FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : McDonnell-Douglas MD 500 Defender
Constructeur : McDonnell Douglas Corporation
Désignation : MD-500
Nom / Surnom : Defender
Code allié / OTAN :
Variante : MH-6E Little Bird, NH-500, Naval Defender
Mise en service : 1986
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Hélicoptère léger polyvalent, hélicoptère de combat.

HISTOIRE

McDonnell-Douglas MD 500 Defender :
Un hélicoptère armé robuste et bon marché”

Au cours de l’histoire aéronautique de nombreux constructeurs ont disparu et sont rapidement tombés dans l’oubli. Pourtant certains ont réussi à subsister dans les mémoires après leur cessation d’activité ou bien leur fusion, à l’image notamment de Hughes Helicopters disparu au milieu des années 1980 mais qui a laissé un héritage particulièrement fort à la société McDonnell Douglas qui l’a reprise. C’est ainsi que fut lancé en 1985 le MD 500 Defender, un hélicoptère particulièrement adapté aux marchés militaires émergents.

Lorsque Hughes et McDonnell Douglas fusionnent l’OH-6 Cayuse est encore un des principaux hélicoptères légers en fonction dans les rangs de l’US Army. Malheureusement c’est un hélicoptère qui peine alors à se diversifier. À l’export il est alors proposé sous deux formes différentes le Hughes 369 strictement identique à la version américaine et le Hughes 500 légèrement plus moderne et disposant d’une meilleure manœuvrabilité. C’est de cette seconde version que McDonnell Douglas va s’atteler en développant le MD 500E (E pour Enhanced, c’est à dire renforcé) et en baptisant sa version militaire du nom de Defender.

En fait les ingénieurs de McDonnell Douglas ne vont faire que modifier la motorisation, rajeunir quelque peu l’avionique de l’hélicoptère, et surtout l’adapter à des armements de nouvelle génération tels le missile antichar TOW emporté à hauteur de quatre exemplaires installé deux par deux de part et d’autres du fuselage. Une version de lutte anti-sous-marine est également développée en tant que Naval Defender. Celle-ci dispose d’un radar de recherche et d’un détecteur d’anomalie magnétique tracté.

Et rapidement l’hélicoptère a attiré les clients étrangers. Des exemplaires ont été vendu à partir de 1986 à titre militaires à des pays aussi différents que l’Afghanistan, le Chili, la Colombie, la Corée du sud, la Croatie, la Finlande, l’Irak, Israël, l’Italie, le Kenya, le Mexique, le Panama, et le Salvador. Même le Pentagone se laissa séduire par l’hélicoptère puisque les MH-6E Little Bird sont en fait des MD 500E Defender. Signalons que les hélicoptères en service en Italie ont été produit localement sous licence en tant que Nardi NH-500E.

Il est à noter qu’en 1985 le MD 500 fut au cœur d’un scandale entre l’Allemagne de l’Ouest et les États-Unis. Une entreprise allemande avait acheté 87 hélicoptères au standard civil avant de les livrer illégalement à la Corée du nord sous embargo américain complet. Le temps que les services officiels des États-Unis s’en rendent compte entre 60 et 62 hélicoptères avaient été livrés à la dictature communiste. Ces hélicoptères furent localement modifiés afin d’emporter des missiles antichars 9M14 de facture soviétique (ou AT-3 Sagger dans la nomenclature occidentale) ou bien des nacelles de mitrailleuses de conception locale.

Outre les militaires plusieurs pays ont fait l’acquisition de tels hélicoptères pour leurs forces de police. Ainsi on a vu des McDonnell Douglas MD-500 sous les couleurs américaines, belges, canadiennes, colombiennes, costariquaines, équatoriennes, hongroises, et italiennes. En 1990 des essais avec le système NOTAR furent menés mais sans donner de suite puisque le programme du MD Helicopter MD-520N avait été lancé.

Hélicoptère particulièrement polyvalent le McDonnell Douglas MD-500 Defender sait à peu près tout faire : de l’attaque légère à l’entraînement de base et intermédiaire en passant par la surveillance et la lutte anti-sous-marine. En 2018 il est toujours produit, signe de ses qualités nombreuses et de sa parfaite adaptation aux marchés civils, parapubliques, et militaires. N’oublions pas que le nom de Defender est également porté actuellement par la version militaire de l’avion de transport léger Britten-Norman BN-2 Islander de facture britannique.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : McDonnell Douglas MD-500E Defender
Envergure : 8.10 m diamètre du rotor principal.
Longueur : 9.40 m
Hauteur : 2.61 m
Motorisation : 1 turbine Allison 250C20B
Puissance totale : 1 x 426 ch.
Armement : Possibilité d'emport de 4 missiles antichars TOW
ou 1 torpille,
ou paniers à roquettes + mitrailleuses en nacelles
Charge utile : 4 passagers
Poids en charge : 1361 kg
Vitesse max. : 280 km/h à 1250m
Plafond pratique : 4875 m
Distance max. : 450 Km à masse maximale.
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du McDonnell-Douglas MD 500 Defender

PROFIL COULEUR

Profil couleur du McDonnell-Douglas MD 500 Defender

VIDÉO

Gros plan sur un MD-500E de la police hongroise.