C’est ce mercredi 5 décembre 2018 que l’ancien Président des États-Unis a été inhumé, cinq jours après son décès. Beaucoup l’ont peut-être oublié mais l’homme politique fut pilote de bombardier-torpilleur durant la Seconde Guerre mondiale. Il était même lors de son macaronnage le plus jeune pilote de l’aéronavale américaine alors en service actif, il n’avait pas encore 19 ans. Retour sur un parcours aéronautique en forme d’aventure humaine.

L’ex-président américain n’avait que 17 ans et demi lorsque le Japon attaqua les États-Unis à Pearl Harbor. Il dut en fait attendre son 18ème anniversaire, le 12 juin 1942 pour rejoindre l’US Navy avec la volonté de devenir pilote de chasse. Malgré les appuis hauts placés de son père Prescott Bush, sénateur républicain du Connecticut, et bien qu’il fut considéré comme un brillant aviateur l’état-major de la marine américaine le jugea trop jeune pour lui confier un jour un Brewster F2A Buffalo ou un Grumman F4F Wildcat et il dut «se contenter» de la formation au pilotage de bombardier-torpilleur.

À peine un an plus tard, en juin 1943 il devint à 19 ans le plus jeune pilote opérationnel de l’aéronavale américaine. Volant sur Grumman TBF Avenger il fut affecté sur le porte-avions léger USS San Jacinto (ou CVL-30) et affecté à la traque des navires et submersibles japonais. Le jeune homme était réputé fougueux mais également très professionnel, capable de maîtriser son gros monomoteur même lorsque la météorologie était mauvaise.
En juin-juillet 1944 George Bush et son équipage furent engagés dans des opérations contre des escorteurs japonais durant la bataille de Saipan, sur l’île éponyme.

Son Avenger fut descendu quelques jours plus tard par la DCA alors qu’il volait au-dessus de l’île de Chichi Jima. Avec huit autres marins et soldats américains Bush fut torturé par les armées nippones mais à la différence de ses compagnons d’infortune il réussit à leur échapper et à rejoindre les forces américaines. Les huit autres furent fusillés. Bien avant que l’aviateur ne devienne Président des États-Unis les historiens américains et japonais avaient appelé cet évènement «l’incident de Chichi Jima». Il est considéré comme un crime de guerre commis par le Japon.
Pour son évasion George Bush fut décoré de la Distinguished Flying Cross.

Rendu à la vie civile après guerre, l’ex-plus jeune pilote de l’US Navy put reprendre les études qu’il avait abandonnées. Étudiant les sciences-politiques et l’économie à la prestigieuse université de Yale il entreprit ensuite une carrière d’homme d’affaire avant de devenir en janvier 1976 le directeur de la CIA, l’agence de renseignement des États-Unis.
Par la suite il devint le 41ème Président des États-Unis succédant à Ronald Reagan dont il avait été le vice-président durant huit ans. Durant son unique mandat présidentiel (de janvier 1989 à janvier 1993) George Bush dut affronter la fin de la guerre froide, l’invasion du Koweït par les armées irakiennes et la guerre du Golfe qui en résultat, et la réunification allemande.
Il était notamment le père de George W. Bush, lui aussi plus tard Président des États-Unis, mais également ancien pilote de chasse de l’US Air National Guard. Celui-ci volait sur Convair F-102 Delta Dagger. Dans la famille Bush on fait souvent les choses de père en fils.
Le porte-avions USS George Bush (ou CVN-77) a été lancé en 2009 en son honneur, et en sa présence.

Photo © US Navy.

 

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. J’ai lu une version différente de l’épisode de Saipan : Bien que touché par la DCA, Bush a réussi à s’éloigner suffisamment de l’île et s’éjecter en mer où il a été récupéré par un sous-marin. Les autres membres de son escadrille qui ont été abattus n’ont pas eu cette chance, et ont effectivement eu à subir la sauvagerie des militaires japonais.

  2. A Vincent « subir la sauvagerie des militaires japonais. » Les forces armées américaines n’étaient pas en reste en matières de gestes de barbarie dans la guerre du Pacifique. Après le torpillage d’un navire japonais, plusieurs équipages de sous-marins américains ont volontairement tué des naufragés. De tels gestes furent très rarement posés l’équipage d’un U-Boot lors de la Bataille de l’Atlantique.

    • @Simon,
      Comme on le sait, rien n’est ni blanc ni noir mais je pense que la barbarie est plus répandue chez les militaires japonais qu’américains, On sait ce qui s’était passé dans les territoires occupés par le Japon, en Chine notamment

  3. @ Simon: L’unité 731, ça vous parle? Les nippons n’ont rien eu à envier aux nazis au niveau comportement. ! Concernant la tueries de naufragés, hormis l’abandon en mer ( aucun soum depuis 1918 n’en récupéraient, ce qui peut s’expliquer au niveau place ! ), j’aimerais bien avoir vos sources pour l’armée US… Même si elle est loin d’être irréprochable ( viols et exactions en Normandie ).

  4. Bonsoir,
    Avant de me condamner, s’il vous plait lisez attentivement les phrases que j’ai rédigées: Mon commentaire se voulait d’apporter la nuance que lors de la guerre du Pacifique, « certains » membres des forces armées américaines ont aussi posé des crimes de guerre comme abattre des naufragés japonnais provenant d’un navire coulé par un sous-marin de la marine américaine.. Présentement au Québec, le canal Historia (642 en HD) https://www.youtube.com/watch?v=akT8Zxqsll4 diffuse le docu-série « L’enfer des profondeurs » ou est décrit la vie à bord des sous-marins pendant la Seconde Guerre mondiale avec des reconstructions. Il est relaté dans l’un des épisode que le commandant Dudley W. Morton du USS Wahoo (SS-238) a ordonné d’ouvrir le feu sur les naufragés provenant d’un transport de troupe que le sous-marin venait de couler. 87 soldats japonais furent tués ainsi que 195 prisonniers indiiens. http://www.historiassegundaguerramundial.com/anecdotario/escoba-en-el-periscopio-del-uss-wahoo/?lang=fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom