisé une victime souffrant d’une luxation de l’épaule. Une blessure grave qui en montagne exige un rapatriement rapide. Et il n’y a rien de plus rapide dans ces cas là que l’Eurocopter EC145 jaune et rouge.
L’appareil est arrivé sur zone aux alentours de 11 heures du matin. Après avoir rapidement médicalisé la victime et l’avoir brancardé à bord le pilote a lancé le redécollage de Dragon 64.

C’est là que l’accident est survenu. Pour une raison encore inconnue le rotor principal de l’hélicoptère a heurté une paroi rocheuse toute proche. Selon plusieurs témoins l’hélicoptère biturbine se trouvait à quelques mètres au-dessus du sol. Mais trop bas pour que l’appareil puisse se mettre en auto-rotation. Il s’est donc affaissé, en douceur si on en croit les médias locaux qui soulignent le calme et le sang froid de l’équipage.
Une fois posé l’équipage a pu évacuer son hélicoptère et se mettre en sécurité avec le blessé. Malheureusement la zone d’écrasement a empêché l’envoi d’un second hélicoptère d’évacuation pour le blessé. Il a donc fallu le redescendre dans la vallée à l’aide d’un véhicule 4X4 beaucoup plus inconfortable pour quelqu’un souffrant d’une luxation.

Les gendarmes de haute montagne du peloton d’Oloron ont été déployés sur zone afin de la sécuriser. Les investigations vont être diligentées par le BEA-É (ou Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la sécurité de l’aéronautique d’État) et ses enquêteurs experts.
Quant aux missions de Dragon 64 elles sont temporairement reprises par Dragon 33 et Choucas 65, l’hélicoptère des gendarmes de haute montagne des Hautes-Pyrénées.
Cet accident met en lumière la difficulté du travail des équipages de la Sécurité Civile post-confinement. Fort heureusement plus de peurs que de mal ce samedi matin.

Photo © Olivier Cabaret

NDLR : La photo d’illustration ne concerne pas le Dragon 64 mais un appareil similaire. Merci de votre compréhension.

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. Bonjour votre article toujours agréable à lire, prouve une fois de plus le courage et le professionnalisme de ces équipages  » dragon  » bravo à eux.

  2. Bonjour Arnaud,

    Savez-vous si Dragon 64 va être réparé sur place (quid du re-décollage sans vol d’essai et re-certification ?) ou rapatrié (porté sous élingue ?) ?

    Comme d’habitude, merci pour vos articles !

    FX

    • Bonjour Flixm, à priori oui il le sera mais sans doute une fois rapatriement. Pour l’instant il est encore sur place en attente de l’expertise du BEA-É.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom