Et si le Lockheed-Martin F-35 Lightning II devenait l’avion militaire de l’année 2018 ? En tous cas c’est bien parti pour, et même si cela fait enrager ses détracteurs. Dernier exemple en date la décision du ministère japonais de la défense d’acquérir un lot (non encore clairement chiffré) de ce jet de combat de nouvelle génération de facture américaine afin de remplacer un total de quatre-vingt dix-neuf F-15 Eagle. Ces avions devraient être livrés entre 2020 et 2024.

À priori ce serait donc entre soixante et quatre-vingt F-35A Lightning II qui seront commandés par la Japan Air Self Defense Force. Ils permettront de remplacer les plus anciens de ses Mitsubishi F-15J/DJ Eagle en service à savoir quatre-vingt dix-neuf exemplaires soit pile-poil 50% des effectifs en dotation actuellement.
Des avions qui rappelons-le sont entrés en service dans ce pays asiatique entre 1981 et 1983 et sont proches du standard F-15C/D de l’US Air Force.

S’il est communément considéré comme l’un des meilleurs chasseurs de supériorité aérienne de tous les temps le F-15 Eagle n’est pas à proprement parler un avion très populaire au Japon. En premier lieu parce qu’il a été à l’origine de vingt écrasement dont sept mortels. Des accidents aériens qui concernaient aussi bien les avions appartenant à la JASDF qu’à l’US Air Force. Et en second lieu parce que les Japonais vivant à proximité des bases abritant de tels avions se plaignent souvent de son bruit excessif.

Mais déjà dans l’archipel des voix s’élèvent (timidement reconnaissons-le) pour essayer de s’opposer à cette acquisition de F-35A Lightning II. Non pas que ces Japonais aient adhéré d’une quelconque manière que ce soit à la mode qui veux faire croire que l’avion américain est une «brique» mais plutôt qu’il risque de tuer une partie de l’industrie aéronautique locale. En effet depuis quelques années l’avionneur Mitsubishi développe un avion furtif désigné X-2 Shinshin et l’a fait voler il y a maintenant deux ans et demi avec l’espoir d’en développer un avion de combat. L’achat d’avions auprès de Lockheed-Martin risque bien de réduire à néant tous ces espoirs !

Il est à noter que cette décision d’achat, non encore donc finalisée, est à mettre en parallèle avec celle de F-35B par l’aéronavale nippone. Il semble se dessiner que dans quelques années ces avions furtifs soient très fréquents dans l’archipel. Restera ensuite à savoir s’il saura parfaitement défendre les cieux japonais aux côtés des derniers F-15J/DJ modernisés entre 1987 et 1991 et qui devraient demeurer en service au moins jusqu’en 2030.

Photo © US Air Force.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Non mais il faut arrêter de se bercer d’illusions. Le F-35 n’est pas l’avion de 2018 mais l’avion des deux ou trois prochaines décennies voire plus.
    On va bouffer du F-35 comme on bouffe du F-16 depuis quarante ans.

  2. les Japonais vivant à proximité des bases abritant des F-15 vont pouvoir continuer a se plaindre du bruit excessif car le F-35 est très bruyant avec son Pratt & Whitney F135.
    Il faut arrêter de dire que le F-35 est une « brique », c’est une « brique informatique », pleine de bugs.

  3. Les japonais n’ont pas d’autre choix.
    Leur solution domestique est très tardive et trop coûteuse pour continuer au côté du f35 qui est la solution immédiate.
    Le f35 conviendra également à la marine nipponne.
    Le Japon étant un protectorat le choix entre f15se, f18sh et f35 n’a pas dû être trop dure. Les autres n’ont pas droit de citer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom