Alors que beaucoup ont déjà les yeux tournés vers les déploiements de Lockheed-Martin F-35B Lightning II à bord des porte-aéronefs de l’US Navy il ne faut peut-être pas encore totalement enterrer son prédécesseur. Actuellement le porte-aéronefs américain USS Boxer participe à diverses missions de patrouille dans la partie orientale de l’océan Pacifique où ses avions embarqués sont encore de «bons vieux» AV-8B Harrier II. Des appareils qui bien qu’ayant largement fait leurs preuves au combat demeure avant tout des avions d’attaque et non des chasseurs multirôles. Pour autant ils savent encore largement remplir de fiers services aux forces américaines.

Activité sur le pont de l’USS Boxer.

Car les McDonnell Douglas AV-8B Harrier II sont avant tout des avions rustiques, bien armés, et totalement adaptés à leur fonction première dans l’aéronavale américaine : soutenir au plus près les engagements amphibies de l’US Marines Corps. Et à ce petit jeu là les «moutons noirs» du squadron VMA 214 sont devenus de véritables spécialistes. Pour mémoire ils volent sur ce type de machine depuis vingt-neuf ans maintenant.
Autant dire qu’ils connaissent par cœur cette monture avec laquelle ils ont connu le feu dans le Golfe en 1996-1997 et 2003 ou encore en Afghanistan en 2009. Les attaques aériennes de nuit sont parmi leurs spécialités.

Et actuellement ces avions de combat patrouillent donc dans le Pacifique est afin de soutenir le cas échéant toute intervention militaire américaine qui serait décidée. Une situation à laquelle les femmes et les hommes embarqués à bord de l’USS Boxer sont pleinement formés. Ils s’y entraînent très fréquemment sous la protection de leur destroyer lance-missile d’escorte, un rôle actuellement tenu par l’USS Pinckney.

Les AV-8B Harrier II embarqués à bord réalisent donc des appontages et des décollages de jours comme de nuit. Mais comme leur désignation ne le laisse pas deviner ces avions sont également employés comme chasseurs. Légers certes puisque leur armement air-air ne dépasse pas le canon-mitrailleur de calibre 25mm et les deux missiles AIM-9 Sidewinder d’autodéfense mais c’est déjà un début. Bon certes pas de quoi impressionner des pilotes de Shenyang J-11 ou de Sukhoi Su-33 mais pouvant cependant mettre en déroute des avions plus légers ou des hélicoptères.

Feu vert du chien jaune, décollage !

Un avion d’attaque à décollages et atterrissages verticaux est d’ailleurs maintenu en alerte permanente pour assurer de tels missions de supériorité aérienne. En cas de danger immédiat pour l’USS Boxer l’USS Pinckney dispose de quatre-vingt-seize missiles surface-air RIM-66 Standard d’une portée pouvant dépasser les 150 kilomètres. Des armes anti-aériennes d’une redoutable efficacité malgré leur âge désormais avancé. Sans compter bien évidemment un des fameux canons Phalanx de calibre 20mm à tir rapide pour la protection rapprochée.

Cette mission de patrouille pour les AV-8B Harrier II embarqués à bord de l’USS Boxer doit se dérouler jusqu’en novembre. Mais il ne s’agit nullement du chant du cygne pour cet avion d’attaque d’excellente facture. Il volera encore longtemps.

Photos © US Navy

 

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Et dire que c’est l’USMC qui a racheté les appareils britanniques réformés pour servir de stock de pièces… triste fin pour l’ultime version du glorieux appareil, qui au final continuera de voler partout sauf sous les couleurs du pays qui avait initié son concept !…

    Concernant l’article, outre les AIM-9, les Harrier 2+ que l’on voit ici sont également (comme leurs confrères italiens et espagnols) aptes au tir de l’AIM-120 AMRAAM, puisqu’ils possèdent le radar AN-APG65 du F/A-18 de première génération. Ça n’est pas souvent vu sur les Harriers US, je vous l’accorde, mais enfin ce missile entre bien dans les spécifications de cette version, et on trouve d’ailleurs quelques photos avec armement « live » prouvant cette capacité 😉 .
    Pour la défense aérienne un FOX3 est bien plus crédible qu’un FOX2, et là, les hypothétiques J11 et autres Sukhoi auraient déjà autrement plus de répondant en face !

    http://www.navy.mil/management/photodb/photos/150325-N-YB753-110.JPG

  2. Le conflit dabs le golfe en 96-97 : est-ce un scoop sur une opération cachée au public jusqu’à aujourd’hui, ou est-plus vraisemblablement une erreur, le conflit étant celui de la premier guerre du golfe en 90-91 ?

    • En septembre 1996 les États-Unis mènent une série d’actions offensives appelée Operation Desert Strike contre les armées irakiennes de Saddam Hussein accusées de tentative de génocide face aux populations civiles kurdes dans le nord du pays. Le squadron VMA 214 et ses AV-8B Harrier II y participent, notamment pour des missions d’appui aérien rapproché.
      L’année suivante cette unité participe à une sécurisation de la région à bord de l’USS Tarawa.

      Donc désolé de vous décevoir mais il n’y a là aucune erreur, mais peut-être un trop grande méconnaissance de votre part des actions militaires menées par l’aéronavale américaine dans cette région du monde dans les années 1990-2000. Après chacun a le droit de faire des erreurs, le mieux c’est de savoir les reconnaitre. 🙂

    • En fait il y a je pense surtout un quiproquo.
      Jd666, vous parlez sûrement du premier engagement au feu des AV-8B dans leur ensemble (je me suis fait cette réflexion aussi puisque l’USMC les a bien déployés sur Desert Sotrm en 1990-91), mais il faut bien comprendre que l’article parle spécifiquement du squadron VMA-214, d’où la réponse d’Arnaud.

      Bref, dans les faits, vous avez raison tous les deux, mais vous argumentez sur deux terrains distincts, d’où une incompréhension réciproque (enfin, à mon sens) 😉 .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom