Qui n’a pas lu cette œuvre littéraire d’Antoine de Saint-Exupéry initialement publiée en 1943 ? Sous l’apparence d’un conte pour enfants, l’universalité de ce texte philosophique traduit dans plus de 360 langues est indéniable. L’actualité et l’évolution récente de nos sociétés, alimenterait encore sans doute la perplexité du Petit Prince face aux comportements absurdes des «grandes personnes».

Dans une époque où le dialogue fait place aux invectives amplifiées par le cyberespace infesté de trolls (incluant le président d’une puissance nucléaire), on rêve de trouver une planète, si petite soit-elle, où l’on prend le temps d’apprivoiser les autres. Se renseigner correctement, réfléchir et s’exprimer avec nuance semble devenu un luxe dans un monde Twittérien limité à 280 caractères. Jamais l’humanité a disposé de moyens de communication aussi efficaces, mais paradoxalement les humains sont de plus en plus divisés et revanchards.

Face à l’avalanche de pourriels provenant d’on ne sait où, on se surprend à rêver de l’époque glorieuse de l’aéropostale livrant des lettres soigneusement écrites à la plume. Certains diront que je suis atteint d’une douce folie nostalgique, mais heureusement je ne suis pas seul ! Le printemps dernier, j’en rencontré plusieurs autres jeunes rêveurs de 7 à 77 ans lors d’une randonnée hors du temps sur le Via Podiensis (GR65) entre le Puy-en-Velay et Roncevalles en Espagne. Lors d’un arrêt à Moissac en France, je suis tombé par hasard sur l’histoire du Bréguet XIV F-POST qui m’était inconnue. Voilà bien un autre exemple d’une belle folie nostalgique !

D’abord avion de guerre, le Breguet XIV est devenu un appareil emblématique des débuts de  l’aéropostale, notamment piloté par Antoine de Saint-Exupéry. Une poignée de passionnées ont reconstruit à l’identique un Breguet XIV, dont seuls deux exemplaires subsistent dans des musées. Réalisée par une équipe de bénévoles, la construction débutée en 1992 culmina lors du premier vol du F-POST en 2003. Seul Bréguet XIV au monde en état de vol aujourd’hui, le port d’attache du F-POST est l’Aérodrome de Castelsarrasin – Moissac.

En 2010, en hommage aux pionniers des Lignes Latécoère, le F-POST a effectué le parcours historique de Toulouse à Cap Juby au Maroc, soit un périple de 6000 kilomètres. Voilà ce qui aurait sans doute enchanté l’aviateur, humaniste et auteur du Petit Prince. Rappelons qu’en 1927, Saint-Exupéry fut nommé chef de l’aérodrome du Cap Juby pour 18 mois où il écrivit son premier roman intitulé Courrier sud. L’idée du Petit Prince aurait-elle commencée à germer au Cap Juby ? Alors que 2018 s’achève, je vous souhaite en 2019 de renouer avec le Petit Prince qui sommeille en chacun de nous.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom