Bien que les grands médias s’en désintéressent copieusement la guerre aérienne contre l’ex État Islamique est loin d’être terminée. Preuve en est la présence actuellement en Méditerranée orientale du porte-avions américain USS Harry S. Truman (CVN-75) dont les appareils continuent de porter le feu contre les dernières poches de résistance terroriste. Ce sont notamment les F/A-18E/F Super Hornet qui sont en première ligne. Des raids aériens menés aussi bien au-dessus de l’Irak que de la Syrie.

Les jets de combat embarqués sur le bâtiment de guerre américain ont notamment réalisé une série de frappes aériennes contre des positions djihadistes non loin de Deir ez-Zor en Syrie. Dans le même secteur nos pilotes de Dassault Aviation Rafale B et C ont mené des opérations récemment depuis la Base Aérienne Projetée. Bien que théoriquement libérée de l’emprise de Daech cette région demeure un véritable nid de djihadistes et les pilotes de la coalition doivent y mener régulièrement des frappes aériennes et des missions de reconnaissance armée.

Les Boeing F/A-18E/F Super Hornet de l’US Navy, appartenant aux escadrons VFA 81 Sunliners et VFA 136 Knighthawks, mènent ainsi leurs missions de jour comme de nuit. L’une de leurs spécialités est notamment la reconnaissance de nuit au-dessus des zones semi-désertiques très présentes dans cette région de la Syrie.
Au-dessus de l’Irak les chasseurs-bombardiers américains appuient à la demande l’armée irakienne dans ses opérations contre les dernières caches des forces ennemies.

En fait au cours des deux derniers jours, ce mercredi 21 et ce jeudi 22 novembre 2018, les pilotes des avions de combat embarqués sur l’USS Harry S. Truman ont du affronter un nouvel ennemi : la météo. En effet le temps était plus que maussade dans la zone maritime où manœuvrait le porte-avions américain. Si bien que plusieurs décollages ont du être reportés en raisons de creux de vagues trop importants et de vents particulièrement dangereux.
Mais dès qu’un accalmie revenait le ballet des avions reprenait !

L’USS Harry S. Truman doit normalement demeurer dans la zone encore quelques temps, au moins jusqu’à Noël. Autrement dit les forces démocratiques syriennes et l’armée irakienne pourront encore disposer d’aide en masse de leur part.

Photos © US Navy.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom