Même si ce n’est pas la première fois que des combattants salvadoriens posent leurs rangers au Mali cette fois ils n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère. La Fuerza Aérea Salvadoreña vient de déployer trois hélicoptères légers McDonnell-Douglas MD-500E Defender au sein de la MINUSMA. Ces monoturbines sont armés de mitrailleuses rotatives type Gatling et de roquettes non guidées en paniers. Ils vont permettre aux Casques Bleus de continuer à disposer d’un appui aérien rapproché malgré le retrait récent des Airbus Helicopters Tiger allemands.

C’est à bord d’un avion-cargo Ilyushin Il-76 loué auprès d’un transporteur privé russe que les trois hélicoptères ont traversé l’Atlantique. Ces McDonnell-Douglas MD-500E Defender ont voyagé quasiment complets, si ce n’est les rotors principaux et anti-couples logiquement déposés. Quelques heures après leur arrivé sur le sol africain ils étaient aptes au vol.

Au Mali ces trois hélicoptères ont pour missions d’assurer des reconnaissances diurnes et nocturnes ainsi que de l’appui aérien rapproché. Ils doivent également assurer des escortes armées d’hélicoptères de transport et de manœuvres comme les Bell CH-146 Griffon et Boeing-Vertol CH-147 Chinook canadiens ou encore les Mil Mi-17 bangladais.
Pour autant aux vues de l’immensité du territoire malien à n’en pas douter les hélicoptères salvadoriens risquent d’avoir un peu les pattes courtes, notamment vis à vis des Tiger allemands qu’ils remplacent.

Officiellement ce détachement de trois hélicoptères et de 200 femmes et hommes les accompagnant est baptisé Gavilan 1 par l’état-major salvadorien. Même s’ils emportent des roquettes embarqués par lot de cinq en paniers l’armement principal de ces petits hélicoptères ultra-maniables demeure la mitrailleuse multitube M134 Minigun, très efficace et bien adaptée à ce type de mission. Sa puissance de feu en fait d’ailleurs une arme avant-tout dissuasive.

Les militaires salvadoriens doivent demeurer au Mali, sous livrée blanche de l’ONU, jusqu’à la fin de l’hiver. On ignore cependant par quel type d’hélicoptère de combat ou de reconnaissance armée ils seront remplacés.
Il est à noter qu’en aucun cas ils ne peuvent participer aux missions de combat aux côtés des hélicoptères français de la force Barkhane, leur mandat ne leur permettant pas.

Photos © United Nations Peace Keeping.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom