La question n’a jamais été de savoir si cela allait arriver mais quand. Désormais nous le savons : c’est le vendredi 28 septembre 2018 que le premier écrasement d’un avion de combat multirôle de nouvelle génération F-35B Lightning II a eu lieu. L’accident s’est déroulé en marge d’une série d’exercices en Caroline du sud. Le pilote a pu s’éjecter et est en plus sain et sauf.

Le Lockheed-Martin F-35B Lightning II en question appartenait au squadron VMFAT 501, une unité de transformation opérationnelle et d’appui aérien rapproché de l’US Marines Corps. C’est d’ailleurs sur la base de MCAS Beaufort que le crash a eu lieu. Il participait en fin de matinée à une série d’exercices et manœuvres visant à valider l’instruction des jeunes pilotes dans plusieurs domaines tactiques, tel le soutien aux opérations amphibies.

Malgré ce que certains médias ont pu raconter le F-35B accidenté n’est tombé si sur des habitations civiles ni sur un hangar abritant d’autres avions de combat de ce type. L’US Department of Defense a officiellement reconnu ce crash comme accidentel sans pour autant décider de clouer au sol toutes les machines de ce type.

Les causes exactes de cet accident ne sont pas encore clairement connues même si plusieurs témoins, dont des spotters, annoncent avoir vu des flammes sortir de la tuyère du réacteur. Il est à signaler qu’au moment du crash la météo était particulièrement clémente sur la Caroline du sud et donc la région de MCAS Beaufort.
Comprenant qu’il ne pourrait pas reprendre correctement les commandes de son avion de combat le pilote a décidé d’activer l’éjection de son siège. Il a été récupéré sain et sauf, mais choqué, par les équipes de sauvetages de la base.

Cet accident a été particulièrement médiatisé aux États-Unis car il s’agit du premier incriminant un F-35 Lightning II (toutes versions confondues) depuis la fin du programme X-35, alias Joint Strike Fighter. Comme nous vous l’avons déjà largement exposé ici tout ce qui touche à ce chasseur de nouvelle génération cristallise outre-Atlantique un maximum de rancœurs et de critiques, pas toujours fondées. Forcément le crash d’un tel avion a fait la une des grands médias comme CNN ou MSNBC.

Photo © US Department of Defense.

Publicité

9 COMMENTAIRES

  1. Malgré le ressenti que j’ai contre cet avion , il faut reconnaître que ce crash arrive relativement tard. Les F-35 volent de manière quotidiennedepuis des années

  2. Qu’on aime ou qu’on aime pas le F-35 (je fais moi-même partie du 2ème groupe) on ne peut que se réjouir que le pilote ai pu s’éjecter à temps, et que l’éjection se soit bien passé.
    Il sera intéressant de connaitre la raison du crash afin de pouvoir continuer de sécuriser la bête.

  3. Je rappel quand même que si c’est le premier crash, ce n’est pas le premier incident ni la première perte d’un F-35.
    Pas plus tard que cet été, un F-35 s’est retrouvé le nez contre terre après un incident hydraulique qui fort heureusement ne s’est pas produit en vol. Il y a eu aussi un atterrissage en catastrophe au Japon ou encore en avril une fuite de carburant en plein vol. Quand au f-35 qui s’est enflammé au sol il y a deux ans (?) lui a été déclaré définitivement perdu.

    Il y a plus de 100 failles référencées critiques par le GAO, c’est-à-dire pouvant mettre la sécurité du pilote en jeux. Cette liste n’existe pas pour rien. On a dépassé les 100 000 heures de vols cumulées et cet avion est un cauchemard de maintenance. C’est presque une surprise qu’il n’y ait pas eu plus de plantage. Maintenant plus il y aura de f-35 et d’heures de vol plus les cas de crash seront nombreux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom