C’est l’information qui agite le microcosme international aéronautique et défense depuis quelques heures. Des avions de combat israéliens Lockheed-Martin F-35I Adir auraient réalisé une mission d’attaque au sol contre un site présumé du Hezbollah au soir de ce mardi 25 décembre 2018. La cible se trouvait à Damas. Plusieurs missiles anti-aériens syriens ont été tiré contre les aéronefs en question tandis que la propagande syrienne annonce avoir détruits toutes les munitions tirées par les avions israéliens.

Comme souvent dans ce genre d’affaire il règne une certaine forme d’opacité qui rend forcément l’information difficile à vérifier. C’est pourquoi nous avons pris un certain temps pour vous la délivrer, afin de la recouper encore et encore. Au final ce raid aérien a de grandes chances d’avoir eu lieu. On ignore seulement actuellement s’il n’a concerné que des Lockheed-Martin F-35I Adir ou bien un mélange de ces derniers et de Boeing F-15I Ra’am.
Il semble en tous cas assuré que les avions de combat israéliens aient utilisé des missiles de croisières et des bombes à guidage laser et/ou GPS.

Officiellement le régime syrien reconnait des blessures légères chez trois de ses soldats ainsi que la destruction partielle d’un dépôt de munitions. Officieusement le bilan humain serait bien plus élevé avec plusieurs cadres de l’organisation terroriste Hezbollah neutralisés par la chasse israélienne ainsi qu’en effet un centre d’armement et de communication en grande partie détruit. Il est à signaler que le raid aérien a eu lieu de nuit, et que les tirs de la DCA syrienne n’ont commencé qu’après les premières explosions dans Damas.

Ce qui accréditerait l’emploi par Heyl Ha’Avir de ses chasseurs multirôles furtifs comme avions de première frappe dans cette mission d’attaque nocturne. Malgré ce que la propagande syrienne veut bien faire croire la probabilité qu’actuellement elle possède un modèle de radar de défense aérienne capable de détecter la présence des Adir dans son espace aérien est quasi nulle. Même avec le soutien indéfectible de Moscou.
Pour mémoire Israël aligne actuellement entre quinze et vingt Lockheed-Martin F-35I dont les deux tiers au moins sont d’ores et déjà pleinement opérationnels.

Des cibles se trouvant également dans les faubourgs de la capitale syrienne semblent aussi avoir fait l’objet de bombardements des forces israéliennes. On parle notamment d’un aérodrome civil où était installé un avion d’affaire immatriculé en Iran ou encore un dépôt de carburant du régime syrien.

Quoiqu’il en soit ce raid aérien, aussi probable soit-il, n’est certainement pas le premier engagement de F-35I Adir. Cet avion a certainement déjà survolé par exemple le Liban il y a quelques mois.

Photo © Heyl Ha’Avir.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom