Ce sera probablement l’un des avions qui fera couler le plus d’encre l’année prochaine. L’avion de combat russe de nouvelle génération Sukhoi Su-57 doit entrer en service au cours du premier semestre de l’année 2019. Car actuellement il faut savoir que les avions en dotation dans l’aviation russe ne sont pas en service mais en cours d’expérimentation finale au titre de la présérie. Sauf qu’actuellement on ignore le nombre réel de ces avions qui entreront en service.

Car la seule commande connue de Sukhoi Su-57 ne concerne que douze exemplaires de série. Des machines qui permettront cependant à la Russie d’annoncer officiellement devenir en 2019 une nation qui met en ligne des avions de combat disposant d’une technologie furtive. Ce qui objectivement n’a plus rien de très original puisque outre les États-Unis des pays comme l’Australie ou bien encore l’Italie en mettent également en œuvre ou se préparent à le faire très prochainement. C’est l’effet F-35 Lightning II !

Et bien sûr les comparaisons risquent d’exister entre les deux avions. Même si en fait ils sont très différents puisque l’avion américain a été conçu afin de satisfaire au plus grand nombre alors que l’avion russe ne répond réellement qu’aux vœux nationaux.
Pour autant Sukhoi espère encore pouvoir exporter son avion de combat afin de damer le pion à Lockheed-Martin. Gageons que ce n’est pas gagné, aux vues du nombre de Lightning II déjà vendus à une dizaine de clients étrangers.

Dernier écueil dans l’aventure du Su-57, l’annonce par l’avionneur de son intention d’armer l’avion de missiles de croisières Kh-47M2. Cette arme considérée comme hypersonique (car supposée atteindre la vitesse de Mach 10 après tir) est dérivée du missile sol-sol 9K720 alias SS-26 Stone pour l’OTAN. Utilisé pour la destruction des sites de défense anti-aérienne le missile Kh-47M2 est actuellement en dotation sur bombardiers Tupolev Tu-22M3 et plus marginalement sur chasseur lourd Mikoyan MiG-31K.
Seul petit souci, mais de taille et c’est le cas de le dire : ce missile est trop grand et trop lourd (7.30 mètres pour près de 3850kg) pour entrer dans les soutes à armement du chasseur furtif ! De ce fait l’arme devra être adaptée, au risque de perdre de son efficacité.

Donc d’ici quelques semaines la Russie pourra enfin faire voler ses Su-57 comme bon lui semble, et notamment dans ses opérations extérieures. Un peu plus que deux avions envoyés en Syrie par exemple. En tous cas pour nombres de passionnés d’aviation ce sera un vrai plaisir de voir cet avion de combat de nouvelle génération voler… enfin si bien sûr les délais annoncés sont respectés. Seul le proche avenir nous le diras.

Photo © Keypublishing.

Publicité

15 COMMENTAIRES

  1. Qu’en est-il de la version indienne ? Pas de nouvelles, suspension ou abandon ?
    Il m’avait semblé lire que les indiens n’étaient plus très enthousiastes au sujet de ce chasseur (en relation avec les déboires de MCO moteur des SU-30?) et que cela aurait des conséquences sur le développement / financement du programme. D’où le lancement d’une toute petite série …

  2. il y a-t-il des prospect export pour cet avion russe car c’est vrai qu’il a un style avec son look de vaisseau spacial futuriste
    Enfin un concurrent contre l’hégémonie américaine avec ses f22 et f35 qui se croyait les meilleurs

  3. C’est un appareil assez joli. Néanmoins ses formes furtives ne sont pas aussi poussées que sur un F-22. Les sorties des tuyères sont banales sur l’avion russe alors que sur le F-22 et le F-35 même les pétales des tuyères sont de formes furtives. Très anguleuses. C’est ce qui est remarquable sur un F-22. Chaque ouverture (train atterrissage, ouverture de ravitaillement, soute…), chaque jointure ou rivet est en forme de dent de scie.

    • Les russes mètreront des buses quand ils auront les nouveaux réacteurs et quand ils en sentiront le besoin. Ça a déjà été testé que su27. Ça prend 15% de poussé sur f22.
      Le principal problème des furtivite sur le su57 c’est l’absence de veine d’air en S remplacer par un piège à onde moins performant et la précision de manufacture industrielle de la peau de l’avion. De toute façon le su57 n’a jamais voulu égaler la furtivite passive des f22 et 35. Mais s’approcher suffisamment pour entre dans un wvr ou combat tournoyant en combinant une furtivite passive moyenne et une furtivite active (comme le rafale avec une passive plus aboutie, l.’active moins ou en retard d’apres Les indiens). Une fois suffisamment proche la meilleure manœuvrabilité (spécialité) de suhkoi ferait la différence.
      Un autre point fort de cet appareil serait de brouiller le madl du f35 et donc de réduire à néant l’avantage principal du f35 (s’il y arrive).
      Le dernier c’est des détecteurs les furtifs en bvr via un radar l, puis de fusionner ça avec l’irst de l’avion. Ça permet d’avoir un accrochage x et y fiable et z avec une précision de 5km. De qui envoyer un missile ir bvr avec suffisemement de précision pour que la tête chercheuse puisse prendre le relais en fin de course.
      Plus tard la fusion de donnés multivecteur (version russe de tragedac) permettrait un tire ir bvr passive très fiable voir un tire radar l suffisamment rafiné.
      Je trouve que les solutions envisagées très réfléchis et potentiellement dévastatrices. Mais le soucis c’est de savoir si les russes auront le temps de finaliser tout ça avant que les fxx n’evolue d’avantage. Le madl-l sera carrément plus complexe à contrer. Sans parler de la facture du su57 à noter que les futures version du su35 intègreront les systèmes précités pour moins chers (et les russes comptent la dessus pour l’instant). Ça leur permet d’économiser et de penser déjà aux avion de 6eme gen avec le mig 41. Avion hypersonique ou Mach 4operant dans l’exoadmosphere et qui fait eco aux déclarations de 2013 de trappier qui demandait si le successeur du rafale devait aller dans l’espace.
      Rafale qui est également couvert de dents de scies

  4. Pouvant tirer un missile Kh-47M2 à plus de 2000 km, la furtivité d’un emport externe n’est pas un souci.
    Savoir qui vendra le plus de Su-57 ou F-35 est une comparaison inutile car ils ont pas les mêmes marchés, de plus l’un est un avion intercepteur-supériorité aérienne, l’autre est un chasseur-bombardier.
    Il faut plus comparer le SU-57 avec le F22.

    • Exacte d’ou Intérêt de l’approche franco européenne
      L’ucav furtif désigne la cible, le rafale tire de loin tout en restant rapide et manœuvrant pour le air air et le missile hypersoniques pénètre les défenses sol air laissant le rafale à distance de sécurité.
      A noter que l’ucav risque d’evoluer en drone rsi, c.est la demande anglaise et la solution fait réfléchir en France. D’ou le retard constaté.
      Le but c’est d’avoir un drone plus furtif sans soute et avec des entrées d’airs plus discrètes mais aussi un emport de carburant plus important.
      Le su57 est dans la catégorie du f22 mais les russes s’imaginent largement plus affronter le f35 que le f22 (qui serait un affrontement avec les us qui se réglerait alors à coup de têtes nucléaires) sans parler du fait que le f22 est interdit à l’export et ne compte que 180 exemplaires. La comparaison 57/35 est donc justifiée puisque beaucoup plus probable.

  5. Ça me semble un peu prématuré de parler d' »entrer en service », la machine n’a pas ses moteurs définitifs (en a t’elle vraiment besoin si on envisage de la faire « entrer en service » sans?). Qu’en est il également de l’avionique et de l’armement déjà intégré?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom